Accueil > Critiques > 2008

The Do - A Mouthful

jeudi 7 février 2008, par marc

Fraicheur en Do majeur


Si contrairement à l’an passé les premiers mois de 2008 sont chiches en retours fracassants, on n’est jamais à l’abri d’une jolie surprise. Une Finlandaise et un Français nous en ont en effet concocté une belle. Tout était en place pour le buzz facile : une mignonne chanteuse qui porte des bonnets de poils, une accessibilité de bon aloi, un compositeur français, de bonnes critiques et des passages radiophoniques. Mais il est de bon ton de se méfier de ces groupes surgis de nulle part. On a souvent raison mais cette fois-ci, on a bien été obligés de rendre les armes.

Tout commence par des chœurs d’enfants sur Playground Hustle. On songe tout de suite à la bonne humeur de certains Go ! Team. On ne s’attendait pas à ça et la variété se maintiendra tout au long de l’album, passant du traditionnel en finnois (rehaussé de percussions Unissasi Laulelet) à des traces d’acid-rock (In My Box, Coda). Ca part un peu dans tous les sens puisque Queen Dot kong a son petit air de Bunny Rabbit (sisi), ce qui est plus déconcertant mais dont ils se sortent avec les honneurs. Afin de ne pas choquer par un trop grand contraste, ils amortissent la transition par un appendice instrumental (Coda). Ils savent donc très bien où ils mettent les pieds. La variété n’entraine donc nullement une incohérence parce qu’ils ont su imposer une patte.

Le premier élément qui marque, m’a séduit mais peut aussi bloquer est la voix pas extrêmement singulière mais tellement attachante de la chanteuse. Une voix de petite fille triste comme celle d’El Perro Del Mar. C’est elle qui permet au très classique At Last de ne pas être mièvre par exemple. On peut penser aussi à Melanie Safka (The Bridge Is Broken). Mais c’est quand elle semble échapper à son propre contrôle qu’elle touche le plus. Sur Aha, elle monte et descend au gré de la mélodie à tiroirs, porté par un vrombissement de basse qui n’aurait pas déparé chez Electrelane. C’est en tous cas un morceau qui n’a pas encore réussi à me lasser.

Cet album généreux (15 titres) qui comporte des titres qui ne feraient sans doute pas d’aussi imparables singles que le très bon On My Shoulders dans la trop restreinte catégorie « Ca passe sur certaines radios mais on peut l’écouter quand même chez soi » mais rien n’est à zapper. La tenue mélodique sans faille rend le tout écoutable indépendamment de l’humeur ou des circonstances. Comme ils n’ont pas joué du tout sur un son policé et léger, le décalage n’est pas important, ce qui entrainera sans doute beaucoup à prendre The Do comme déjà entendu après une écoute distraite. Et si, à la place de Brisa Roché qu’on a essayé de lancer en vain, c’est The Do qui remportait la timbale ?

Les duos mixtes ne se ressemblent pas. En attendant la paire infernale de The Kills et après les faux-frères des White Stripes, c’est cette paire-ci qui s’impose. Pas spectaculairement original dans ses composantes mais tout à fait convaincant dans ses compositions et dans l’interprétation, cet album surprend par la quantité de bonnes chansons, engageantes et positives (Tammie). Ce n’est sans doute pas la sensation musicale de l’année mais c’est typiquement l’album de transition qu’on aime bien. Digne de bout en bout, il se propose à l’instar d’autres comme le verre d’eau qui désaltère de l’alcool (pour reprendre une citation de Pierre Louÿs dans un contexte inavouable). Il fallait sans doute cet étrange duo franco-finlandais pour offrir un peu de fraicheur. On les prend dont tels quels. Il faut se rendre à l’évidence, cette hype que j’entamais avec des oreilles de plomb sera l’album qui va m’amener en douceur vers le printemps.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)