Accueil > Musique > 2008 > Ruby Suns - Morning Sun

Ruby Suns - Morning Sun

lundi 5 mai 2008, par Marc

Un des nombreux rejetons du soleil


S’il est bien un label qui a habilement su se reconvertir après la gloire, c’est bien Sub Pop de Seattle. Certes, il ne leur fut pas facile de survivre au boom grunge mais ils ont bien redressé la barre, en accueillant des groupes aussi divers et bons que Band Of Horses, The Shins ou Wolf Parade. Et on ne peut pas dire que The Ruby Suns va les renvoyer à la musique qui tache. C’est que le groupe implanté en Nouvelle Zélande par le Californien Ryan Mac Phun est pile-poil dans la mouvance de weird-folk ensoleillé qui déferle gentiment dans les rayons indie (par contre, la bande fm n’en est pas trop friande apparemment).

Et en tant qu’avant-garde d’un folk baba et aventureux, on peut dire qu’ils tiennent leur rang. Par un sens mélodique jamais démenti qui rend digeste même leurs moments les plus abstraits. Ils peuvent ainsi élever un morceau à l’aide d’une seule guitare acoustique, presque mariachi (Oh Mojave), passer ensuite à ce qui pourrait être un morceau de folklore brésilien (Tane Mahuta) puis donner l’impression que Remember s’est échappé d’une BO de Pink Floyd pour Barbet Schroeder (style More ou La Vallée). Quand vous ajoutez à ça les vocalises abstraites comme chez, par exemple, A Sunny Day In Glasgow sur It’s Mwangi In Front Of Me, vous aurez compris qu’on n’emprisonne pas facilement leur style dans un étroit carcan.

Mais le plus étonnant n’est même pas là. Sur la seconde partie de Morning Sun qui commence comme une mélopée et termine dans une pop étrange on a la sensation que les années ’80 étaient passées au filtre de folkeux fous furieux. There Are Birds les voit aussi pratiquer un genre de new-wave acoustique et, de manière assez surprenante, le résultat est cohérent. Imaginez que Ladytron joue avec Jana Hunter, juste pour vous donner une idée… Les Ruby Suns nous proposent donc un chouette coup de soleil inspiré et original. Pas de bol, ces qualités sont aussi présentes chez beaucoup de groupes du moment, de Yeasayer à Panda Bear. Ils s’en distinguent heureusement par une approche plus orientée sur les chansons et des compositions qui ont le mérite de sortir des frontières du genre pour trouver des éléments neufs.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)