Accueil > Musique > Concerts > Bodies of Water, Botanique, 21/10/2008

Bodies of Water, Botanique, 21/10/2008

mercredi 22 octobre 2008, par Marc

Là quand il faut


Il y a toujours un peu de mélancolie à constater que les groupes qu’on aime ne déplacent pas les foules. Or s’il est un groupe qui s’est imposé à moi avec deux albums brillants ces derniers mois, c’est bien Bodies of Water. Comment la folie passerait-elle sur scène ? C’est la raison de mon déplacement, certes pas très lointain.

Et comme il n’y avait pas de première partie au programme, on n’a pas mis longtemps à le comprendre. La Rotonde à moitié remplie a tout de suite admis que ces hymnes allaient encore tout renverser. C’est que leur récent A Certain Feeling, s’il marque un certain, disons... assagissement relatif, est très riche en morceaux qui doivent se reprendre à l’unisson. Quatre des cinq membres se voient d’ailleurs gratifier d’un micro, ce qui n’est pas de trop pour Under The Pines, Keep Me On et autres Darling Be There. La chanteuse-claviériste, engoncée dans son fuseau et sous sa coiffure de champignon, met d’ailleurs une conviction énorme dans tout ce qu’elle fait. Sa voix me donne l’idée incongrue qu’il s’agit du chainon manquant entre Arcade Fire (ça en a l’ambition et l’ampleur) et les B52’s (la touche branque). En tous cas, le niveau mélodique reste très au-delà du vulgum pecus des productions actuelles et c’est exactement ce que j’avais espéré, c’est-à-dire qu’ils mettent beaucoup de sérieux à rendre leur originalité convaincante. C’est puissant, fort, ça bénéficie du son de la Rotonde (excellent).

On n’aura droit qu’à un seul rappel (et à un français atroce), mais comme c’est le toujours aussi déroutant. These Are The Eyes of My Eyes, tiré de ce Ears Will Pop and Eyes Will Blink qui les a révélés, c’est l’apothéose. Le rythme s’emballe et nous aussi. Il est à peine 21h15, on a à peine eu le temps de se dire à quel point on a eu raison de se déplacer que c’est déjà fini. Parfois il vaut mieux un goût de trop peu que de trop. C’est ce qu’on peut se dire pour se consoler. Mais que ce groupe m’est devenu indispensable...

Comme d’habitude,il y a du rab’ d’images ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)