Accueil > Musique > 2007 > Kate Nash - Made of Bricks

Kate Nash - Made of Bricks

lundi 26 novembre 2007, par Marc

Outing


Il faut que je vous dise tout d’abord que je n’écoute pas de musique à la radio. Les canaux de diffusion sont de nos jours plus diversifiés pour nous imposer une majorité de titres qu’on subit par rapport à ceux qui nous emballent. De plus, le format court et la volonté d’audience tuent dans l’œuf toute velléité d’originalité. La limite entre promo et découverte est à ce point floue que la suspicion guette au détour de chaque note. Autant dire que les chansons que j’y entends qui ne me font pas zapper vers des stations avec des gens qui parlent ne sont pas très nombreuses. Foundations de la charmante Kate Nash fait partie de ces exceptions. Légère sans pour autant avoir l’air de sortir du studio des rares producteurs qui cartonnent, elle m’a donné envie d’approfondir le sujet, à savoir me procurer l’album complet.

Pour ceux qui ont succombé comme moi au single, allez-y sans crainte, c’est aussi bon. Pour les mêmes, attention quand même, ça n’a presque rien à voir. C’est que ma bonne surprise vient aussi du plaisir de découvrir ce que je ne venais même pas y chercher.

Première constatation, la gouaille affichée est présente de bout en bout. De la dispute peu larvée du simple à la sensibilité plus poussée de certains autres titres, c’est une belle panoplie de sentiments à laquelle on a droit. Alors qu’on l’attendait comme orfèvre pop, c’est à une songwriter inspirée et sobre qu’on a affaire. Avec même cette bizarre tendance déjà aperçue sur les premiers albums de Miossec de phrases mélodiques contenant trop de mots (Birds). L’écriture est donc mise en avant. Ce sont évidemment ceux que les textes intéressent qui seront intéressés en priorité. Les allergiques aux accents anglais trop typés par contre vont passer un sale quart d’heure. Pour ma part, c’est une des composantes du charme. C’est pour ça qu’on peut sans difficulté absorber des chansons dont l’argument est « What are you a shithead for » (Shithead) ou « Baby don’t give me shit ‘cos you know you so full of it » (Shit Song) sans que ça devienne trop graveleux.

La voix est parfois déroutante, passant d’un bref moment d’égarement björkien (We Get On) à la caressante conversation de Feist. Entre ces deux extrêmes et sans se hisser à la hauteur de ces deux organes d’exception, elle garde une personnalité certaine. Sa voix un peu brisée la sauve même souvent du mièvre (We Get On).

D’une manière générale, elle nous gratifie d’une pop au piano un peu comme celle que propose Regina Spektor, la mâtinant d’une couche de soul vinage qui fait fureur (Amy Winehouse). Si on ne soupçonne pas le cynisme de la démarche, on se bornera à constater que ça colle à l’air du temps. De temps en temps, on a des morceaux plus déconcertants, partant, s’arrêtant et délirant. On pense aux premiers exercices de Jeanne Cherhal de ce côté-ci de la manche (Mariella). Mais une guitare et un violon peuvent suffire à souligner une déclaration assez poignante (Nicest Thing).

Il y a toujours eu dans la pop anglaise ce goût du quotidien. Une tradition dans laquelle on a retrouvé récemment Arctic Monkeys, The Streets et dans laquelle Kate Nash s’inscrit avec un talent déjà affiné pour ses 20 printemps. C’est donc dans la justesse et la sincérité qu’il faut chercher les qualités plutôt que dans la folle poésie.

Vous avec compris dans et entre les lignes que j’ai passé un très bon moment (en tout bien tout honneur) à la demoiselle. Elle dégage un talent tellement éloigné de la futilité qu’on soupçonne qu’elle s’installe chez nous pour un petit moment. Après l’exigence de la plupart des groupes traités ici, c’est presque un outing que j’assume pleinement.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)