Accueil > Musique > 2008 > Elf Power - In A Cave

Elf Power - In A Cave

mercredi 9 avril 2008, par Marc

Bis repetita placent pas toujours


Jusqu’à maintenant, Elf Power pour moi c’était un et un seul morceau, découvert via le podcast de KEXP. Un très bon morceau d’ailleurs, catchy à souhait et appelé An Old Familiar Scene. Je ne m’étais pas aventuré à l’époque à écouter le reste de l’album mais j’ai passé le cap avec cette dernière livraison. Il parait que leur âge d’or est passé depuis longtemps. Faute donc d’avoir pu vérifier sur pièce, je ne vais pas accréditer cette assertion.

Finalement, contre toute attente, c’est du côté des Belle And Sebastian guillerets (oui ça existe) ou d’Essex Green qu’il faut situer ce groupe. Il y a une vraie qualité dans ce son, dans cette superposition subtile des couches de guitare, les intrusions de clavier, la mise en place de haut niveau. Il est révélateur de distinguer les grattements en tous genres qui émaillent un morceau comme A Tired Army. Pas vraiment d’artifice de production ici, juste un goût de la belle ouvrage artisanale.

On constate malheureusement une trop grande ressemblance entre les morceaux. Ce qui peut être positif s’ils correspondent à votre état d’esprit mais manque de la fraicheur et de la force, disons, d’un Vampire Weekend. Il n’y a pas non plus la consistance et la variété d’un The Coral par exemple. Prises individuellement, toutes peuvent faire leur petit effet mais on a un peu l’impression qu’Elf Power fait une jolie chanson et la décline dans de petites variations. D’ailleurs, quand ils s’égarent dans le bizarre ce n’est pas fascinant (Windows To Mars).

Il faut à ces chansons un petit supplément de mélodie pour pleinement profiter de leur côté euphorisant. Vous savez déjà qu’un peu de mélancolie peut avoir un effet bénéfique. Tout ça pour dire que The Spiral Stairs, très proche des autres morceaux dans ses intentions et ses effets, est bien supérieur grâce à une ligne mieux définie et un petit supplément d’âme. The Demon’s Daughter est aussi là pour prouver qu’ils peuvent s’en sortir sans trop augmenter le tempo, qui est la tactique la plus courante pour injecter de l’intérêt.

Il n’y a pas une oreille bienveillante pour leur dire que décliner à l’envi une même idée, une même structure n’a jamais produit de grand album ? Si vous sortez une chanson ou l’autre de son contexte, la qualité sera là, mais elle donnera une image trompeuse du plaisir possible à l’écoute de dix de ses clones. Si la gentillesse à aussi haute dose n’est pas rédhibitoire pour vous pouvez y aller sans crainte. Personnellement, autant de bonne humeur me laisse perplexe.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)