Accueil > Musique > 2008 > Les Vedettes - Album nr.1

Les Vedettes - Album nr.1

jeudi 6 novembre 2008, par Marc

La hype en uniforme


Il n’y a pas d’âge pour réaliser ses envies de gosse. Devenir majorette par exemple. C’est ce qu’ont dû se dire les huit femmes qui se sont lancées dans l’aventure de créer une troupe de majorettes. L’histoire est déjà amusante en soi mais c’est la rencontre avec un certain Katerine qui va la rendre plus palpitante encore. Et permettre, aussi, qu’on en parle.

Car c’est d’un album dont il est question. Interprété par lesdites donzelles et composé par le chanteur connu. Et dès la première écoute on retrouve la patte si particulière de celui qui nous avait valu dans la foulée de Robots Après Tout de réjouissants concerts : chœurs à l’unisson ou qui répètent, (parfois trop comme Gang Bang), le franglais décomplexé (Monica Belucci est place to be…hum) et huit filles qui chantent ensemble. Le tout dans un registre léger qui prouve qu’il n’est jamais aussi à l’aise qu’en roue libre. Mais ne vous y trompez pas, l’album qui bénéficie aussi de l’apport de Gonzales est sérieux dans son exécution. Rigoler, oui, faire n’importe quoi, non. Et puis une caution musicale pareille a vite fait de les propulser vers une visibilité certaine dans certains milieux ou tout ce qui est décalé et joyeux fait recette. Donc plus du côté de Vive La Fête que de Didier Super. C’est ce qui leur a permis de déjà jouer au Palais de Tokyo à Paris ou en clôture du festival queer Pink Screens, ce genre…

Le premier morceau sonne comme l’introduction du premier CSS (V.E.D.E.T.T.E.S. répondant à CSS Sucks). C’est plus qu’une indication, la bonne humeur communicative des Brésiliennes, leur casting féminin et leur reconnaissance par les milieux modasses leur étant communs. Le reste fait dans la variété (la qualité hein, pas le style). Passant de moments volontairement crétins (Grand Con) à un rockabilly parait-il inspiré de la mort de Pinochet (Papa Est Mort), d’une pop sixties à l’imparable gimmick (Mon père pense que je suis une lesbienne sur Comme Dit Daddy) à un groove discoïde (New-York City). Niveau qualité, c’est le grand écart entre le single vraiment catchy (Joey Starr) et des morceaux plus casse-bonbons comme Foutu Hot-Dog ou un Nadia’s Song qui montre une inadéquation entre des phrases trop longues et la musique qui est sensée les porter.

Dans le genre, on pourra penser aux Pipettes et se rappeler qu’au bout du compte leur album (celui du trio de Brighton) me reste vraiment dans l’oreille. Ou alors évoquer une bande de Yelle. Mais avec ce qui manque à Yelle (Y’a Pas Un Mec) : le vrai second degré et des compositions qui tiennent la route. Un point de vue plus mature aussi (sans leur faire injure) puisqu’il n’est pas question de reluquer des mecs mignons mais de « baiser avec toi grand con » (Grand Con) ou clamer que Ta vie Est Pourrie

A la base, et pour les auditeurs simples que nous sommes, Les Vedettes ont sorti sous la houlette de Katerine un album fun, sans prétention musicale d’aucune sorte, ludique et récréatif. Mais le concept de majorette est tellement décalé qu’on voit venir le buzz branchouille à des kilomètres (il a commencé en fait) et tout ce qui va avec. Que ceci ne vous gâche pas le plaisir simple de, comme elles le disent, « bouger votre pet ».

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce que musicalement, ça soutient mieux que la comparaison avec des Sivert Hoyem et dans le genre, il faut (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)