Accueil > Critiques > 2008

Clark - Turning Dragon

vendredi 5 décembre 2008, par Paulo

attention au distributeur de claques !


Clark c’est une affaire qui dure. Lorsque j’avais critiqué, d’ailleurs un peu durement, son précédent album Body Riddle, je n’imaginais pas qu’il serait toujours un de mes albums les plus écoutés en 2008. Et cela semble se répéter pour Turning Dragon.

Peut-être est-ce dû à la complexité des sons et des mixes de Clark, peut-être que ça demande une digestion un peu plus longue.. Personnellement je préfère, en comparaison à des albums qui bénéficient d’un pic de popularité lié à un "buzz" commercial mais que je ne peux plus entendre à peine trois mois plus tard.

Avec Clark, ça n’est pas le cas, bien sûr c’est personnel, mais je pense que dans 2 ans je pourrais toujours bien être en train d’essayer de comprendre sa technique, d’en prendre une inspiration.

Ainsi Turning Dragon, sorti en janvier 2008, a un son plus électro et brut que Body Riddle, ce qui m’avait tout d’abord un peu détourné d’une envie de l’écouter (mes oreilles étant probablement encore dans le précédent album). C’est après avoir reçu une claque au festival de Dour que j’estimais sans trop me forcer qu’un peu de persévérance était nécessaire, et qu’écouter cette dernière plaque serait bien du pur plaisir.

Et de fait, je confirme, je n’y mis encore qu’une demi-jambe. Les morceaux sont beaucoup plus durs à l’image de son live à Dour. Pour exemple le morceau d’introduction [New Year Storm] a tout pour être qualifié hardcore. Moins de glockenspiel donc (ces petites mélodies qui rappellent le marché de noël à Köln), moins de pneus brulés mais il est tout aussi incendiaire voir plus. Ca se poursuit avec un côté plus dancefloor [Volcan Veins], avec une chant de femme au contenu textuel sans aucun doute des plus intéressants. On sent également la composition avec ces nouveaux instruments électroniques remplis de boutons ou cases assignées à des samples, qui permettent un contrôle beaucoup plus dynamique du bestiaire sonore. Et puis globalement on a ici un peu plus d’accents désormais "classiques" de sons boite à rythme que sur Body Riddle, ainsi de jeu de lignes synthétiques sans jamais tomber dans le retro acid, elles sont toujours bien charnues ces lignes de basses.

Un des meilleurs moments de cet album est l’arrivée de la mélodie sur "For Wolves Crew" digne d’un anthem. Dans la même idée, Violenl propose une mélodie alternative, qui ici fait un peu penser aux ambiances d’un artiste un peu plus underground Jega [1] dont j’ai le LP "Spectrum" (1998,Planet Mu) un peu par hasard d’ailleurs dans ma cédéthèque.

D’autres titres proposent moins de changements et s’inscrivent plus dans une lignée techno ambient comme l’inommable plage06.

On citera encore Ache Of The north et surtout Beg qui renforce la ligne hardcore de Clark et le dernier morceau Penultimate Persian méritera un jour une écoute plus attentive qu’un traditionnel dernier morceau.

Voilà Turning Dragon est dégrossi, Il propose beaucoup de choses, même si je le sens un peu moins sur la longueur que Body Riddle (en même temps c’est difficile de prévoir ça). Cet album est très cohérent dans l’ensemble et dispose de plusieurs points d’encrage. Néanmoins sa dureté nécessite d’avertir nos fidèles lecteurs, mais conviendrapar exemple très bien pour les plus extrêmes séances de spinning.

Un aperçu rapide de cet album avec le sampler sur sa page myspace
http://www.myspace.com/throttleclark

    Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

5 Messages

  • Clark - Turning Dragon 6 décembre 2008 19:16, par Yann Lebout

    Il faudra que je suive le même chemin que toi alors, vu que je n’ai pas vraiment accroché à cet album, et qu’il est maintenant perdu au fond de ma collection...

    Enfin, je vais m’y remettre un peu, mais je crois que c’est un peu trop complexe pour mes oreilles fatiguées !

    Voir en ligne : Musique Y

    repondre message

  • Clark - Turning Dragon 17 février 2009 23:18, par Kevin

    A sa sortie, j’ai été déçu et brusqué par cet album, mais j’y reviens toujours, et y découvre des détails à chaque fois. C’est le signe d’un très bon album (j’utilise le mot culte avec parcimonie, et beaucoup de temps...)

    Concernant Jega : je te conseille vivement son album "Geometry", sorti également sur Planet Mu, et bien plus abouti. Selon les dires de Mike Paradinas, "Variance" l’arlésienne de l’IDM, devrait sortir à coup sûr cette année !

    KM "Jafs"

    repondre message

    • Clark - Turning Dragon 18 février 2009 09:41, par Paulo

      merci pour l’info, on essayera de tracer ça cette année

      repondre message

    • Clark - Turning Dragon 18 février 2009 13:30

      J’avoue que j’avais adoré l’album précédent Body Riddle et de celui-ci j’étais aussi assez déçu. Ca part un peu dans tous les sens, c’est hyper nerveux. Mais après une très longue digestion, c’est tout simplement terrible et je ne m’en lasse pas du tout au contraire !
      Chapeau pour avoir creuser une voie pareille Mister Clark !

      repondre message

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)