Accueil > Musique > 2008 > Cloud Cult - Feel Good Ghosts (Tea-Partying Through Tornadoes)

Cloud Cult - Feel Good Ghosts (Tea-Partying Through Tornadoes)

jeudi 17 avril 2008, par Marc

L’abondance de biens ne nuit pas


Le hobby de la critique musicale est un peu une application au quotidien du mythe de Sisyphe. Une fois qu’on pense avoir cerné ses goûts, qu’on pense que la liste des groupes qu’on aime bien n’est plus extensible à l’infini, une bande arrive de nulle part, alors qu’on n’en connaît que le nom et une reprise qu’ils avaient faite et qui passait parfois à la radio (enfin, KEXP quoi). Le sixième album de Cloud Cult n’est pas, s’il faut en croire les – autres – critiques, le meilleur. Je m’en contenterai pourtant comme je vais tenter de vous l’expliquer.

Aucun groupe n’aime ça, mais en tant que lecteur, vous voudrez sans doute savoir dans quelle catégorie classer Cloud Cult. Mais dès qu’on essaie de les mettre dans un tiroir, ils en sortent pour joyeusement en investir un autre. Bien que pratiquant parfois un songwriting classique qui fait son petit Eliott Smith (The Ghost Inside Our House) et utilisant souvent les violons, il faudrait être d’une mauvaise foi démesurée pour les cantonner dans le ghetto folk. C’est qu’un peu comme l’Islands du premier album, ils se posent comme un de ces groupes rares capables de combiner douceur pop et exigence. Les mélodies sont faciles et accrocheuses, on peut tomber dedans dès la première écoute.

Mais pour que la première écoute soit suivie par plein d’autres, il faut du talent et de l’intensité. Le premier se retrouve dans des moments de violon qu’on aurait fort bien imaginé chez Final Fantasy (When Water Comes To Life), la seconde par exemple sur Everybody Here Is A Cloud ou dans les quelques titres très forts comme The Story Of The Grandson of Jesus ou le très prenant et complet May Your Heart Stay Strong.

Dans la série « trouvons des ressemblances au chausse-pied », The Will Of A Volcano est le morceau que Venus aurait rêvé d’écrire. En tous cas, ça me touche plus que tout ce qu’a pu faire la bande à Huygens. C’est puissant donc on ferme les yeux sur le relatif côté pompier de la chose. C’est typiquement une circonstance où l’esprit critique est mis sous l’éteignoir du plaisir d’écoute. On peut aussi en tant que Belge trouver des traces de Zita Swoon au détour d’un Journey Of The Featherless. Pas de grand album sans de grandes chansons est un de nos slogans. Mais les moments plus essentiels sont entrecoupées de petites bizarreries (The Tornado Lessons) ou de courts interludes délirants (It’s What You Need) qui naviguent dans les mêmes eaux qu’Architecture In Helsinki ou les intermèdes de The Do. Et puis, vous en connaissez beaucoup, vous, des balades au vocoder ? Love You All était ma première en tous cas. C’est sans doute un moyen de désamorcer un excédent de sucre qui arrive quand des vrais chœurs prennent le relais.

Grâce à ce petit supplément d’énergie qui rend le tout agréable à écouter, qui préfère communiquer son enthousiasme même à travers un peu de mélancolie, Cloud Cult montre qu’on peut être délicat et fort sans être brouillon. A méditer à Braine l’Alloeud. C’est ce que j’adore, un album venu d’un peu nulle part et qui s’installe très haut dans mes préférences.

Pas encore convaincu ? Allez faire un tour sur notre Muxtape d’avril.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)