Accueil > Musique > 2008 > Girls in Hawaii - Plan Your Escape

Girls in Hawaii - Plan Your Escape

lundi 18 février 2008, par Marc

Perdons-nous dans les bois


Peut-être est-ce le cas dans tous les pays de la planète (j’en doute), mais les groupes belges déchainent les passions, positives ou très négatives en raison même de leur provenance. Ras-le-bol d’une supposée complaisance de la presse mainstream, laquelle n’écorche jamais se compatriotes, impossibilité de juger un produit du terroir ? Toujours est-il que les réactions sur les blogs sont parfois hallucinantes de violence. C’est donc avec un regard de Sirius, cet inestimable et si difficile recul que je tente d’aborder le second album des filles d’Hawaï du Brabant Wallon. Qu’en penserait-on s’ils venaient d’un bled du Wisconsin ? C’est peut-être la seule vraie question à se poser. On écoute des groupes à raison d’une centaine par an et si ce n’est pas le plus indigne de ce qui passera dans nos oreilles, on est trop éloignés du haut du panier (un album sur deux sui vient du Canada par exemple) pour y revenir très souvent. Cette pop luxuriante mais trop jolie n’est décidément pas mon genre préféré, ce qui devrait vous amener à modérer les propos qui vont suivre.

Pour ne les avoir vus qu’une seule fois sur scène, je ne peux pas conclure que ce n’est vraiment pas leur domaine de prédilection. Il n’en reste pas moins que quand on voit souvent de vieux briscards outre-Atlantique brûler les planches, on peut les trouver à la limite touchants de retenue, mais pas subjugués. Ce n’est cependant pas le but d’une critique de Cd de traiter de cet aspect, mais au moins on ne pourra pas dire que ce sont des poseurs. Placer une pochette pareille après Interpol (et Ola Podria) c’est un peu être troisième sur la balle. Mais ça dénote aussi une volonté, non pas de choquer (la bête est morte quand même) mais de s’affirmer.

Un second album est toujours périlleux. Le nom est connu, le public existe et a des attentes. Quatre ans depuisFrom Here To There c’est long aussi. This Farm Will End Up In Fire (Il faudra un jour mesurer le traumatisme qu’a constitué dEUS sur la scène belge, dont on en ressent encore les effets chez les Girls In Hawaï près de quatorze ans après la sortie de Worst Case Scenario), le morceau annonciateur de cet album n’est pas exactement radiophonique, ce qui nous a fait craindre le pire. Pas qu’il soit mauvais mais il n’est pas à sa place sur la bande fm. Espérons qu’ils choisiront mieux leurs prochains simples.

Le chant est clairement le maillon faible du combo de Braine-l’Alleud. S’il apporte son lot de proximité, il est noyé sous les effets et semble inapte à autre chose que le fredonnement. Les chœurs ne sont pas non plus ma tasse de thé, et pas seulement chez eux. Il s’en dégage une ambiance un peu mièvre qui est en contradiction avec l’ambition de l’orchestration. Quand ils injectent un peu d’électricité (ce qui rehaussera sans doute les prestations scéniques), on peut les comparer à nos autres compatriotes de Mud Flow, ces derniers ayant cependant l’avantage d’évoluer sur leur terrain dans le rock. De plus, le fausset n’est pas vraiment raccord. C’est qu’il manque la vraie aspérité, la liberté de ton d’un Spencer Krug (Frog Eyes, Sunset Rubdown, Wolf Parade). Je les préfère dans leurs moments d’une pop riche mais suivant une ligne directrice. Je ne suis pas contre les essais et expérimentations, mais une musique à vocation pop se doit de procurer du plaisir d’écoute avant tout. Ils semblent à la recherche de la bonne idée, qu’ils espèrent trouver au détour de méandres tortueux mais qui parfois génèrent plus de confusion que de réussite (les mélodies peuvent se faire limpides sur Couples On Tv). C’est ce qui rend cette musique faite de jolis éléments pas immédiatement séduisante.

