Accueil > Musique > 2007 > The Wombats - Proudly Present A Guide To Love, Loss & Desperation

The Wombats - Proudly Present A Guide To Love, Loss & Desperation

mardi 4 décembre 2007, par Fred, Marc

Exercice de synthèse rafraichissant


On ne doit pas négliger l’impact d’un bon single dans la démarche pour se procurer un album. Dans la jungle des sorties, un titre du calibre de Let’s Dance To Joy Division se fait tout de suite remarquer. Sautillant en diable, déglingué juste comme il faut d’aspect mais solide dans son rythme, c’est un des titres qui ont accompagné notre automne.

Dès le Tales Of Girls, Boys & Marsupials, chanté comme un standard des 60’s (ou avec le kitsch assumé des Pipettes par exemple) ils nous montrent une chose : on n’est pas là pour se laisser abattre. Le chanteur à un timbre de voix et un accent en commun avec Kele Okereke. Leur album reprend d’ailleurs le son là où le gars de Liverpool (pas des Beatles hein) l’avait laissé à la fin de Silent Alarm (Kill the director). Enfin, on dirait plutôt un Bloc Party qui aurait eu un upgrade au niveau des sections de basse, celle-ci lorgnant plus du côté d’un Placebo par exemple (Moving To New York). Mais bon, selon le morceau, on trouvera ici un peu d’Arctic Monkeys, un brin de The Others, etc. Ca sent également bien la musique de pub (Let’s dance to Joy Division), ce qui ne dépare pas l’ensemble.

C’est donc un album intégrant plusieurs éléments retrouvés ça et là au cours de nos découvertes provenant des îles Britanniques. Le revival eighties semble heureusement révolu tant le son vintage semblait un gimmick. La taille du son par contre ne dégonfle pas et ce qui aurait pu sonner garage il y a peu encore prend maintenant des proportions assez conséquentes. School Uniforms, ne regrettant pas le temps de l’école (on le comprend) est dans la veine des Others, en plus sautillant. On peut même trouver du Maximo Park (Dr.Suzanne Mattox PhD) si on tend l’oreille. Les refrains plus chargés en chœurs les distinguant. Dans l’ironie qu’ils mettent au détour de plein de situations vécues, on distingue la patte anglaise qu’on retrouve par exemple chez Art Brut. Attention, le chant en est par contre vraiment un ici.

La facilité à trousser des mélodies et l’énergie déployée est exemplaire et rend l’écoute agréable. Ne me faites pas dire que tout est inoubliable, c’est même souvent le contraire, mais c’est une musique qui s’écoute sur l’instant, dont l’énergie communicative n’est pas sensée dépasser la durée de l’écoute. Quelle est dès lors l’espérance de vie de ce groupe ? Il est impossible de le dire mais s’ils arrivent à retrouver la verve de Let’s Dance To Joy Division, on en entendra reparler. Il n’y a pas que des moments d’énervement bien évidemment mais comme souvent en pareil cas, c’est moins saignant quand le tempo ralentit (Little Miss Pipedream)

Maintenant qu’on écoute plus que parcimonieusement les groupes de pop-rock venant d’Outre-manche, on est contents de s’être laissé convaincre par le biais d’un single de se plonger dans la joyeuse énergie des Wombats, synthèse détonante des groupes anglais qui ont parcouru nos colonnes ces 4 dernières années et qui nous amènent directement dans notre élément. Le son est rafraichi par un brin de folie général et des backings parfois à la limite du kitsch (par exemple sur Patricia The Stripper clin d’œil à Chris De Burgh ou suis-je le jouet d’une jeunesse musicale pas facile ?). On n’attend en général pas d’innovation de la part d’un groupe d’Albion dès lors qu’il pratique un genre aussi balisé. La différence et l’intérêt se trouvent donc dans les morceaux. Ceux de ce Proudly Present A Guide To Love, Loss And Desparation tenant la plupart du temps la route, on conclura à la mission accomplie.

Article Ecrit par Fred, Marc

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)