Accueil > Musique > Concerts > A Place To Bury Strangers, Botanique, 28/05/2008

A Place To Bury Strangers, Botanique, 28/05/2008

mercredi 28 mai 2008, par Marc

Double bang


Après la seconde guerre mondiale, la question qui a tenu le monde de l’aéronautique en haleine, c’était celle qui se demandait ce qu’il y avait de l’autre côté du mur du son. Chuck Yeager est arrivé et on a su. En musique, il y a quelques années qu’on sait qu’on peut trouver des chansons au-delà du mur du son. C’est dans ces zones-là que se situe A Place To Bury Strangers.

Leur album m’ayant impressionné par son jusqu’au boutisme, il est normal que je veuille assister à l’expérience que devait constituer un concert de ces lascars. C’est dans un Witloof bar à moitié rempli que les trois lascars (oui, tant de bruit à trois) se produisaient. La salle, une sorte de cave voutée en dessous du Botanique, se prêtait bien à ces délires sonores.

Dès le départ, on réalise que ceux qui n’ont pas pris la précaution de prendre des bouchons rejoindront sous peu le monde du silence. Car le guitariste, fournisseur de pédales d’effets pour une partie de la première division américaine (Tv On The Radio, Wilco,...) est un spécialiste du vrombissement. Qui ne se met en place que lentement. On devine To Fix The Gash In Your Head, noyé sous le son et à la batterie pas encore en place. Plus de peur que de mal, le meilleur est encore à venir. On n’a pas encore eu droit à la guitare (une vieille Fender Jaguar) se faire secouer dans tous les sens. La distorsion rend lourde à souhait la balade (tout est relatif) The Falling Sun. Mais les deux meilleurs morceaux restent I’ve Lived My Life to Stand in the Shadow of Your Heart qui lance véritablement les hostilités et une version tendue et allongée de Don’t Think Lover qui offre à la section rythmique l’occasion de voir de quel bois elle se chauffe. Les effets remplissent l’espace, le stroboscope donne au tout un aspect épileptique, on est envoutés, véritablement.

Voilà, en trois quarts d’heure, tout est emballé. Pas de fioriture, pas un mot au public, pas de gras, pas de temps mort. On a eu la confirmation qu’A Place To Bury Strangers arrive parfaitement à transmettre son intransigeance sur scène. Le son se sculpte, je viens d’y assister...

http://picasaweb.google.be/marc.mineur/APlaceToBuryStrangers

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)