Accueil > Musique > 2006 > Solarise - Still The Same Dream

Solarise - Still The Same Dream

lundi 7 juillet 2008, par Marc

Vintage moderne et varié


Quand quelqu’un s’attaquera à l’histoire de la musique rock en notre riant royaume, il ne pourra que constater une effervescence née dans le sillage de dEUS dans les années ’90. Reliés ou pas à la bande d’Anvers, toute une série de groupes (plutôt flamands d’ailleurs) emboitait joyeusement le pas, avec une patte assez caractéristiques. Ces groupes s’appelaient Moondog Jr (première mouture de Zita Swoon), Mad Dog Loose, Evil Superstars, Dildo Warheads, Vénus.. et on leur doit de bons souvenirs. Si j’évoque cette époque pas si lointaine, c’est que l’album de Solarise m’y a replongé. Sorti en 2006 et passé outre mon radar, j’ai eu l’occasion de le rattraper un peu par hasard. Il faut faire sortir de leur ghetto ces talents qui sont là à portée de main.

Après cette introduction, vous avez sans doute compris dans quelles eux vogue le quartet, formé en Ecosse et de composition belgo-écossaise. C’est sans doute un peu réducteur mais c’est cette impression de jeune vintage qui est prégnante dès les premières écoutes. Ce n’est pas exactement une réserve mais une remarque. La seconde serait une approche par trop candide de certains styles. Ils lorgnent par exemple du côté de Radiohead (Goodnight), avec une voix haut perchée, des progression d’accords du même type et des chœurs travaillés sous-mixés qui sont toutes des marques de l’intouchable bande d’Oxford. Evidemment, ce morceau souffrira de la comparaison et ses évidentes qualités intrinsèques vont en pâtir. Faire pareil quand on ne fait pas mieux (mais honnêtement, qui le pourrait sur leur terrain ?) ce n’est pas une bonne idée. Dernière remarque désagréable, les paroles de Living On Mars me semblent un peu limite.

Maintenant que ce qui fâche a été liquidé, abordons les raisons qui m’ont rendu la dizaine d’écoute aussi fluide et agréable. Tout d’abord, c’est la diversité qui séduit. Quand on écoute une démo, ou une première sortie, on devine la personnalité en filigrane, on voit les orientations, les influences. C’est vraiment le cas ici et omettre tous les noms qui viennent en tête serait illusoire. Par contre, il y a ici ce qu’il manque souvent aux premier pas, c’est-à-dire des titres forts, mémorisables. Et ils peuvent aussi bien provenir du plus puissant (Still The Same Dream qui joue sur des gimmicks plus synthétiques qu’ils maitrisent aussi, I Quit) comme de la balade qui peut appuyer un moment sur l’accélérateur. Non pas pour noyer sous une grosse guitare les bonnes intentions, mais renforcer par la subtilité de l’instrumentation l’intensité. Les cordes qui terminent Paradise par exemples sont imparables. C’est pour moi le morceau de bravoure de l’album. Une balade doit être intense, sans quoi elle est immanquablement oubliable. C’est ce qu’on pense de I fade avant une fin qui met tout le monde d’accord. Et je préfère aussi les incursions plus originales de cuivres aux plus entendues montées de guitare

Je m’en voudrais de ne pas signaler que la voix évoque parfois celle de Stef Kamil Carlens (Get You Down). Mais plutôt dans Monndog que Zita Swoon. J’ai aussi pensé à Sharko pour Lullaby. Avec la facilité pop qui va avec. On dirait un fresh de Pure Fm avec ses cuivres en fin de course. C’est calibré pour plaire et de fait c’est très plaisant, léger, dansant, et les incursions de guitares un peu funk sont très réussies. Il faut aussi dire que le son est de haut niveau, échappant à la course aux armements en vogue actuellement. Sans doute la collaboration de Rudy Coclet (qui a collaboré avec dEUS ou Arno) n’y est pas étrangère. Mais je vous ai dit que les années ’90 n’étaient pas loin avec voix parfois nasillardes, volonté de sortir du carcan du morceau rock de base et instruments organiques relevés d’un brin d’électronique.

Evidemment, pour tout qui a écouté du rock en notre riant royaume ces quinze dernières années, parcourir cet album c’est un peu jouer au jeu des sept erreurs tant cette époque est citée, explicitement ou non. On repassera donc pour le souffle neuf. Mais au-delà de l’anachronisme de façade, Solarise propose de vrais titres marquants et impeccablement exécutés. Que demander de plus de la part d’un premier album ? De prolonger dans cette voie en arrivant à s’émanciper de trop évidentes ressemblances avec une scène un peu passée. Leur facilité à trousser de bons titres, des morceaux forts et différenciés, leur versatilité de style leur promet un avenir radieux.

Pour vous procurer cet album, il existe certes de bons disquaires (Caroline, ce genre) mais il est possible de le commander en ligne via Konkurrent. D’autres adresses utiles :
_http://www.solarise.info
_http://www.myspace.com/stillthesamedream

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)