Accueil > Musique > 2008 > Les Vedettes - Album nr.1

Les Vedettes - Album nr.1

jeudi 6 novembre 2008, par Marc

La hype en uniforme


Il n’y a pas d’âge pour réaliser ses envies de gosse. Devenir majorette par exemple. C’est ce qu’ont dû se dire les huit femmes qui se sont lancées dans l’aventure de créer une troupe de majorettes. L’histoire est déjà amusante en soi mais c’est la rencontre avec un certain Katerine qui va la rendre plus palpitante encore. Et permettre, aussi, qu’on en parle.

Car c’est d’un album dont il est question. Interprété par lesdites donzelles et composé par le chanteur connu. Et dès la première écoute on retrouve la patte si particulière de celui qui nous avait valu dans la foulée de Robots Après Tout de réjouissants concerts : chœurs à l’unisson ou qui répètent, (parfois trop comme Gang Bang), le franglais décomplexé (Monica Belucci est place to be…hum) et huit filles qui chantent ensemble. Le tout dans un registre léger qui prouve qu’il n’est jamais aussi à l’aise qu’en roue libre. Mais ne vous y trompez pas, l’album qui bénéficie aussi de l’apport de Gonzales est sérieux dans son exécution. Rigoler, oui, faire n’importe quoi, non. Et puis une caution musicale pareille a vite fait de les propulser vers une visibilité certaine dans certains milieux ou tout ce qui est décalé et joyeux fait recette. Donc plus du côté de Vive La Fête que de Didier Super. C’est ce qui leur a permis de déjà jouer au Palais de Tokyo à Paris ou en clôture du festival queer Pink Screens, ce genre…

Le premier morceau sonne comme l’introduction du premier CSS (V.E.D.E.T.T.E.S. répondant à CSS Sucks). C’est plus qu’une indication, la bonne humeur communicative des Brésiliennes, leur casting féminin et leur reconnaissance par les milieux modasses leur étant communs. Le reste fait dans la variété (la qualité hein, pas le style). Passant de moments volontairement crétins (Grand Con) à un rockabilly parait-il inspiré de la mort de Pinochet (Papa Est Mort), d’une pop sixties à l’imparable gimmick (Mon père pense que je suis une lesbienne sur Comme Dit Daddy) à un groove discoïde (New-York City). Niveau qualité, c’est le grand écart entre le single vraiment catchy (Joey Starr) et des morceaux plus casse-bonbons comme Foutu Hot-Dog ou un Nadia’s Song qui montre une inadéquation entre des phrases trop longues et la musique qui est sensée les porter.

Dans le genre, on pourra penser aux Pipettes et se rappeler qu’au bout du compte leur album (celui du trio de Brighton) me reste vraiment dans l’oreille. Ou alors évoquer une bande de Yelle. Mais avec ce qui manque à Yelle (Y’a Pas Un Mec) : le vrai second degré et des compositions qui tiennent la route. Un point de vue plus mature aussi (sans leur faire injure) puisqu’il n’est pas question de reluquer des mecs mignons mais de « baiser avec toi grand con » (Grand Con) ou clamer que Ta vie Est Pourrie

A la base, et pour les auditeurs simples que nous sommes, Les Vedettes ont sorti sous la houlette de Katerine un album fun, sans prétention musicale d’aucune sorte, ludique et récréatif. Mais le concept de majorette est tellement décalé qu’on voit venir le buzz branchouille à des kilomètres (il a commencé en fait) et tout ce qui va avec. Que ceci ne vous gâche pas le plaisir simple de, comme elles le disent, « bouger votre pet ».

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)