Accueil > Critiques > 2007

Brisa Roché - Takes

vendredi 21 mars 2008, par Paulo

Revival 60’s ou retro indie pop


Recup fin 2007

Cela commence sur un chant rappelant le phrasé anglais de Syd Barrett sur une sonorité piano une peu vieillie. Ce premier titre donne bien le ton général de cet album de Brisa Roché.
Heavy Dreaming commence un peu kitsh, on s’attend à un morceau de pop lourde par un girls band, mais c’est finement rattrappé et on finit par penser à des groupes des 60’s tels que le Jefferson Airplane, Mama’s and Papa’s.
Le timbre de voix n’y est sans doute pas pour rien. En fin de morceau on assiste à un effet de pan tout à fait audacieux, pas spécialement réussi mais qui fleure bon l’évasion, l’expérimentation, et à nouveau rappelle les débuts de la stereo et ses mixes extrêmes frolant le mauvais goût (pour exemple, réécoutez la version originale de Yellow Submarine des Beatles).

Ensuite avec The Drum on revient à une ballade blues plus classique, à Bob dylan et à beaucoup de choses depuis.

High aussi est un titre évoquant ces groupes psyche des années 60, Jefferson Airplane, ou encore, par la basse, ce titre de Roland Vincent récemment repris sur la BO de Ocean Twelve (également samplé par Kid Loco dans son premier titre phare She’s My Lover). Notons également les arrangements d’orgue très légers qui font toute l’atmosphère.

On assiste ausi à des duos comme sur Hand on Steel où le texte est doublé par une voix d’homme bien discernée, cela donne l’impressiond ’assister à un petit moment privilégié d’improvisation.

Whistle est le titre phare et promotionnel de l’album, qui passe bien à la radio à côté de On My Shoulders de The DO ou de I Kill Her de Soko. Tout ça fera partie des bons souvenirs de 2008.

C’est le moment de sortir une petite théorie, on a assisté à un revival folk, est-ce que de la même manière que cela a évolué à l’époque on assite pas à un approfondissement du style, à une dérive menant à des choses plus psyché. L’album de Brisa Roché illustrerait cela, le nouvel album de Portishead également même s’ils ne se réclament pas du folk mais on retrouve ce côté épuré côté voix et ce côté nu de production tout en étant très recherché. Cependant, pas d’illusion, nu de production n’existe pas, c’est certainement un travail plus subtil par rapport à des productions normalisées.

Citons encore d’autres titres tels que Trampoline, un mix judicieux d’une guitare finement reverbérée sur l’arrière et la plage bonus, aux sonorités clairement retro, rappelant les premiers pink floyd.

Au final, ce second album de Brisa Roché est très réjouissant, varié et intéressant sur toute sa longueur.

http://www.myspace.com/brisaroche

    Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

7 Messages

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de (...)