Accueil > Musique > 2008 > Islands - Arm’s Way

Islands - Arm’s Way

mardi 20 mai 2008, par Marc

Vide à moitié plein


Ce nouvel album d’Islands, c’est une énième resucée de la bouteille à moitié pleine ou à moitié vide. Certes il y a une ampleur et un souffle qui rendent une partie de l’album vraiment bonne, mais quand les mêmes recettes sont appliquées de manière simpliste, c’est juste boursoufflé et certains morceaux peinent à retenir l’attention malgré leurs cheminements tortueux (Life In Jail). Ce qui fait que les premières écoutes sont intégrales, puis se limitent vite aux seuls titres qui éveillent l’attention. Il reste donc quelques intenses moments de musique, et ce dès The Arm qui entame l’album.

Vous vous souvenez de la fin de l’incroyable Swans qui ouvrait Returns To The Sea ? On tombait dans un rock un peu pompier qui donnait le sourire à la fin de ce marathon. Eh bien, ici, certains morceaux commencent comme la fin de celui-là. Ce ne manque pas de souffle, et on est même gratifiés au détour d’un J’aime Vous Voir Quitter d’un passage ensoleillé. De son côté, Pieces of You assure le boulot du morceau qui n’est pas là pour servir de vitrine mais qui utilise avec application les recettes du reste de l’album, avec un peu plus de concision et moins de digressions.

Manie aussi des morceaux à tiroirs assez longs sans vraie ligne directrice (In The Rushes, We Swim), qui semblent parfois la juxtaposition arbitraire de morceaux très différents. Ce n’est pas qu’on veuille à tout prix qu’il y ait une signification aux circonvolutions mais les changements pour le plaisir de la non-linéarité, ça peut se révéler stérile aussi puisque si la maitrise est là, l’intensité et l’émotion en sont presque absentes. Pour des montées en régime de haut niveau, il faudra pratiquement attendre le dernier Vertigo. Il appartient à la catégorie des « morceaux jamais morts » de onze minutes. Sans la progression de Swans mais plus éclaté. Si vous pensez qu’il est préférable d’avoir un goût de trop qu’un goût de trop peu, vous avez votre morceau…

C’est grandiloquent, pompeux un peu, mais est compensé par une envie de tous les instants. J’ai en fait du mal à trouver d’autres artistes dont la démarche serait similaire. Sans doute Destroyer est-il le moins éloigné de cette façon décomplexée d’aborder des morceaux, surtout quand ils se lancent dans un slow ou quelque chose s’en approchant (To A Bond). Comme ce dernier, le procédé marche très bien ou beaucoup moins. Le chant aussi se fait plus ample, héroïque presque, en tous cas plus maniéré qu’auparavant. Mais même si le format long reste la norme, c’est parfois plus compact (Creeper), ce qui n’empêche pas un coup de mou au début de la seconde partie de l’album.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le nouvel album d’Islands est déroutant. Mais pas dans l’acception luxuriante qu’on imaginerait. La conjonction d’une facilité pop assumée alliée à une inventivité explosive était leur grande force. On a l’impression que la légèreté a dû faire place à une ambition qui n’est pas uniformément gratifiante. Ce qui rend cet album à la fois uniforme dans ses intentions et très différent dans ses résultats. On bascule donc continuellement entre admiration et un peu de lassitude.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Islands - Arm’s Way 20 mai 2008 17:11, par Simbad

    Nice tout ça mais la chronique du concert de Vampire Weekend arrive quand ?? J’y étais et j’y ai passé un bon moment, j’attends de connaître ton avis

    repondre message

    • Islands - Arm’s Way 20 mai 2008 22:33, par marc

      Bon, ça peut paraitre étonnant dans la mesure où j’avais mis un point d’honneur à présenter fort tôt ce groupe et où je considère cet album comme une des sorties essentielles de cette année, mais je n’étais pas à ce concert. J’avais privilégié une manifestation du patrimoine universel de l’humanité.

      En un mot comme en cent, et pour lire ton blog, je te le demande : à quand ton compte-rendu ?

      repondre message

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)