Accueil > Musique > Concerts > Moriarty, Nuits Botanique, 10/05/2008

Moriarty, Nuits Botanique, 10/05/2008

mardi 13 mai 2008, par Marc


Avec deux groupes que je voulais voir, la soirée promettait ce samedi soir. Par contre, je ne connaissais pas Chris Garneau. Sur une sorte d’accordéon horizontal ou à l’orgue, il plaque de jolies chansons mais qui ne me restent plus en mémoire. Est-ce que mon contexte ne s’y prêtait pas ? Alors que dans les mêmes circonstances une Frida Hyvonen m’avait séduit immédiatement, je n’ajoute pas ce garçon à mes découvertes de ces jours-ci. Zap.

La salle est copieusement remplie pour Cocoon. Tout est mignon chez eux. Le premier album, eux (qui ne sont pas ensemble comme ils l’assènent de façon assez marquée), leurs chansons gentiment tristes. Ils communiquent bien entre eux et avec le public, mais de façon si légère qu’elle contraste avec la gravité de certains titres. Le public est ravi, on voit mal comment bouder son plaisir face à des gens qui ont l’air content d’être là. De plus, la voix de Morgane Imbeaud est toujours aussi caressante et son sourire est convaincant.

Mais le plat de résistance doit encore venir. C’est complètement par hasard que j’ai découvert Moriarty et son album. Le mystère de leurs origines, l’abstraction des critiques les concernant, la scénographie des Deschiens Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff, tout semblait indiquer le délire arty. Pourtant Gee Wizz But This Is A Lonesome Town est un album lumineux traversé par la voix de Rosemary, la chanteuse. C’est ce qui m’avait donné envie de vérifier en direct leurs bonnes dispositions. Et il ne faut pas longtemps pour se laisser convaincre. Pêchant dans le folklore des deux côtés de l’Atlantique, leur musique est dense sur scène, prenante et très humaine. La mise en scène, un peu kitsch passé est en tous cas raccord avec leurs vieux instruments. La voix est souveraine et les morceaux déroulent. Comment résister à un Jimmy avec un seul micro, utilisé par tous les protagonistes ? Ils font leur métier sérieusement sans se prendre trop au sérieux, dédiant une reprise de Enjoy The Silence voix-guitare-xylophone à une tête de chamois empaillée nommée Gilbert. Ce n’est qu’un petit exemple des incongruités qui renforcent le plaisir. Le public ne s’y trompe pas et l’accueil est plus que chaleureux. Deux rappels dont une chanson tirée d’un poème d’une écrivaine autrichienne exécutée a capella (cette Rotonde permet ce genre de moment de grâce) et on se dit qu’il faudra rameuter du monde pour leur concert du 6 novembre à l’Orangerie.

Evidemment qu’il y a des photos en plus.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Moriarty, Nuits Botanique, 10/05/2008 18 mai 2008 11:30, par Laurent

    À l’inverse, c’est pour Chris Garneau que j’avais pris la peine d’emmener mon portefeuille avec moi (le stand merchandising vendait une compile de faces B sympatoche), et si sa prestation ne vous a pas marquée, je recommande tout de même à tout le monde de jeter une oreille à son très bel album "Music for Tourists" (si possible la version import sortie il y a un an avec un avion sur la pochette et plus de morceaux que sur la récente version européenne, dont l’indispensable ’First Place’). C’est très très sobre au niveau des arrangements, certes, mais l’émotion est régulièrement au rendez-vous, notamment sur la magnifique ’Black & Blue’ ou sa reprise mimi tout plein du ’Between the Bars’ d’Elliott Smith. Ça mérite un retour, croyez-m’en...

    repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)