Accueil > Critiques > 2008

Soldout - Cuts

lundi 3 novembre 2008, par Fred, Marc, Seb

"On fait du punk avec mes synthés dans ma chambre mais pas trop fort car ma mère dort à côté"


Comme toujours, il convient de replacer les choses dans leur contexte ; Pour les trois rédacteurs que nous sommes, et malgré des inclinations différentes, le premier album de Soldout avait été une découverte, ce que des prestations live avaient confirmé. Qu’en est-il quatre ans plus tard, alors que nous avons évolué et la scène musicale aussi ? C’est à cette question que nous allons tenter – ensemble – de répondre.

Tout d’abord, arrêtons donc de prendre Soldout pour un groupe électro. C’est un groupe de pop-rock qui utilise des instruments électroniques. Ca peut paraître mesquin de faire la différence, mais c’est la seule façon de vraiment cerner le propos.
On pourra certes dire qu’il n’y a pas vraiment de risque de comparaison mais c’est aussi parce que le public potentiel de ceci n’est pas le fanatique d’électro mais l’amateur de rock un peu ouvert et moins au fait des sorties plus arides du domaine synthétique.

Dans ce créneau pop-rock, tout l’art n’est pas forcément de vouloir se singulariser mais plutôt de convaincre.
Les constructions electro-punk et le rythme élevé de premières plages de The Cut font tout de suite penser à Adult ou Peaches. Mais là où ces derniers sont consistants et jusqu’auboutistes dans leur démarche, Soldout semble hésiter entre moult directions sans jamais en exploiter aucune à fond. C’est un peu comme si le leitmotiv était "On fait du punk avec mes synthés dans ma chambre mais pas trop fort car ma mère dort à côté". C’est ce qui donne à l’occasion cette impression de collage, de chorus certes pas mauvais, loin de là, mais plaqués sur des morceaux punk (Built it Up/Knock it Down). Reconnaissons aussi qu’une belle énergie peut s’en dégager

Le choix des synthétiseurs est un parti pris mais il faut aussi en assumer les conséquences, la pléthore d’effets mis à disposition à l’heure actuelle aurait pu limer cette aridité sonore, sans pour autant perdre sa nature. Ils se sont certes tournés vers des sons plus agressifs (tout est relatif hein, quand on a été habitué malgré nous aux élucubrations d’Ed Banger et Kitsuné) ou plus référencés, mais dans l’exploitation de sons plus vintage, il y a eu un certain The Knife qui a établi des standards plus hauts que ceux-ci. On pourra objecter qu’il ne s’agit pas du même domaine bastonneur, mais force est de constater qu’entre les deux duos mixtes il n’y a pas match.
De plus, si on ne se réfère qu’à cette année et aux duos « elle et lui », ils sont pris en étau du côté pop-rock par The Ting Tings (That’s not my Name de Ting Tings : la taille juste au dessus !) et par les émules de Crystal Castles dans le versant electro vintage tendance pré-bontempi (Come On). A ce propos, on notera aussi des ressemblances avec les sons de Depeche Mode première époque (Silence, Come On pt2).

La voix trop gentille de Charlotte (qui sait chanter, ce n’est pas Miss Kittin non plus) marque le contraste avec ces accompagnements synthétiques, mais le décalage est souvent trop important avec les mélodies pour qu’une quelconque symbiose s’en dégage. Parlons-en des mélodies. Les découvertes du premier album semblent s’être transformées ici en recette (The last Ride) mais la sauce ne prend que rarement . On peut s’’amuser à opposer des gros sons gras entre eux pour essayer de dégager une énergie mais ce n’est pas suffisant, il faut un certain sens de l’harmonie qui fait un peu défaut. Par exemple, The Call présente presque une mélodie dans ces sons un peu plus dark et distordus (actuels selon une certaine acception) mais le rythme ne s’emballe pas vraiment. C’est sans doute éminemment subjectif, mais il semble manquer l’étincelle. Bien que difficile à définir, c’est le ressenti qu’on peut en avoir. Ce morceau ne délivre pas le "coup aux fesses" qu’il est sensé nous apporter ! Le ressenti est le même pour The Cut.

De plus le mixage n’est pas à la hauteur. Bon ce chapitre est technique me direz-vous ,mais tout le monde y est néanmoins sensible. Ecoutez par exemple un morceau que vous adorez à un volume plus que convenable et enchainez avec la 1ere plage the call. Je vous défie de ne pas baisser le son tant l’overdose est grande. Le son est fermé au lieu d’exploser.

Il reste toutefois des titres accrocheurs (The last Ride, Mysteries) mais l’impression d’entendre un album légèrement démodé est prégnante.
Ne vous y trompez pas, l’écoute, si elle ne force jamais les superlatifs (vous l’aurez compris), reste agréable mais l’ensemble est tellement peu novateur qu’il en devient un peu superficiel.
Ce n’est pas exactement ce qu’on attendait d’eux. On sent le compromis et la recherche par essai/erreur sans inspiration divine. C’est que si l’évolution de leur son est patente depuis le premier album, le biotope a tellement évolué qu’il apparaît presque comme incongru. De plus, le petit plus de cohésion qui faisait marcher bien des titres auparavant semble s’être fait souffler par hésitations et expérimentations.
Le postulat étant qu’il ne s’agit pas d’un album pour puristes, les auditeurs potentiels pourront profiter de ce lifting sonore, les autres auront déjà probablement abandonné la lecture de cette chronique.


Répondre à cet article

4 Messages

  • Soldout - Cuts 4 novembre 2008 14:53, par Paulo

    salut les gars ! ... me sens un peu seul sur ce coup-là ;)

    Un peu dur votre critique, dommage que les quelques compliments soient souvent accompégnés de "mais..".

    Je les ai vu en interview, ils ont effectivement the Knife comme référence. Ca mérite quelques encouragements :)

    repondre message

    • Soldout - Cuts 4 novembre 2008 22:22, par Seb

      ouaip bon les références... moi aussi j’écoute Richie Hawtin, Amon Tobin ou encore James Holden et je me garde bien de sortir un album ;-)

      repondre message

  • Soldout - Cuts 4 décembre 2008 09:45, par Yann Lebout

    Rigolo, j’ai exactement le même avis que vous. Je lis votre article, et je me dis que j’aurais pu l’écrire moi-même !

    Cool !

    Vous pouvez venir jeter un coup d’oeil sur mon blog, si ça vous dit !

    Voir en ligne : Musique Y

    repondre message

    • Soldout - Cuts 4 décembre 2008 12:31, par Marc

      Ha bon, personne ne l’aurait donc aimé, cet album un peu à bout de souffle ?

      On va aller y faire un tour, merci pour le lien. A tout de suite là-bas.

      repondre message

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)