Accueil > Musique > 2008 > The Cure - 4:13 Dream

The Cure - 4:13 Dream

mercredi 19 novembre 2008, par Marc

Le spleen en forme moyenne.


Difficile de trouver une ligne conductrice à la discographie de The Cure depuis Wish, il y a 16 ans déjà. C’est qu’ils ont alterné tentatives plus (The Cure) ou moins (Wild Mood Swings) réussies de se moderniser et retours nostalgiques forcément régressifs (Bloodflowers). Alors, dans quelle mouvance se situe ce 4 :13 Dream ? Eh bien, franchement la première, mais avec des éléments pour que les fans qui constituent sans doute le gros des acheteurs ne soient pas déçus. Ce n’est donc pas l’album indigne d’un groupe qui court après sa légende, mais un essai de nouveauté et de fraîcheur. Pas franchement réussi à mon humble avis.

Mais qu’est-ce qui pousse un garçon comme Robert Smith à encore produire des albums en 2008, après plus de trente ans de carrière dans le même groupe ? Une passion sans faille sans doute, ainsi que l’opportunité de repartir en tournée, lieu qui leur convient toujours aussi bien (voire un compte-rendu ici).

Que les fans se rassurent, il reste sur ce 4:13 Dream (dont la suite est planifiée pour le printemps) bien des composantes du plaisir qu’on prend presque toujours à écouter The Cure. La voix de Robert Smith, qu’on prend comme point de comparaison pour beaucoup de jeunes groupes (de The Rapture à Foals en passant par les Black Kids), reste quand même unique. On retiendra aussi la densité d’un son reconnaissable au premier coup d’oreille et un album qui s’apprécie mieux comme un bloc que comme succession de morceaux très distincts. De façon assez étrange, le meilleur morceau est asséné d’entrée. Underneath The Stars possède en effet une ambiance un peu lourde, modérée par des cloches qu’on a déjà maintes fois entendues et fort bien installée. Pour le reste, il manque clairement de faits marquants, de morceaux pouvant s’inscrire dans l’impressionnante lignée de ces titres qui sont indispensables à beaucoup. Il y a des chansons certes agréables, mais qui s’oublient vite aussi (Reasons Why, Perfect Boy). Signalons enfin que les mélodies sont plus ‘positives’ qu’à l’accoutumée (Only One)

Alors on s’occupe différemment, par exemple en suivant le jeu de piste pour spécialiste qui consiste à retrouver des traces de plusieurs époques. Car en dépit d’une volonté d’évolution, il y a des éléments glanés ça et là au cours des trente ans de carrière. Comme des guitares saturées et noyées de wah-wah, qui ramènent aux belles heures de Kiss Me Kiss Me Kiss Me. Mais au service d’une chanson plus carrée (Freakshow). On note aussi un walk de basse digne de Let’s Go To Bed sur Sleep When I’m Dead. Et sur Perfect Boy, on a l’impression que même les paroles sont en pilotage automatique avec « She Says » à profusion et du Dream à tous les étages. On retrouve même un exercice de spiromètre (Scream) comme dans Prayers For Rain (ou A Forest, c’est selon).

Alors, un album de transition ? Sans aucun doute. S’il ne convainc pas entièrement, on est content d’avoir des nouvelles du groupe de Robert Smith. On n’attend plus d’eux de successeurs de désormais classiques et on sait qu’il faudrait un cataclysme pour qu’on en vienne à ne plus les écouter. C’est que même en forme moyenne comme ici, ils gardent une personnalité certaine qui continue de les rendre attachants. Les nouveaux fans ne doivent pas se compter par camions de nos jours mais il n’empêche que le groupe continue sa carrière dans la dignité.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • The Cure - 4:13 Dream 27 novembre 2008 09:19, par Dimi

    Hello,

    Etant un grand fan (mon premier concert de cure date de 1987 et deja vu 16 fois), je suis pas très objectif...

    Mise à part deux chansons (siren song & switch) tres moyennes, le reste de l’album est tout à fait correct. Evidemment, ils ne vont plus tout re inventer, plus possible mais ecouter "sream" tres fort donne des frissons et meme le single "sleep when I’m dead" est tres bon...

    Dommage juste qu’il y a tjs une ou deux chansons à jeter alors que les b-sides des singles sont nettement au dessus.

    Voir en ligne : www.chainofflowers.com

    repondre message

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)