Accueil > Musique > Concerts > Yael Naïm - Botanique - Rotonde - 30/01/2008

Yael Naïm - Botanique - Rotonde - 30/01/2008

jeudi 31 janvier 2008, par Paulo


Ce 30 janvier, la rotonde du botanique a reçu le groupe (de) Yael Naïm

A 20h précise un jeune homme s’est avancé seul avec sa guitare pour une première partie tout à fait surprenante. Kids With No Eyes, son nom de scène, a une voix éraillée pleine de personnalité qui m’a un peu rappelé Patrick Watson, tout récemment critiqué, pour ses ambitieuses vocalises, bien que celles de Kids With No Eyes furent parfois moins assurées (c’est ce qui fait la magie du live).
Francophone chantant majoritairement en anglais, il reprend tout de même la Mano Negra avec "Pas assez de toi". Posture désinvolte, on imagine la jeunesse de Bob Dylan (clin d’oeil au film I’m Not There actuellement à l’affiche) surtout lorsqu’il coupe tout amplification pour faire un pure unplugged en morceau final avec un simple halo de lumière... une personnalité à suivre.

Vers 21h, Yael Naïm, petit bout de femme tout d’abord impressionnée par la proximité du public de la rotonde, commence son concert avec ses trois musiciens dont son co-compositeur et percutionniste David Donatien, le pianiste-clavieriste-batteur Xavier Tribolet et le bassiste (acoustique svp) Laurent David. Yael se met à l’aise très rapidemment et est visiblement très contente d’être là à en juger son charment sourire (contrairement à une Amy "de la coopérative" Winehouse il y a quelques mois à l’AB).
Concert très intimiste, les moments forts sont le morceau Paris, la reprise de Toxic ( Yael Naïm - Toxic ) et le très enjoué single New Soul. Notons les petites blagues avec le public, les petites hésitations comiques de Yael, l’émotion des chansons, un magnifique solo jazzy au piano par Xavier Tribolet et la succession des rappels... comme les indicateurs d’une bonne soirée.

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)