Accueil > Critiques > 2007

Bodies Of Water - Ears Will Pop & Eyes Will Blink

jeudi 29 novembre 2007, par marc

Hippie hourra


Peut-être que je suis trop influençable. Quand je lis l’enthousiasme de Pitchfork et de Diskatibo, ma curiosité est piquée en tout cas. Et la piqûre se fait encore ressentir.

Entrons dans le vif du sujet. La famille musicale de Bodies Of Water est assez facile à cerner. On pense parfois qu’ils sont le chaînon manquant entre Arcade Fire et I’m From Barcelona, ça sonne un peu comme si The Decemberists avaient formé une chorale ou si My Latest Novel avait rejoint une communauté Hippie. C’est que les gusses proviennent de Californie, qui n’a pas pour habitude de nous bombarder de productions de ce style qui fleurissent plutôt du côté de Montréal ou Toronto. Si vous vous reconnaissez comme amateur des groupes ci-dessus et si la modestie et l’intimité ne sont pas des ingrédients incontournables pour la réussite d’un album, vous pouvez pratiquement faire l’économie de la lecture de ce qui suit et vous mettre en chasse de cet Ears Will Pop and Eyes Will Blink. Pour les plus patients, je vais préciser ma pensée.

Quel est l’ingrédient de base de ces joyeux drilles ? Les voix. Le line-up a beau ne mentionner que quatre personnes, l’impression de beaucoup plus est manifeste dès les premières notes. C’est ce qui leur donne ce souffle, cette ambition. Si un concours eurovision des groupes indie était organisé, on les verrait bien comme lauréats. Ne vous y trompez pas, pas la moindre trace de sucre ici, mais la certitude de renverser tout sur son passage à coups d’hymnes est manifeste. Pour appuyer une ambition pareille, il faut de grands morceaux. Et, coup de bol, il y en a un paquet sur ce premier album. Les compositions s’étirent, prennent leurs aises, s’amplifient à coups de hoho (le très dense It Moves), varient à l’infini (These Are The Eyes). Si l’impression d’un Arcade Fire entièrement fait à la bouche étreint parfois, il y a quand même des orchestrations, un violon, voire un solo de temps en temps, le temps de prendre une pastille à la menthe sans doute. Mais pas de démonstration, juste le souci de cohérence.

Les morceaux sont destinés à être interprétés tels quels, on sent derrière chaque note la volonté d’emphase qui participe à la composition même. Certaines harmonies vocales sont même très réussies. Une fois encore, quand le morceau ne repose que sur ça c’est moins bien (We Are Co-Existors).

L’intensité pure est bien présente et les moyens de leurs ambitions sont bien en place, mais le potentiel d’émotion n’est quand même pas identique au name-dropping de coups de cœur du second paragraphe. Ce n’est pas un tort croyez-le bien mais le registre est plus léger, pas plombé pour un sou. Il suffit juste d’être d’attaque pour une séance de chant de groupe. C’est qu’en de rares occasions, ils se laissent emporter par leur enthousiasme et le clavier qui ponctue Doves Circled The Sky semble emprunté à Abba qui ne constitue pas exactement la référence que je dégaine le plus. Mais ce sont des chansons ou ‘il se passe quelque chose’ selon la floue terminologie. L’ennui est donc banni et ce n’est pas le moindre mérite de cette joyeuse bande qu’on brûle de voir en direct.

La voix de la chanteuse peut même se montrer plus fragile (I Forget The Sound, I Guess I Guess) mais les chœurs veillent au grain pour l’accompagner. La connivence s’installe de toute façon assez vite et la facilité mélodique aide grandement. Disponible seulement en ligne ou aux concerts pour le moment, cet album va bénéficier d’une sortie mondiale via le label Secret Canadian (Antony And The Johnsons, I Love You But I’ve Chosen Darkness, Frida Hyvönen, Jens Lekman,…) le 22 janvier. La déferlante de cette plaque vraiment galvanisante arrive, on vous aura prévenus…

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)