Accueil > Critiques > 2008

Ladytron - Velocifero

mercredi 4 juin 2008, par marc

La bicyclette noire


Electro-rock, d’une manière générale, c’est la façon de conjuguer deux façons de produire une énergie basique et primaire, orientée dancefloor. C’est par définition une réserve à buzz divers et variés ainsi qu’à éphémères coups médiatiques. A cette échelle, Ladytron fait presque figure de vétéran avec ce quatrième album. Même si ici on sent que certains morceaux supporteraient un traitement plus rock mais que c’est l’adjonction de synthés qui rend certains morceaux (I’m Not Scared par exemple) aussi convaincants.

D’accord, les références eighties sont claires, mais il y a une certaine ampleur. On retrouve d’ailleurs quelques ingrédients du genre comme les voix féminines sous-mixées, les mélodies simples et très répétitives, la rythmique pas trop mise en avant, puisque même s’ils ont commencé leur carrière en pleine effervescence electroclash, ce n’est pas la sudation qui est la priorité de ce Velocifero. Au lieu de chercher la perfection sonore au bout de l’ennui comme les Depeche Mode récents, ou au contraire de ne pas entourer de trop faibles idées comme Miss Kittin cette année, Ladytron capitalise sur les plaisirs basiques de morceaux simples au son fouillé. Bien trop sombre pour être vraiment pop, le style pourra plaire, par exemple, à ceux qui ont aimé les deux précédents albums de Goldfrapp.

Ladytron n’est pas juste bloqué dans d’hypothétiques années ’80 fantasmées mais évolue avec son temps, ce qui veut dire qu’ils suivent d’une certaine manière la course aux armements sonores. Il n’y a qu’à voir l’épaisseur du son, la rondeur des basses, la superposition des couches très maitrisée pour s’en rendre compte. Il y a à la clé d’évidentes réussites (Runaway) quand l’intensité est poussée plus loin (Versus) ou quand la facilité mélodique rend un morceau plus attachant (l’electro-glam Ghosts), avec un refrain vraiment catchy qui fait toute la différence. Si on n’a pas ici d’héritier direct d’un International Baseline, plusieurs têtes de gondole potentielles sont identifiées.

Comme souvent, les groupes qui sont facilement reconnaissables peuvent donner des albums un peu uniformes, vu que la ‘patte’ est appliquée de façon un peu identique. C’est ce qui gênera le plaisir de l’écoute intégrale et comme beaucoup des meilleurs morceaux sont concentrés en début d’album, un décrochage est plus qu’envisageable. Les chants en Bulgare quant à eux semblent toujours aussi incongrus (Black Cat, Kletva), donnant une involontaire patte Eurovision à des lieues de la consistance de la musique qui l’entoure, même si les morceaux concernés ne sont pas les plus inoubliables de l’album, loin s’en faut même.

Velocifero ne marquera sans doute pas une date, peut-être même pas pour Ladytron dont le son s’étoffe pour une recette qui fonctionne presque toujours mais qui est appliquée trop systématiquement pour que l’écoute intégrale soit gratifiante. Mais comme presque rien n’est faiblard et qu’ils peuvent le temps de quelques morceaux faire grimper l’intensité, on en déduira que leur trajectoire garde sa pertinence.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Ladytron - Velocifero 22 juin 2008 19:11, par redkitten

    va savoir … ça me donne envie de l’écouter, alors que le précédent m’avais paru plus faible que le deuxième, lui même plus faible que le premier qui était un chef d’œuvre.

    toute la classe de 604 c’était la référence au 80’s en toute naïveté là ou la vague dite ’electroklash’ posait avec un air détaché et ironique … mais ils n’en sont plus là.

    repondre message

    • Ladytron - Velocifero 23 juin 2008 15:39, par Marc

      Bien honnêtement, je connais moins leurs débuts, sauf évidemment les singles qui en ont été extraits. Je peux juste dire que je trouve qu’ils sont encore dignes dans leur revival années ’80 et que cet album est moins inégal que le précédent...

      repondre message

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Dark Minimal Project – Ghost of Modern Times

    Dark Minimal Project. Rarement un nom de formation n’a sonné autant comme une déclaration d’intention. A l’instar du post-rock il y a dix ans dont les représentants qui se succédaient à une allure folle, les groupes cold-wave semblent maintenant se bousculer dans la boîte mail. On retrouve la même difficulté à les différencier, à les classer pour mieux en parler. Mais bon, s’il y a toujours un cahier des (...)

  • Zola Jesus - Arkhon

    Au début, il était facile de voir Nika Roza Danilova comme une version moderne de Siouxie mais elle a vite fait craquer ce carcan. Sans doute encore plus aujourd’hui qu’elle n’est plus seule aux commandes mais peut compter sur l’aide du producteur Randall Dunn et du batteur Matt Chamberlain qui a collaboré avec rien moins que David Bowie, Bob Dylan, Bruce Spingsteen, Of Montreal ou Rufus (...)

  • Anna von Hausswolff - Live at Montreux Jazz Festival

    La seule fois que les concerts d’Anna von Hausswolff ont été mentionnés dans la presse généraliste, c’est quand une bande d’intégristes stupides ont empêché la tenue d’une prestation à Nantes. Par un effet Streisand prévisible, plusieurs personnes ont découvert et apprécié la Suédoise à cette occasion.
    On n’avait pas attendu cette désolante actualité pour dire tout le bien qu’on pensait d’Anna et on ne va pas (...)