Accueil > Musique > 2007 > Supermayer - Save The World

Supermayer - Save The World

mardi 20 novembre 2007, par Marc, Seb

Passe-moi le shaker


Une sortie du label Kompact attise la curiosité, surtout lorsqu’elle réunit deux poids lourds : Superpitcher et Michael Mayer. Mais ce n’est pas pour ça qu’on doit automatiquement tomber en pâmoison. Cette collaboration sera-elle suffisante pour sauver le monde ?

Si rien n’est suffisamment anodin pour être catégorisé lounge, le seul point commun est la capacité de tout l’album à être écouté allongé ou debout, un verre à la main sans risque de renverser à cause des trépidations. On attendait plus d’une sortie de ce label que cet electro qui est la musique de bord de dancefloor, un peu trop agitée parfois pour qu’on reste assis, trop calme toujours pour qu’on y transpire. Alors quoi ? On va au bar ?

Le tout est varié et donne l’impression d’écouter une compilation. Certains morceaux (Us and Them, Please Sunrise, The Art of Letting Go) errent sans jamais prendre de direction précise malgré leur longueur. Ca manque aussi parfois d’enjeu qui viendrait donner un sens au bon son (Saturndays). L’album est ponctué d’interludes fortement axés sur l’expérimentation d’effets. Est-ce bien nécessaire ? Seul Two of us trouvera la voie du dancefloor avec une progression bien sentie qui nous rappelle enfin leurs racines. C’est le minimum syndical que l’on pouvait demander, même s’ils sont manifestement en roue libre.

C’est que le mélange des genres peut surprendre, quand on est face à un genre de funk emprunté à un Tom Vek en moins nonchalant et au son clair (The Art of Letting Go), la répétition rébarbative en sus. Ou alors qu’on rencontre des moments mélodiques inattendus qu’on aurait mieux compris dans le chef de Gruff Rhys (The Lonesome King). Mais encore une fois, amputer la chanson d’une partie de sa longueur n’aurait pas nui à son efficacité. Au rayon des curiosités musicales, le bien nommé Cocktail For Two comprend un riff que j’imagine emprunté à l’excellent Safeway Cart de Neil Young.

Légère et facile à digérer, la recette de la récréation des deux comparses manque cruellement de substance pour passionner. Un album anecdotique ? On voit que vous avez suivi.

Article Ecrit par Marc, Seb

Répondre à cet article

1 Message

  • Supermayer - Save The World 21 novembre 2007 10:18, par Paulo

    j’avais entendu Raphael Charlier présenter cela, ça paraissait intéressant... et du kompact, tout juste pour vous deux...
    sinon j’aime bien ce que fait Michael Mayer, légèrement kitsch sans déborder.

    repondre message

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)