Accueil > Critiques > 2008

The Hold Steady - Stay Positive

lundi 10 novembre 2008, par Marc

Rock à boire


C’est dans Tecknikart que j’avais lu cet avis pertinent que l’esprit des chansons de Bruce Springsteen se retrouvait dans deux pôles distincts dans la musique actuelle. Le versant plus narratif se verrait incarné par des groupes comme Okkervil River, le plus nerveux et vindicatif dans des formations comme The Hold Steady. Qu’on ne s’y trompe pas, les histoires ne sont pas exactement les mêmes, vu que The Hold Steady fait dans l’ambiance des bars, le récit d’excès. Mais ils partagent non seulement une certaine mais aussi un goût des histoires des vraies gens de la vraie vie, ainsi qu’une façon de trousser des structures de morceaux. Energie et mélancolie donc, deux constantes de la carrière du boss du New-Jersey.

Bien honnêtement, j’ai un peu perdu l’habitude d’écouter du rock dans l’acception la plus classique du terme. Mes dernières tentatives avec des groupes basant tout sur les guitares s’étant révélées un peu décevantes. Alors pourquoi celui-ci ? Si je n’arrive pas complètement à expliquer pourquoi, il faudra aussi considérer une part d’impondérable…

Mais il existe ici une vraie intensité. Le ton un peu désabusé mais combatif du chanteur y est sans doute pour quelque chose. C’est leur implication qui les empêche d’être superficiels comme le premier Counting Crows venu. En prime, on peut même profiter d’un solo tout ce qui a de classic-rock-friendly sur Lord, I’m Discouraged qui effectue la transition entre la lourdeur du débat et une progression plus légère et prenante. Ces riffs de guitare, souvent relevés d’un clavier qui peut passer du registre d’un clavecin (One For The Cutters) ou des sons plus régressifs (Navy Sheets pas formidable) sont une marque de fabrique du groupe. Et quand il y a un peu plus de noirceur et c’est tout de suite plus prenant (Both Crosses). Mais ma petite préférée reste The Joke About Jamaïca, avec ses références à Led Zeppelin.

Our songs are sing-along songs (Constructive Summer) disent-ils. Et c’est vrai que ce pub-rock avec de vrais morceaux de sing-alongs dedans (Stay Positive). Les ho-ho-ho pourraient faire penser à un certain punk californien mais c’est plus dense et tendu donc bien meilleur.

Ce phénomène purement américain, ce groupe adulé de beaucoup de blogs (forme de popularité comme une autre) est presque inconnu par chez nous, même si ce quatrième album marque un début de notoriété. Aux Etats-Unis, ils ont récemment tourné avec Art Brut, ce qui est une très bonne et complémentaire combinaison.

Révolutionnaires The Hold Steady ? Certainement pas, mais c’est au fond de ce classicisme qu’ils polissent ces chansons qui accrochent l’oreille. Si vous voulez découvrir un monde sans toc, viscéral et puissant, vous avez un groupe à écouter.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Iggy Pop – Every Loser

    Le fun perçu est une des mesures les plus pertinentes pur évaluer un album d’Iggy Pop. Si on l’a croisé récemment aux côtés de Catherine Graindorge, il revient avec un Every Loser qui convoque logiquement une belle pelletée de connaissances du rock ‘n roll (Duff McKagan de Guns ‘n Roses, Stone Gossard de Pearl Jam, Dave Navaro et Eric Avery de Jane’s Addiction’s, Chad Smith des Red Hot Chili Peppers et (...)

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still (...)