Accueil > Musique > 2008 > Chairlift - Does You Inspire You

Chairlift - Does You Inspire You

lundi 8 décembre 2008, par Marc

Une alternative


C’est une démarche logique quand on découvre un groupe, on essaie de retrouver des références. Et celle qui m’est venu en tête le plus vite, c’est Stars. C‘est que finalement l’emploi de nappes de synthé et de voix mixtes leur est particulier. On y pense sur Earwig Town. Le son plus léché et tranchant avec la luxuriance d’un indie en roue libre (de The Acorn à Wolf Parade en passant par Port O’Brien).

On a un petit côté du Feist primesautier mâtiné de The Cure (la basse) sur l’excellent Bruises. Cette chanson hante après quelques écoutes, puisqu’elle est comme toute chanson pop réussie : irrésistible. De celles qu’on va refiler de force à son entourage. Pas étonnant qu’un morceau aussi immédiat serve de support au lancement de l’ipod Nano. Tout comme une chanson de Feist. La vie est bien faite parfois. Enchainer cette tuerie pop et une plage qui en devient presque endormie (Somewhere Around The World) qui rappelle en partie les instrumentaux de Bowie période berlinoise n’est pas le choix le plus judicieux et le décrochage n’est pas toujours loin.

On passe en effet de balades très catchy à un revival de fin des années ’80 (Sugarcubes, ce genre, voire The Long Blondes) sur Evident Utensil en passant par des morceaux plus atmosphériques, carrément kitsch dans l’emploi des guitares (Territories). C’est peut-être cette propension à passer d’une ambiance à l’autre qui pourra un peu moins plaire. Surtout que les plages plus atmosphériques ne sont pas uniformément intéressantes, loin s’en faut. Il fait aussi dire qu’il n’y a que quelques morceaux qui manquent un peu d’enjeu (Make Your Mind Up) si on s’est mis en tête qu’on allait écouter un album pop. Les fans de Zero 7 par contre pourraient trouver tout ceci fort à leur goût. Même si les sons de synthé sont parfois un peu datés (Earwing Town).

Quand la elle monte un peu (à la fin de Garbage par exemple), la voix ressemble aussi à celle de PJ Harvey. Ce morceau d’introduction est d’ailleurs assez intrigant, avec son riff de guitare qui vient relancer l’enjeu. A l’opposé, on est plus proches d’un Mazzy Star en moins hivernal (Don’t Give A Damn), même si le chanteur vient mettre son grain de sel. Ca aurait été un morceau de choix pour la clôture de l’album. Remarquons donc au passage la versatilité de la chanteuse.

D’autres morceaux font carrément leur petit The Cure (Planet Health) période Disintegration. C’en est presque un pastiche avant que la voix ne déboule, avec ces sons de synthé et ce slap de basse. On va parler plus pudiquement d’hommage puisque ce morceau est réussi. Au contraire, ils complètent l’album par deux plages instrumentales (Chameleon Closet) ou presque (Ceiling Wax). Qui n’auraient certes pas eu leur place entre les autres morceaux. Et on pose la question : fallait-il les garder ?

Un drôle d’objet encore que cet album. Puisque si on retire les plus enlevés (et bonnes) Bruises et Evident Utensil, on a surtout un album qui joue sur des ambiances apaisées, donc assez différentes de ces deux têtes de gondole. C’est ce qui déconcerte de prime abord, mais, une fois le principe admis, on peut se laisser aller.

Vous pourrez penser que ce Does You Inspire You est un pudding d’influences. En fait, non, c’est même plutôt une exception que ce groupe qu’on peine à rattacher à un mouvement et qui garde un son bien à lui. C’est cette originalité qui est un des plaisirs de ce télésiège. Mais en sus d’un des meilleurs titres pop de l’année et de flagrantes réussites, certaines plages plus ambient m’ont moins passionné. Il n’en reste pas moins que Chairlift est une découverte dans ces musiques qui tranchent avec l’habituelle mélancolie folk à laquelle je suis soumis à haute dose.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • Chairlift - Does You Inspire You 8 décembre 2008 17:53

    J’avais connu Chairlift avec les titres Planet Health, Evident Utensil et Bruises ; et là je m’étais dit que j’avais découvert un groupe vraiment vraiment excellent. Et puis finalement, tout retombe puisque ce sont les meilleures chansons de cet album je crois.

    Voir en ligne : DTRT

    repondre message

    • Chairlift - Does You Inspire You 9 décembre 2008 13:06, par Marc

      C’est pas faux du tout. Je donnerais aussi Garbage dans les bons titres. Les titres écoutables sans le support de l’album sont certes rares mais il y a quand même une cohérence là-dedans.

      repondre message

  • Chairlift - Does You Inspire You 8 décembre 2008 18:14, par Anaïs

    Est-ce que tu dors parfois ? A voir le nombre de critiques que tu écris et le nombre d’albums que tu écoutes, je ne crois pas que tu ais encore le temps de dormir.

    Voir en ligne : http://war-toy.blogspot.com

    repondre message

    • Chairlift - Does You Inspire You 9 décembre 2008 13:08, par Marc

      C’est sympa de te faire du souci pour moi. Mais depuis tout ce temps, je suis rompu à l’exercice tu sais... Et j’ai des nuits (presque) normales.

      repondre message

      • Chairlift - Does You Inspire You 19 janvier 2009 11:03, par N°1

        Il est vrai que tu écris plus vite que je n’ai le temps de lire...
        Je ne connais pas Chairlift à part "Bruises" que j’ai découvert sur la compil N°25 (excellente d’ailleurs ! Merci Marc Noël N°16 !) et ce titre me faisait très très très fort penser à Au revoir Simone.
        A propos, le N°6 (l’original, pas le déserteur) est mort.
        Au revoir chez vous.

        Voir en ligne : http://www.deserteur.be

        repondre message

        • Chairlift - Does You Inspire You 19 janvier 2009 19:33, par Marc

          L’album est assez différent du morceau en tous cas. Au Revoir Simone ? C’est vrai que la voix est proche.

          J’ai entendu la triste nouvelle. Bonjour chez vous quand même !

          repondre message

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)