Accueil > Critiques > 2008

The Kills - Midnight Boom

jeudi 20 mars 2008, par marc

Une matrraque dans du papier-bulle


S’adapter pour ne pas disparaître, c’est un peu une des conséquences des théories de Darwin. Evoluer pour ne pas sortir du radar, c’est presque un des corollaires pour la musique. Donc The Kills évoluent. Le moins qu’on puisse espérer après avoir écouté leur dernier Midnight Boom, c’est de recueillir l’attention qu’il mérite.

La démarche suivie par le duo rappelle un peu celle de PJ Harvey qui a accouché du langoureux To Bring You My Love après les très turbulents Dry et Rid Of Me. Etrangement, on ressent moins la ressemblance avec la diva du Dorset qu’auparavant. Ils semblent le chainon manquant entre ce qu’ils faisaient sur Keep It On The Mean Side et le Goldfrapp de Supernatural (Getting Down).

On sent le petit changement dès U.R.A. Fever qui nous ramène instantanément quatorze ans en arrière, au cœur de la moiteur du désormais classique Maxinquaye de Tricky. Le riff, lui, semble s’être échappé du premier Garbage (amis des nineties, bonsoir…). Ils n’ont de toute façon pas vendu leur âme au diable de la production lisse. Les morceaux restent courts pour conserver tout leur jus, on reconnaît certains de leurs sons à des kilomètres (Last Day Of Magic, Sour Cherry) et ils n’ont certainement pas donné leurs guitares aux bonnes œuvres (M.EX.I.C.O.C.U qui part comme un bon vieux Sonic Youth). La tension entre les deux comparses est intacte et la voix garde tout son potentiel d’évocation. “I want you to be crazy ‘cos you’re boring baby when you’re straight” nous dit-elle sur le bon Cheap and Cheerful. C’est exactement ça. On aime toujours leur originalité et comme le disait Fred, une matraque emballée dans du papier-bulle ça reste une matraque. Et tant pis si rarement ça manque un peu d’épice (Black Balloon). Hors contexte, Goodnight Bad Morning manque de peps mais pour signifier « on ferme » il est parfaitement à sa place.

C’est sans doute le moins brut, violent ou dérangeant album de The Kills, mais je sens que c’est celui que j’ai le plus de chances d’écouter souvent. C’est en tous cas celui que j’ai le plus usé jusque maintenant. Le relatif changement d’orientation ne les a donc pas privés d’intérêt, que du contraire.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)