Accueil > Musique > 2008 > Albin De La Simone - Bungalow !

Albin De La Simone - Bungalow !

lundi 19 mai 2008, par Marc

Un poids lourd de la légèreté


Quand j’ai lu pour la première fois le titre avec son point d’exclamation, j’ai pensé à la blague du lapin sourd. Comme ça ne donne rien par écrit, je vais vous l’épargner. Le nom en fait vient de ce que cet album a été écrit et composé dans un bungalow à Bornéo, où il est allé chercher un calme pas parisien et l’oubli de sa rupture. Ce relatif isolement lui a visiblement réussi, puisque cet album apparaît comme le plus abouti de sa discographie.

Collaborateur d’un pan énorme de la chanson française (trop de noms à citer, allez voir sur wikipedia), c’est le troisième album d’Albin De La Simone en tant qu’artiste solo dont on va parler. Plus que de la chanson française, on parlera plutôt de pop en français, ce qui est plus délicat et plus judicieux. C’est que ce n’est pas une marionnette à la merci des producteurs, et qu’il mène sa barque comme il l’entend, avec de vraies bonnes idées à la clé. Par exemple, les chœurs, très chouettes parce qu’ils apportent un petit décalage, sont en fait dus à Albin lui-même, la voix étant bidouillée comme il se doit. L’effet est très ludique et rehaussent aussi habilement un Sympa, les calembours (il m’a fallu plusieurs écoutes pour me rendre compte du procédé… lent je suis) de Vendéen ou encore la langueur de J’avais Chaud.

Côté thèmes, on pourrait croire au grand écart entre les réflexions mélancoliques du Tire-fesses et les saillies plus ludiques ou carrément loufoques de N’importe Quoi, mais le ton est cohérent d’un bout à l’autre. Ce mélange de petites observations quotidiennes et de folie douce marche en tout cas fort bien. On évite les deux pièges tendus par le glauque d’un réalisme apeuré et la poésie pour la poésie. En gros, un humour discret mais efficace est le remède choisi contre la mièvrerie. Car si c’est léger (on est dans de la pop, pas de la variétoche quand même), c’est souvent touchant. L’écriture aussi se resserre et puis, il y a de bonnes chansons, tout simplement, de celles qu’on peut écouter souvent sans jamais se lasser (Sympa, Catastrophe, J’aime Lire).

Après moult collaborations, Albin De La Simone prend de plus en plus confiance en tant qu’artiste solo. Il a pour lui un passé d’arrangeur qui donne de fort simples mais jolis atours à ces pièces à la fois sucrées et amères et légères. Leur somme constitue un album qu’on conseillera vivement à tout amateur de belles choses pop, quelles que soient ses aspirations linguistiques d’ailleurs.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)