Accueil du site > Musique > 2008 > Bloc Party - Intimacy

Bloc Party - Intimacy

jeudi 28 août 2008, par Marc

Froide chrysalide


Il va falloir s’y faire, les annonces tardives d’albums imminents vont sans doute se multiplier. Après, entres autres, Radiohead et The Raconteurs, voici encore une fracassante tentative de contrer le grand méchant leak. C’est donc trois jours avant sa sortie digitale le 21 août que l’existence d’Intimacy avait été révélée.

Après un album non pas conceptuel mais assemblé par l’idée d’un week-end dans Londres, c’est théoriquement autour d’une rupture que s’articule cet Intimacy. Autant le dire tout de suite, mes sentiments sont plus contradictoires que jamais. Tout d’abord, le principal problème de Bloc Party est aussi sa principale vertu. En créant une musique de plus en plus singulière, ils tournent le dos à un style, le revival d’un certain post-punk fiévreux qu’ils ont amené à des sommets le temps de leur brillant premier album qui ne comporte aucun moment de faiblesse. Jamais ils ne se sont contentés de ‘faire du Bloc Party’, comme Placebo est sorti du radar en faisant du Placebo. De toute façon, on s’en est rendu compte lors de leur prestation au Pukkelpop de cette année, leur jeune public ignore visiblement tout de Silent Alarm. Ca me rappelle certaines discussions eues à l’époque où je me rendais compte que même s’ils étaient jeunes, leur public était plus expérimenté. Mais on ne peut pas dire que leur évolution ait produit de meilleures choses que leurs débuts, que du contraire, même.

Franchement, j’ai eu un peu peur d’un album dans la foulée de leur atypique Flux. C’est que la musique récréative dansante ne supporte que rarement la durée d’un album. Un autre écueil était, après ce succès, la solution de facilité choisie par beaucoup qui est de monter le son et de mettre le doigt dans la prise, procédé qui nous a malheureusement donné bien des albums formatés et lisses. Rien de tout ça ici, il faut le signaler, même si un Halo comporte des accords en bonne et due forme.

Mais parlons des morceaux, on est aussi là pour ça. Les textures se font plus complexes et on remarque d’ailleurs chez le guitariste des airs de Johnny Greenwood (Radiohead). Même dans la coiffure, c’est dire. Il faut quand même bien évoquer Radiohead. Mais le groupe d’Oxford est une exception en ce qu’il est un des rares à avoir réussi ce que Bloc Party n’arrive pas encore à faire : rester passionnant en quittant le rock stricto sensu. Mercury est quant à lui bon mais sans plus. Loin des standards passés. Remplir un morceau de rythmiques d’allure déstructurée ne suffit pas à le rendre passionnant. Ce qui choque surtout, ce sont ces morceaux qui partent dans plusieurs directions à la fois (Trojan Horse, Ares), où la cohérence entre les riffs, la mélodie et la rythmique n’est pas claire. Certes, les meilleurs morceaux peuvent naitre d’une certaine forme de chaos, mais ici, on a juste l’impression qu’ils ne savent pas trop où ils vont. Comparez les résultats d’un Trojan Horse et, par exemple, un Like Eating Glass. D’accord, les ressemblances sont faibles a priori mais la différence dans la qualité des résultats est flagrante…

La voix de Kele Okereke est une marque de fabrique mais elle ne se prête pas à tous les exercices. Dans Biko (non, pas celui de Peter Gabriel), c’est même un peu limite. Alors, novateur ? Oui, sans doute en leur chef, mais si vous parcourez ce site, vous verrez qu’il y a bien plus barré et aventureux. Il s’agit sans doute d’un album presque cérébral à plusieurs niveaux d’écoute, et il faudra sans doute du temps pour que cet album décante. Mais bon, les obligations de l’actualité m’obligent à vous livrer mes impressions dès maintenant. De plus, je ne suis pas certain que dans deux semaines j’aurai complètement succombé. Sans doute aussi que plusieurs de ces morceaux se présentent comme de la chair à remix et n’ont pas atteint leur forme optimale

Il n’en reste pas moins qu’ils ont trop souvent recours à des artifices. One Month Off ressemble quand même à quelques morceaux passés (The Prayer en tête) et montre des signes d’essoufflement avec la montée d’un demi-ton et les bidouillages de fin. Et il faut des chœurs qu’on penserait empruntés à Atom Heart Mother de Pink Floyd pour maintenir un faiblard Zepherus à flot.

