Accueil du site > Musique > Concerts > Islands, Botanique, 02/03/2008

Islands, Botanique, 02/03/2008

mardi 4 mars 2008, par Marc

Retour des îles


Revoir un groupe qu’on apprécie c’est un peu comme fixer un rencart à des potes. Même si ces Canadiens n’ont pas dû soupçonner ma présence la première fois (décrite ici), je suis content de les revoir avant la sortie de leur second album depuis la disparition des Unicorns.

C’est finalement à la Rotonde du Botanique qu’a lieu le concert, en lieu et place du Witloof Bar. Ne pas devoir jouer à cache-cache avec les massifs poteaux est une bonne nouvelle. Première constatation, les concerts sans première partie sont souvent impitoyables pour ceux qui ont eu une journée remplie. Seconde constatation, ce n’est pas la toute grande foule. C’est dimanche soir certes, et il manque juste un quart ou un tiers de public pour remplir la toujours aussi séduisante salle mais la fine fleur de l’indie canadien ne fait pas tant recette. Tant pis pour les absents de toute façon. Les musiciens sont bien là par contre, avec un line-up un rien moins ordinaire, car en sus d’un chanteur à la tête enfarinée, on retrouve un bassiste de tout premier ordre, qui ajoute un groove assez inédit mais très discret aux compositions, un batteur, un guitariste-saxophoniste ainsi que deux violonistes-claviéristes. Cette petite énumération est indispensable pour percevoir la densité possible.

En entrant, ce sont des morceaux inédits qui sont joués. Ce qui est déconcertant car si l’album Returns To The Sea m’est très familier, les nouveaux morceaux sont d’apparence complexe, comme un assemblage de sous-parties. Le contact entre le chanteur et le public n’est pas encore à son zénith, ce qui fait qu’on ne sait pas vraiment quand on peut libérer son enthousiasme. Car il y a des moments de musique là-dedans. On attendra donc sagement le verdict de l’album avant de se prononcer. Surtout que la tendance très pop cède un peu le pas. Le contraste avec les titres rescapés du premier exercice studio dont tous les meilleurs extraits sont joués est donc flagrant. On profite donc de Volcanoes ou Wherever There Is A Hope There Is A Whalebone. Ce sera Rough Gem qui clôturera le concert proprement dit, celui d’avant les rappels. Le premier se terminera par Swans, un des meilleurs titres parus ces dernières années. Sans rire, ce titre épique est impeccablement rendu, notamment par une section rythmique toujours aussi souveraine.

Face à l’enthousiasme d’un public maintenant conquis, ils reviendront encore pour un I Feel Evil. Mais ce n’est pas tout. Car la sauce prend tellement qu’ils se montrent une dernière fois, demandant au public de choisir entre un morceau réclamé (l’excellent Humans) qu’ils n’ont plus joué et un tout nouveau. On aura droit aux deux, mais la concession se fera au prix d’un tour dans le public, à l’emprunt d’une veste et d’un bonnet. C’est couché qu’il terminera Humans, montrant une belle maitrise de son audience.

Islands reste un modèle (envoyons Girls In Hawai faire un Erasmus à Montréal, ils trouveront là des pistes pour progresser) et le concert de dimanche me rend impatient d’enfin écouter sur cd des titres qui m’ont plus qu’intrigué. On vous en reparlera bien évidemment.

Quelques images supplémentaires pour compenser le manque de qualité par un peu de quantité.

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0