Accueil > Musique > 2008 > Jean-Louis Murat - Tristan

Jean-Louis Murat - Tristan

jeudi 26 juin 2008, par Marc

Tel qu’en lui-même toujours il change


Celui qui détient toujours le record du nombre d’albums critiqués sur ce site (ceci est le huitième) semble à l’abri du mauvais goût. Evidemment, sa folle prolixité s’est calmée et c’est sur le rythme d’une production par an qu’on le reçoit maintenant. On aurait pu dire pour le meilleur tant la livraison de 2007, la reprise des adaptations de Baudelaire par Léo Ferré, avait laissé une impression de qualité, tout comme Taormina l’année d’avant. Mais voilà, alors que des albums se sont révélés assez ternes avec le temps (Mockba), on sait qu’il est préférable de réserver son avis.

Prenez des chansons individuellement et il vous sera très difficile d’y trouver des défauts rédhibitoires. Il est difficile d’isoler un titre au détriment des autres. Tout juste vous signalerai-je qu’Il Faut s’en Aller a ma préférence. Mais l’enfilade de 10 morceaux du même tonneau les déforce mutuellement. Il en a déjà composé, écrit et interprété des comme ça. Il faut reconnaître qu’il y a quelque chose d’admirable à ainsi tout faire tout seul, à livrer des chansons pour la simple raison qu’elles existent. Sans plan de carrière (laquelle a quand même une fameuse gueule), sans opportunisme ni idée caché, sans esbroufe, pour le simple plaisir de présenter des morceaux hors du temps, comme ceux de Dylan avec qui il partage cette liberté.

A l’heure où un Bashung suscite l’enthousiasme avec des paroles volontairement creuses pour susciter la poésie sur des nappes instrumentales insipides, on est contents de le voir seul maitre à bord pour un album vraiment solo, avec des paroles encore cryptiques mais qui permettent encore de temps à autres des « Patronnesse au regard stupide/Idée équipée d’un con » (Mousse Noire)

Jean-Louis Murat continue son petit bonhomme de chemin, insensible au clinquant de la mode, alternant les projets avec variété. Son retour aux affaires ne m’a pas complètement fait chavirer. Certes, il y a une énorme subjectivité là-dedans, mais il faut bien avouer que l’étincelle n’est jamais venue. Il y a bien de belles chansons, rien d’indigne, mais ça semble un peu entendu en son chef et il vaut mieux si vous ne connaissez pas tout l’œuvre de l’Auvergnat puiser dans son abondante discographie pour combler d’éventuelles lacunes avec des albums plus marquants.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)