Ils n’ont pas fini leur transformation, on sent que ce groupe cherche à apporter une touche vraiment personnelle (Something glorious is about to happen disaient-ils bravement). De plus, on juge plus durement ceux dont on connaît le talent. Mais il manque de ce titre qu’on écoute en boucle, de celui qu’on a l’impression de redécouvrir à chaque fois.

Mais ne noircissons pas exagérément le tableau. Il faut certes passer la première partie de l’album pour que le meilleur arrive. Et il y a toujours de bonnes idées (Signs et ses arrangements plus complexes qu’il n’y parait) mais ce qu’il manque c’est la permanente intensité qui rendait tous leurs morceaux sans exception passionnants. Il manque un peu de cette flamme à un Better Than Heaven avant que l’explosion ne vienne rétablir un peu de furie contenue du plus bel effet. Ion Square est aussi bon, lancinant. Il fait donc partie de cette famille étrangement étendue de derniers morceaux meilleurs que le reste.

Alors, un bon album cet Intimacy ? Oui, peut-être, mais Bloc Party me donne toujours autant envie d’essayer de décrypter les intentions derrière la musique tant cette musique donne l’impression d’avoir été trop pensée, comme s’ils reniaient l’urgence et le léger chaos qui leur a valu tant de réussites. Disons qu’il marque une étape de plus dans la progression du groupe mais que nous sommes sans doute dans la phase chrysalide. Sauf que le papillon lui préexistait et qu’on appréhende la chenille. Ils sont sans doute un des plus gros potentiels de la scène anglaise et leur singularité éclate au grand jour. Malheureusement, ils ont perdu un peu de cette fièvre et l’intensité supérieure qui leur permettait de tout réussir. Il en résulte un album pas exagérément clinquant, rempli d’idées, mais un peu froid, et qui finalement un peu dépourvu en morceaux vraiment forts. Alors, un bon album cet Intimacy ? Pas trop finalement. Pas encore

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

9 Messages de forum

  • Bloc Party - Intimacy 13 septembre 2008 17:54, par Mathusalem

    Hi !
    Mmmouais...M’enfin, deux étoiles seulement...Maître Marc vous y allez un peu fort !...Non ?
    Personnellement, j’ai trouvé cet album très varié et très agréable, pour être franc, je le préfère au second...
    Il est vrai que toutes leurs compos sont aisément reconnaissables, au point qu’on risquerait de voir s’installer une certaine lassitude...Pourtant, des artistes démasqués dès leurs premières mesures, on en connait un paquet non ? (Molko, Malkmus, Farrel...)Et ils s’en sortaient, avant de tourner en rond je te l’accorde, plutôt bien...(Surtout Farrel qui, pour diluer un peu ses mélopées si caractéristiques, change de projet fréquemment...Porno For Pyros et Satellite Party en sont des exemples).
    Soit, si donc mélodiquement Bloc Party peut décevoir un peu, la production leur vient en aide d’une manière invasive, mais très agréable à l’oreille...Des petites touches d’Archive, de Beck, de Streets même...(Volontairement, je ferai l’impasse sur l’influence des gars d’Oxford...Je les aime bien note, mais je crains pour eux le syndrome d’overdose référentielle) ...Me font dire que si Bloc Party en eux mêmes décoivent un peu, l’album, de par sa production palliative me plait beaucoup...
    Ceci dit, hein, c’est juste mon avis...Et puis, il ne serait pas raisonnable que deux vieux loups de mer se chamaillent quant à leur conception de la navigation aux étoiles... :)
    Have A Nice Week End

    Répondre à ce message

    • Bloc Party - Intimacy 15 septembre 2008 17:19, par Marc

      Bonsoir,
      La différence de perception est exactement où tu la situes. Pour moi cette production est justement un peu en décalage avec le manque d’idées de certains morceaux, et m’a semblé manquer de la plus élémentaire fluidité. De plus, leur style n’est pour moi pas encore vraiment affirmé et on peut dire qu’ils font de louables efforts pour sortir de leur moule. L’avenir nous dira s’ils y retourneront en moins bien, dans une tentative de recréer la magie des débuts et de couper court à la découverte. U2 et Placebo s’y sont déjà fracassés. Pour plus de cohérence et de style, il y a l’imminent Tv On The Radio. On en reparlera. Sur ce site mais aussi dans la vraie vie, n’est-ce pas ?

