Accueil > Musique > 2008 > Cloud Cult - Feel Good Ghosts (Tea-Partying Through Tornadoes)

Cloud Cult - Feel Good Ghosts (Tea-Partying Through Tornadoes)

jeudi 17 avril 2008, par Marc

L’abondance de biens ne nuit pas


Le hobby de la critique musicale est un peu une application au quotidien du mythe de Sisyphe. Une fois qu’on pense avoir cerné ses goûts, qu’on pense que la liste des groupes qu’on aime bien n’est plus extensible à l’infini, une bande arrive de nulle part, alors qu’on n’en connaît que le nom et une reprise qu’ils avaient faite et qui passait parfois à la radio (enfin, KEXP quoi). Le sixième album de Cloud Cult n’est pas, s’il faut en croire les – autres – critiques, le meilleur. Je m’en contenterai pourtant comme je vais tenter de vous l’expliquer.

Aucun groupe n’aime ça, mais en tant que lecteur, vous voudrez sans doute savoir dans quelle catégorie classer Cloud Cult. Mais dès qu’on essaie de les mettre dans un tiroir, ils en sortent pour joyeusement en investir un autre. Bien que pratiquant parfois un songwriting classique qui fait son petit Eliott Smith (The Ghost Inside Our House) et utilisant souvent les violons, il faudrait être d’une mauvaise foi démesurée pour les cantonner dans le ghetto folk. C’est qu’un peu comme l’Islands du premier album, ils se posent comme un de ces groupes rares capables de combiner douceur pop et exigence. Les mélodies sont faciles et accrocheuses, on peut tomber dedans dès la première écoute.

Mais pour que la première écoute soit suivie par plein d’autres, il faut du talent et de l’intensité. Le premier se retrouve dans des moments de violon qu’on aurait fort bien imaginé chez Final Fantasy (When Water Comes To Life), la seconde par exemple sur Everybody Here Is A Cloud ou dans les quelques titres très forts comme The Story Of The Grandson of Jesus ou le très prenant et complet May Your Heart Stay Strong.

Dans la série « trouvons des ressemblances au chausse-pied », The Will Of A Volcano est le morceau que Venus aurait rêvé d’écrire. En tous cas, ça me touche plus que tout ce qu’a pu faire la bande à Huygens. C’est puissant donc on ferme les yeux sur le relatif côté pompier de la chose. C’est typiquement une circonstance où l’esprit critique est mis sous l’éteignoir du plaisir d’écoute. On peut aussi en tant que Belge trouver des traces de Zita Swoon au détour d’un Journey Of The Featherless. Pas de grand album sans de grandes chansons est un de nos slogans. Mais les moments plus essentiels sont entrecoupées de petites bizarreries (The Tornado Lessons) ou de courts interludes délirants (It’s What You Need) qui naviguent dans les mêmes eaux qu’Architecture In Helsinki ou les intermèdes de The Do. Et puis, vous en connaissez beaucoup, vous, des balades au vocoder ? Love You All était ma première en tous cas. C’est sans doute un moyen de désamorcer un excédent de sucre qui arrive quand des vrais chœurs prennent le relais.

Grâce à ce petit supplément d’énergie qui rend le tout agréable à écouter, qui préfère communiquer son enthousiasme même à travers un peu de mélancolie, Cloud Cult montre qu’on peut être délicat et fort sans être brouillon. A méditer à Braine l’Alloeud. C’est ce que j’adore, un album venu d’un peu nulle part et qui s’installe très haut dans mes préférences.

Pas encore convaincu ? Allez faire un tour sur notre Muxtape d’avril.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)