Accueil > Musique > 2008 > The Dodos - Visiter

The Dodos - Visiter

mercredi 25 juin 2008, par Marc

Qui fait le moins donne le plus


M’énervent Pitchfork. Quand ils conseillent un groupe, il y a toujours une chance que ce ne soit pas terrible, qu’on puisse vite retourner à la liste de critiques qui attendent une couche de finition pour pouvoir vous être soumises. Et puis on écoute The Dodos sur leurs recommandations et on réalise qu’on va rester un petit temps dessus. Mais bon, il faut être d’accord de concéder un peu de déterminisme pour tomber sur des albums intéressants.

Que Syd Barrett repose en paix. Son héritage a peut être été galvaudé par son groupe, devenu mastodonte aujourd’hui convenu, mais il y a toujours une armée de frappadingues qui savent qu’une folie habilement canalisée est le plus certain générateur d’euphorie et n’a pas besoin d’énormément de moyens. Le duo californien l’a très bien compris pour son second album. Un battement, un arpège, une voix (deux si on compte le fausset) et on a Undeclared et c’est tout de suite bien.

Winter est une petite leçon de minimalisme à lui tout seul. Pour une bonne partie du moins, il se contente d’une guitare au son aigrelet (ou un très mode ukulélé ?) et d’un roulement en fond pour dérouler. C’est d’un impact maximum, ça colle à l’oreille quoiqu’on fasse tant la mélodie est accrocheuse. Et pour ne pas lasser, il y a des incursions judicieuses de cuivres. C’est juste un exemple de leur style. Qui peut s’épanouir sur la longueur avec un Joe’s Waltz en deux parties, la première étant un folk acoustique relevé de percussions simplissimes (vous remarquerez que c’est leur fonds de commerce), la seconde une sorte de boogie-blues tout aussi acoustique et déglingué, le tout étant une des pièces les plus surprenantes de cette année. Ou encore God ? qui termine l’album, comme souvent (voyez Islands ou Wolf Parade récemment), par un morceau plus long, complexe et partant dans plus de directions, même si leur style reste le même.

Il y a cent façons non conventionnelles de prolonger la tradition du blues. Paint The Rust n’est pas la moins plaisante du lot. On pense à une version acoustique des délires énervés des White Stripes. Vous devinez qu’il faut des mélodies solides pour que la mayonnaise prenne et vous avez raison. Sans être des orfèvres pop, ils en truffent leurs morceaux. C’est souvent simple et direct là aussi. Le plus déconcertant, c’est que malgré la relative sècheresse, on ne laisse jamais tomber le tempo. Pas de balades, de langueur ici. Pas de mollesse ni de lenteur non plus. Encore une fois, c’est la batterie qui maintient ces morceaux sur les rails (Fools). Finalement, ça sonne assez neuf et frais. Comme tous les groupes qui ont une ‘patte’, je vais répéter la même analyse : il y a des chansons où ça marche et d’autres ou ça fonctionne moins. Mais pas de scories permettant de voir les ficelles, non, simplement quatorze titres c’est peut-être le maximum.

Nous sommes en 2008. Les objets bizarres arrivent de partout. Et il en faut du cran pour se lancer sur la scène actuelle. A l’aide d’idées toutes simples comme de la guitare acoustique, des éléments de blues et une batterie simple et énervée, ils arrivent à trouver le ton juste et une vraie originalité. C’est sans doute un des ovnis les plus accessibles et attachants de ces derniers temps si vous voulez mon avis. Des albums qui donnent le sourire, je me rends bien compte que je n’en suggère pas des quantités énormes. Profitez donc de celui-ci pour les vacances imminentes.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)