      Ceci dit, je m’attendais à plus de réactions de défense de fans de Bloc Party. Aucune provocation (on ne joue pas à ça), mais certains montrent un enthousiasme tel que voilà, je m’attendais à plus devoir me justifier.

      Bonjour chez vous

      Répondre à ce message

      • Bloc Party - Intimacy 15 septembre 2008 23:13, par Fred

        De mon côté le constat est assez semblable à ceui de Marc : les morceaux manquent d’ampleur et le groupe semble laisser la production prendre le pas sur la composition.
        On en vient alors à imaginer un groupe quelque peu en mal d’inspiration, mais qui sait qu’il doit se renouveller, et qui s’en est remis à un producteur et à des gimmicks de studio (enfin, on imagine, on est pas dans leurs chausettes, évidemment).

        De plus, difficile de ne pas noter quelques redites par rapport à "A weekend..."

        Pas vraiment convaincu non plus donc. Je veux bien leur laisser le bénéfice du doute en espérant mieux dans le futur, si je ne suis pas obliger de réécouter cet album encore une fois ;-).

        Répondre à ce message

        • Bloc Party - Intimacy 11 octobre 2008 23:05, par Frederic

          hé bien il semble que je n’ai pas ressenti la meme chose que vous à l’écoute de l’album...En effet j’ai adoré !Bien plus accessible que leur precedent opus, mais loin d’etre basique pour autant, les chansons sont très bien produites et les rythmiques souvent complexes ne sont jamais cacophoniques. Les textes sont plus concrets, moins métaphysique et barbant que ceux de A weekend in the city... Le gros défaut qui est une qualité selon moi c’est la ressemblance avec les tubes de leurs premiers albums.C’était une volonté du groupe parait il, et un retour aux sources nescessaire il me semble.On retrouve cette energie, des morceaux dansants et urgents... Des titres plus faibles que d’autres mais un album homogène tout de meme...J’ai un doute sur le rendu de l’album sur scène, vu l’abondance d’arangements électro, qui parfois sont essentiels à la chanson comme dans Mercury (qui est atroce en live d’après ce que j’ai pu voir sur youtube). Quatre étoiles minimum !!!

          Répondre à ce message

          • Bloc Party - Intimacy 15 octobre 2008 01:13, par Eddie

            4 étoiles minimum je suis d’accord ! Et je partage tes interrogations quant à ce que ça va donner sur scène... Mais cet album est définitivement très bon, à réécouter plusieurs fois pour s’en assurer. Dommage que le single soit "Mercury" qui , elle, est vraiment foirée, si j’ose dire.

            Voir en ligne : http://www.wjkbx.fr/chroniques/2008...

            Répondre à ce message

            • Bloc Party - Intimacy 15 octobre 2008 08:52, par Marc

              Bon, j’ai réécouté l’album en question et je confirme mon verdict, qui est que Bloc Party n’a pas encore réussi sa conversion et se cherche encore. Surtout qu’il y a eu depuis l’album de Tv On The Radio qui présente une synthèse bien plus cohérente.

              Pour les avoir vus sur scène au Pukkelpop au mois d’août, n’ayez crainte, c’est indéniablement puissant sur scène, pas de doute à avoir là-dessus.

              Et puis merci pour vos points de vue aussi, ça alimente la discussion.

