Accueil > Musique > 2008 > Ruby Suns - Morning Sun

Ruby Suns - Morning Sun

lundi 5 mai 2008, par Marc

Un des nombreux rejetons du soleil


S’il est bien un label qui a habilement su se reconvertir après la gloire, c’est bien Sub Pop de Seattle. Certes, il ne leur fut pas facile de survivre au boom grunge mais ils ont bien redressé la barre, en accueillant des groupes aussi divers et bons que Band Of Horses, The Shins ou Wolf Parade. Et on ne peut pas dire que The Ruby Suns va les renvoyer à la musique qui tache. C’est que le groupe implanté en Nouvelle Zélande par le Californien Ryan Mac Phun est pile-poil dans la mouvance de weird-folk ensoleillé qui déferle gentiment dans les rayons indie (par contre, la bande fm n’en est pas trop friande apparemment).

Et en tant qu’avant-garde d’un folk baba et aventureux, on peut dire qu’ils tiennent leur rang. Par un sens mélodique jamais démenti qui rend digeste même leurs moments les plus abstraits. Ils peuvent ainsi élever un morceau à l’aide d’une seule guitare acoustique, presque mariachi (Oh Mojave), passer ensuite à ce qui pourrait être un morceau de folklore brésilien (Tane Mahuta) puis donner l’impression que Remember s’est échappé d’une BO de Pink Floyd pour Barbet Schroeder (style More ou La Vallée). Quand vous ajoutez à ça les vocalises abstraites comme chez, par exemple, A Sunny Day In Glasgow sur It’s Mwangi In Front Of Me, vous aurez compris qu’on n’emprisonne pas facilement leur style dans un étroit carcan.

Mais le plus étonnant n’est même pas là. Sur la seconde partie de Morning Sun qui commence comme une mélopée et termine dans une pop étrange on a la sensation que les années ’80 étaient passées au filtre de folkeux fous furieux. There Are Birds les voit aussi pratiquer un genre de new-wave acoustique et, de manière assez surprenante, le résultat est cohérent. Imaginez que Ladytron joue avec Jana Hunter, juste pour vous donner une idée… Les Ruby Suns nous proposent donc un chouette coup de soleil inspiré et original. Pas de bol, ces qualités sont aussi présentes chez beaucoup de groupes du moment, de Yeasayer à Panda Bear. Ils s’en distinguent heureusement par une approche plus orientée sur les chansons et des compositions qui ont le mérite de sortir des frontières du genre pour trouver des éléments neufs.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)