Accueil > Critiques > 2008

El Perro Del Mar - From The Valley To The Stars

vendredi 6 juin 2008, par marc

Mauvaise nouvelle : Sarah va mieux.


Quand on connaît déjà un album d’un artiste, la tentation est grande de n’établir que des comparaisons. Cet effet est encore plus prégnant quand on a apprécié ledit album. Je crains de tomber dans ce piège grossier avec d’autant moins de remords que cet album a du mal à soutenir la comparaison avec le premier à cause de son côté plus éthéré. Ce qui n’est pas un défaut rédhibitoire en soi mais le charme du premier album c’était un côté direct dans les paroles, accrocheur dans les mélodies et l’interprétation.

Mais reprenons. El Perro Del Mar est un projet solo de Sarah Assbring, Suédoise de son état. Sur son formidable album éponyme (joli mot encore une fois mal employé), on trouvait une progression de la souffrance à la rédemption. Et puis une rechute aussi, on n’est quand même pas là pour rire… Elle a gardé ses intonations tellement fragiles. Mais quand c’est pour chanter Glory To The World, c’est moins savoureux que pour dire que son copain a les mêmes sentiments pour elle que pour un chien. Peut-être est-on tordus mais le consensuel est moins à même de nous séduire.

Il ne faut donc pas aborder ce second album comme étant une copie du premier. C’est seulement dans cette optique, ou en étant passé à côté du premier que ce From The Valley To The Stars peut révéler toutes ses qualités d’album-cocon, de réserve de douceur pas mièvre puisque Sarah Assbring met toujours autant d’âme dans ce qu’elle fait. Et ce ne sont pas les thèmes plus positifs qui vont brider sa voix qui porte la douleur du monde.

On passe de chansons pop, répétitives sans être lassantes (quoiqu’Inner Island est un peu longuet au vu de son argument) à des morceaux où la voix devient un instrument comme un autre puisque se bornant parfois à répéter le titre, voire carrément à des morceaux complètement instrumentaux (Inside The Golden Egg). Il reste aussi ce qui ressemble plus à des chansons (Somebody’s Baby), mais dans l’acception qu’en fait El Perro Del Mar, et les réussites sont encore au rendez-vous (Do Not Despair). Les sons d’orgue sentent parfois le recueillement dominical, de quoi donner un air mystique à la psalmodie de Happiness Won Me Over.

On ne va pas tirer sur ce second album d’El Perro Del Mar mais il faut bien convenir que ce qui avait tellement plu dans le premier album, à savoir le contraste entre un humour désespéré et des chansons gentilles et pop sixties nunuches d’apparence est un peu moins présent. Le son se fait plus fouillé, c’est un album d’ambiance supérieur au premier sans doute, mais je succombe moins cette fois-ci puisque le ton unique n’est plus présent.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)