              Répondre à ce message

  • Bloc Party - Intimacy 23 octobre 2008 22:19, par nando

    salut a tous ,
    je trouve egalement que 2 petites etoiles cest peu .
    lors de ma première écoute de ce nouvel album jai été un peu déçu. il est vrai que l’album semblait brouillon , pas tres inspiré ...
    mais apres plusieurs ecoutes on commence a comprendre la musique et mon point de vue a radicalement changé .par exemple je detestais "Ares" ben maintenant cest une de mes preférées. Daccord ce 3ieme opus n’est pas aussi revigorant que " Silent Alarm " mais bon sang (enfin) revoila bloc party .
    " A weekend in the city " était bon mais je trouvais que ce nétait pas eux .
    ici enfin nous les retrouvons .
    " Trojan Horse" et " Halo" sont aussi bon que Banquet et Helicopter .
    " Signs " " Ares" et " ion square " apportent une ambiance incroyable .
    d’accord certains titre sont moins bon ( ex : biko) mais pour moi ce 3ieme album est aussi bon que silent alarm

    Répondre à ce message

  • Bloc Party - Intimacy 29 octobre 2008 16:15, par Quentin

    Salut à tous,

    A l’annonce de ce nouvel album ,qui est sorti hier mais dont tout les morceaux pouvaient être facilement trouvé sur le net, je me suis jeté dessus. Et oui, depuis la sortie de "Silent Alarm",Bloc Party entraîne son public derrière lui. Après ce premier opus, j’ai eu peur d’un deuxième CD comme une pâle copie du précédent, juste pour plaire à la maison de disque et puis, voilà qu’ils nous sortent un nouveau single "Hunting for Witches" en l’occurence. Avec ce deuxième album, ils peuvent vraiment être considèrés comme un vrai groupe, c’est aussi à ce moment là que de nombreuses B-sides aussi bonnes les une que les autres sortent. Il suffit d’écouter " Skeletons", "Two More Years" et "Rhododendrons" pour comprendre ce que je veux dire. Bloc Party nous a réinventé un style de musique simple mais efficace. Et maintenant, je me retrouve en train d’écrire ce message, indigné par ce qui a été dis, tout en écoutant ce nouvel opus qui comporte des titres dignes du Bloc Party que nous connaissons. Je veux bien accepté le point de vue de certains comme quoi "Mercury" est peut-être un peu raté va t-on dire mais de là à dire que ce groupe a perdu ce qui faisait sa réussite, là je protèste !

    Gordon laisse sa basse pour plusieurs morceaux au clavier ? Parfait qu’il nous épate ! Kele essaye de moduler sa voix ? Ca ne peut être qu’encore meilleur ! En revanche de l’autre côté vous avez Matt et Russel qui sont là pour apporter ce petit quelquechose qui fait que ce groupe a réussi. Ces riffs de guitares qui nous emportent ailleurs et ce charleston là pour nous rappeller que leur batteur est bien présent.

    Et par pitié, arrêtez avec cette sortie d’album à la Radiohead, ce n’est pas une sortie fracassante ou pas qui fait que l’album est bon, c’est bien ce qui est sur le CD.

    J’avoue facilement que cet album est plus dur à accepté que les autres : on aime ou alors on ne l’a pas écouté dans les détails, une écoute passive n’est pas suffisante pour le comprendre.

    Pour terminer, cet album est au moins aussi bon que les autres et puis, soyons honnètes, après plusieurs écoutes de "Mercury", qui n’a pas eu envie de s’agiter devant son écran ?

    5 étoiles et en esperant que Bloc Party me surprenne encore !

    Répondre à ce message

  • Bloc Party - Intimacy 3 avril 2009 00:59, par Andry

    Ça fait maintenant pres de trois mois que j’écoute cet album en boucle. Contrairement à ce qu’ont dit certains intervenants, dès la première écoute, j’ai tout de suite accroché à cet album. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être parceque tout l’album est bati sur la même base mélodique. En effet, lors des premières écoutes, on a l’impréssion que toutes les chansons sont similaires, sans pour autant être identiques. Un peu à l’image du premier album des Deftones, adrenaline (je sais, c’est le nord et le sud).
    Mais après plusieurs écoutes, les subtilités des morceaux commencent à apparaitre et là, on redécouvre l’album, ce qui fait qu’aujourd’hui encore, je l’écoute en boucle.

    A mon avis, c’est leur meilleurs album. Bien meilleurs que Weekend in the city. Peut être égal à Silent Alarm niveau compostions, mais la production atteint des sommet sur Intimacy.

    Répondre à ce message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0