Ce que je préfère ? Les passages instrumentaux (sur Fields of Gold) qui succèdent à des passages chantés plus éprouvants. Mais le meilleur n’est pas là. C’est la simplicité de la plage titulaire qui fait mouche. C’est une des rares à avoir une ligne mélodique claire et un morceau qui tend vers un but. Le resserrement est une qualité trop souvent négligée. Il faut donc attendre le dernier morceau pour que le meilleur arrive (comme sur le dernier Wilco par exemple). Dans le même ordre d’idées, il faut souligner qu’ils ont parfois la lucidité de laisser un morceau instrumental plutôt que lui greffer une partie chantée pas nécessaire (Road To Luna). On a même droit à un interlude instrumental, portant un nom numérique comme chez Pierre Lapointe, voire un pur moment de transition, très court et ne faisant pas avancer le schmilblick (The Coral).

Finalement, cet album n’est absolument pas vénéneux et c’est là que réside sa principale faiblesse. On guette l’émotion pure, celle qui renverse tout, mais la palette proposée ici est plus retenue. Ce n’est pas un reproche en soi, juste que ce n’est pas le joli qui me fait revenir sur un album une fois la critique mise en ligne. D’une manière générale, l’album se termine bien mieux qu’il ne commence. Ne vous laissez donc pas décourager par la mollesse du début. C’est aussi un album qui grandit dans l’estime au fil des écoutes.

Un groupe éloigné dans l’espace nous arriverait plus au point, après plusieurs albums sans doute (encore que la possibilité de buzz Internet diminue ce temps de latence). La maturité est envisageable mais elle n’est pas encore là pour ce second album. Encore engoncés dans ses tics et n’osant pas toujours resserrer son écriture sur l’essentiel, ils en sont sans doute pas encore à même de gérer la complexité de leurs désirs musicaux. Mais comme l’éclaircie peut surgir au détour d’une bribe de morceau, voire d’un titre complet, on déduira que GIH se cherche encore, et que le meilleur est encore à venir, quand ils se rendront compte que la puissance de l’interprétation l’emporte sur les intentions fouillées de la composition défendue trop faiblement. Ils remplissent donc leur contrat, à savoir contenter les amateurs du premier album tout en semblant un peu sortir de leur coquille. On espère qu’ils pourront surmonter leurs limitations (vocales et charismatiques) pour imposer le songwriting complexe auquel ils ont l’air d’aspirer et qu’ils ne maitrisent pas totalement. Si je dois donner un avis personnel, tout ceci se révèle plus gentil que passionnant.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Girls in Hawaï - Plan Your Escape 18 février 2008 14:10, par sebduj

    Que dire après la lecture d’une critique aussi bien écrite.

    Je vais juste ajouter que moi j’apprécie beaucoup leur infinie retenue et les voix si sincères et touchantes. Il est très vrai que la recherche d’une identité propre transparait à l’écoute de cet album, ce n’est pas pour rien qu’il a été si difficile à accoucher d’ailleurs.

    J’attends avec impatience la suite de la discographie de ce p’tit groupe tant de chez nous.

    repondre message

    • Girls in Hawaï - Plan Your Escape 19 février 2008 12:39, par Marc

      D’accord avec toi, laissons-les juste faire de la musique, trouver leur voie et espérer qu’ils feront les bons choix.

      Je les trouve un peu exposés pour le moment, ce qui est un mauvais service à rendre à une musique pas exactement immédiate.

      repondre message

    • Girls in Hawaï - Plan Your Escape 13 mars 2008 13:11, par sebduj

      Après moultes écoutes, j’aime cet album d’un amour vrai, d’un amour tendre ;-)

      repondre message

  • Girls in Hawaï - Plan Your Escape 27 février 2008 17:44, par Manu

    Je partage l’avis de cette très bonne critique.

    En tant que français, le rock made in Belgium a toujours été pour moi une véritable bouffée d’oxygène et From Here to here des GIH était (et est toujours) un de mes disques fétiches.

    Aussi attendais-je avec grande impatience, d’une part de les découvrir en concert, d’autre part un deuxième album. Et j’avoue avoir été un peu déçu par les 2.

    On sent qu’ils se cherchent encore un peu une identité, que ce soit sur scène (sur scène, la force d’un titre comme chemistry contraste avec un manque global de charisme) et sur l’album (où j’ai eu l’impression que certains morceaux n’étaient pas aboutis), mais que le potentiel musical est réel.

    Désormais, j’attends le 3e album avec impatience :)

    repondre message

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)