Accueil > Musique > 2008 > The Kills - Midnight Boom

The Kills - Midnight Boom

jeudi 20 mars 2008, par Marc

Une matrraque dans du papier-bulle


S’adapter pour ne pas disparaître, c’est un peu une des conséquences des théories de Darwin. Evoluer pour ne pas sortir du radar, c’est presque un des corollaires pour la musique. Donc The Kills évoluent. Le moins qu’on puisse espérer après avoir écouté leur dernier Midnight Boom, c’est de recueillir l’attention qu’il mérite.

La démarche suivie par le duo rappelle un peu celle de PJ Harvey qui a accouché du langoureux To Bring You My Love après les très turbulents Dry et Rid Of Me. Etrangement, on ressent moins la ressemblance avec la diva du Dorset qu’auparavant. Ils semblent le chainon manquant entre ce qu’ils faisaient sur Keep It On The Mean Side et le Goldfrapp de Supernatural (Getting Down).

On sent le petit changement dès U.R.A. Fever qui nous ramène instantanément quatorze ans en arrière, au cœur de la moiteur du désormais classique Maxinquaye de Tricky. Le riff, lui, semble s’être échappé du premier Garbage (amis des nineties, bonsoir…). Ils n’ont de toute façon pas vendu leur âme au diable de la production lisse. Les morceaux restent courts pour conserver tout leur jus, on reconnaît certains de leurs sons à des kilomètres (Last Day Of Magic, Sour Cherry) et ils n’ont certainement pas donné leurs guitares aux bonnes œuvres (M.EX.I.C.O.C.U qui part comme un bon vieux Sonic Youth). La tension entre les deux comparses est intacte et la voix garde tout son potentiel d’évocation. “I want you to be crazy ‘cos you’re boring baby when you’re straight” nous dit-elle sur le bon Cheap and Cheerful. C’est exactement ça. On aime toujours leur originalité et comme le disait Fred, une matraque emballée dans du papier-bulle ça reste une matraque. Et tant pis si rarement ça manque un peu d’épice (Black Balloon). Hors contexte, Goodnight Bad Morning manque de peps mais pour signifier « on ferme » il est parfaitement à sa place.

C’est sans doute le moins brut, violent ou dérangeant album de The Kills, mais je sens que c’est celui que j’ai le plus de chances d’écouter souvent. C’est en tous cas celui que j’ai le plus usé jusque maintenant. Le relatif changement d’orientation ne les a donc pas privés d’intérêt, que du contraire.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)