Accueil > Critiques > 2008

Tokyo Police Club - Elephant Shell

mardi 13 mai 2008, par Fred, marc

Bravo la police


Finalement, et même si ce n’est pas glorieux sémantiquement, c’est plutôt par ce que ce n’est pas qu’il convient de définir Tokyo Police Club. C’est joué par des jeunes énergiques mais ça n’a rien à voir avec l’écœurant punk californien. Ca sonne pop sans pour autant sentir la guimauve. C’est garni d’une prose abondant et bien sentie sans verbiage.

On ne va pas aller jusqu’à dire que plus c’est court mieux c’est, mais la concision est aussi une qualité. Quand un morceau est bon en 2’30’’, il n’est pas toujours nécessaire de le prolonger. Et s’il est plus moyen, c’est vite passé avant de passer à autre chose. Au total, on garde la cohérence du début à la fin et le plaisir n’a pas le temps de s’émousser.

On décèle bien moins d’inclinations new-wave et post-punk que sur l’EP qui leur a valu d’être découverts. Non, ici la direction est clairement celle d’une pop-rock, un rien garage, décomplexée. Graves est un exemple du genre. En quelque sorte, le morceaux que Malibu Stacy rêvera longtemps de pouvoir composer.
Même le clavier sur Tesselate trouve sa place et s’intègre sans dénoter aux côtés de la basse large comme un freeway et de la batterie binaire.

On les sent moins portés sur la mélancolie (The Horrowing Adventures Of…), même si Listen To The Math passe pas trop mal la rampe.

La voix est bien entendu un facteur primordial dans le succès d’un groupe de pop-rock. Celle de Dave Monks fait partie de ces voix reconnaissables, de celle qui ont une empreinte propore, qui marque chacune des chansons.
Loin de réaliser des prouesses vocales, c’est plutôt les inflexions et la rythmique de la diction qui rendent son chant intéressant et enrichissent les compositions du groupe.

Nos horizons musicaux s’élargissant de jour en jour, il nous faudra toujours un album de rock sympa mais pas lobotomisé. Et dans ces cas-là, la concurrence à priori nombreuse doit céder devant les plus talentueux. Dans le genre, Tokyo Police Club pourraient être ceux-là. On conseille donc.


Répondre à cet article

  • Islands - And That’s Why Dolphins Lost Their Legs

    Peu de groupes ont pu garder une image de sympathie aussi tenace au fil des années. Avec ce neuvième album pour autant de critiques ici, pas de doute, on est en terrain connu. La continuité est aussi assurée par ce line-up inchangé depuis le dernier album et le même Patrick Ford qui assure la production tout comme celle de !!!.
    Ce titre d’album fait une entrée immédiate dans les plus improbables. (...)

  • Feist - Multitudes

    On n’a qu’une chance de faire une première bonne impression. C’est via un album soyeux qu’on écoute encore beaucoup 20 ans après qu’on a fait connaissance du talent tellement attachant de Leslie Feist et on n’a jamais décroché parce qu’elle ne nous a jamais déçus non plus.
    On n’a qu’une chance de faire une première bonne impression. Et c’est avec le délicieusement psychédélique In Lightning qu’elle revient (...)

  • Samuele - Une Paillette dans l’engrenage

    Il me faut commencer par une confession : j’ai un peu de mal avec les accents québécois trop typés ou le créole en chanson (seulement en chanson, je précise...). C’est comme ça donc cette écoute commençait par un petit handicap. Alors on se lance, histoire de voir si on arrive au bout d’une écoute. Et ça marche, alors on recommence, encore et encore.
    Pourquoi ? Parce que le ton pop est parfaitement (...)

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur (...)