Accueil > Musique > 2008 > The Acorn - Glory Hope Mountain

The Acorn - Glory Hope Mountain

samedi 29 novembre 2008, par Marc

Gloire espoir et montagne au Canada


Après les camions entiers de groupes indispensables de Montréal et Toronto, voici donc une production d’Ottawa. Mais qu’est-ce qui flotte dans l’air du Canada ? Ce second album de The Acorn est basé sur la vie de Gloria Esperanza Montoya (d’où le titre je présume), la mère du chanteur Rolf Klausener, sur ses expériences au Honduras et son émigration au Canada. L’impression que ça donne est un peu éloigné d’un album concept, on parlera juste d’un fil rouge, dans une narration proche de ce que peuvent offrir les Decemberists. Avec, comme le formidable groupe de Portland, Oregon, une difficulté de pouvoir les classer. Tant mieux finalement. On utilisera donc le terme de folk un peu par défaut, un peu pour les thèmes, un peu pour certaines orchestrations acoustiques, très réussies et dans l’air du temps de ces groupes qui nous agitent, de Port O’Brien à Department of Eagles.

Le premier morceau (Hold Your Breath) montre d’abord une face lente qui ne capte pas encore l’attention, avant de franchement éclater. C’est donc un début plus qu’engageant qui donne envie pour la suite. C’est dans ces moments-là qu’on sait pourquoi on les écoute, tout comme pour la fin instrumentale de Flood Pt. 1, avec ses airs légers, ensoleillés, ses percussions, ses voix en fond qui sont une vraie réussite. Nous avons d’ailleurs été gâtés en soleil musical cette année et en voici encore un brillant exemple.

On continue avec Crooked Legs intense qui repose sur le même principe d’une ballade languide qui prend ses aises, chope des instruments au passage et termine dans une luxuriance un peu débraillée qui confère à l’ensemble une intensité complètement dénuée de prétention. Ce sont sur ces morceaux-là qu’ils donnent leur meilleure mesure, à l’exception d’un Low Gravity et son arpège nerveux qui lance une des plus impressionnantes machines de l’album.

Après ce début d’album vraiment impeccable, avec des morceaux qui prennent leur temps pour installer des ambiances, on a une suite un peu plus conventionnelle. Qui reste bonne quand il n’y a qu’une guitare acoustique et une slide sur Oh Napoleon. C’est plus classique aussi. C’est d’ailleurs cet aspect qui prévaut souvent. Mais même dans ces cas-là ce n’est jamais ennuyeux, juste moins brillants que les meilleurs moments qu’on évoquait. Et même si on a des morceaux moins passionnants (Even While You’re Sleeping), voire des instrumentaux plus psychédéliques mais pas indispensables (Sister Margaret) et si on pense que c’est parfois c’est un peu trop de gentil (Plateau Ramble), l’ensemble tient remarquablement la route et est assez subtil pour se dévoiler progressivement.

La voix est assez proche de celle de David Byrne (spécialement sur Flood pt.1), ce qui constitue une semi-originalité. Et il n’y a une voix féminine que sur le final Lullaby (Mountain) et elle fait un peu penser à celle de Marissa Nadler.

J’aime particulièrement la rythmique, toujours un peu décalée, avec autre chose que des grosses caisses et caisses claires. C’est cette originalité (toute relative dans l’absolu) qui les distingue, et, à l’instar d’un Port O’Brien par exemple, les rend plus qu’intéressants. Et à l’heure où je découvre plusieurs groupes simultanément, c’est appréciable.

Alors qu’une bonne moitié de l’album fait dans l’acoustique simple, souvent inspiré mais un peu classique, l’autre pan est plus échevelé, ébouriffant, intense, et, partant, plus intéressant. La juxtaposition constitue en tous cas une réussite, dans le genre de ces groupes denses du Canada qui nous plaisent tant.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)