Accueil > Musique > 2008 > Sons And Daughters - This Gift

Sons And Daughters - This Gift

mardi 22 janvier 2008, par Marc

A la recherche de la singularité perdue


Après la petite pause habituelle de début d’année, induite par le manque de sorties d’albums et de concerts, nous revoilà, fringants comme jamais pour vous commenter cette année 2008 qu’on espère riche. Les choses sérieuses commencent donc par un album attendu.

Il y a des groupes comme ça. On a beau les avoir perdus de vue pendant trois ans, le souvenir d’un album est encore vivace parce qu’il proposait un mélange assez unique. L’attente est donc présente et retombe aussitôt. Si on ne se laisse pas décourager par le nerveux single Guilt Complex, il faudra quand même se rendre à l’évidence et constater un dommageable recul. Les qualités intrinsèques restent mais on a remplacé tout ce qui était original par des composantes de série.

Mais qu’est-ce qui faisait le sel des Sons And Daughters ? Des voix dédoublées, un dialogue un rien cruel entre deux êtres en furie, une rage acoustique, des réminiscences aussi bien de certains Nick Cave que des Sugarcubes. Un curieux objet donc, mais de bonne tenue.

Objectivement, chacune de ces chansons sonne bien individuellement, pas de doute là-dessus. Guilt Complex, House In My Head, Chains sont tous réjouissants, Darling évoque même la voix de tête de PJ Harvey. La chanteuse se démène juste comme il faut mais leurs règlements de compte à deux voix étaient plus singuliers que ça. La voix masculine étant au mieux (et même, rarement) un faire-valoir. Donc ce n’est pas un album qu’on écoute l’œil sur la montre mais on a juste un correct album de série, de ceux qui vont sans doute impitoyablement se faire recouvrir par le déluge de sorties à venir (voir même de cette semaine qui compte deux hauts faits).

C’est étrange de voir un groupe perdre à ce point sa singularité. Certes, cet album comporte de bons moments et l’énergie déployée est revigorante, mais quand on a découvert tout le pouvoir vénéneux de The Repulsion Box, on est dans la banalisation. Qu’est-ce qui va pouvoir les distinguer, et, partant, susciter l’intérêt ? Poser la question est un peu y répondre.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)