Accueil > Musique > 2008 > The Walkmen - You & Me

The Walkmen - You & Me

mercredi 17 décembre 2008, par Marc

Les affinités électives


Pour les gens vraiment sérieux, les classements de fin d’année sont bouclés. Pas pour moi, ce qui me permet de passer un mois de décembre à profiter le leurs choix éclairés. Les Walkmen figurent donc dans les albums qui ont marqué la blogosphère (cette masse organique à l’enthousiasme auto-entretenu) et j’ai tenté de savoir pourquoi.

Et j’ai partiellement compris. Parce que l’univers des ces New-Yorkais (puits sans fond que cette ville mais je ne vous apprends rien) est assez peu original de prime abord avant de révéler son charme. C’est encore un exemple flagrant de pop paradoxale, à base de ce qui pourrait faire du garage mais est tournée vers une intensité supérieure. Sans avoir l’air d’y toucher, voilà une collection de morceaux qu’on se surprend à avoir adopté presque malgré soi après quelques écoutes. La production pas clinquante est plus fouillée qu’on pourrait le penser. Tous les sons sont un peu vintage mais la volonté n’est pas lo-fi. L’équilibre doit être subtil pour que les roulements de batterie ne soient pas tape-à-l’œil mais renforcent le propos. En tous cas, c’est un exercice appliqué de son indie, plus roublard qu’il n’y parait.

Niveau ingrédients, on a des morceaux sur fond de cuivres (Red Moon) qui tirent de leur apparente simplicité une efficacité certaine. D’une part parce que l’aspect mélodique n’est jamais éludé. Ensuite parce que l’interprétation est habitée. D’ailleurs, la nonchalance dans la voix et la simplicité d’un riff de guitare renvoient à Pete Doherty et ses différentes formations (Libertines et Babyshambles), voire certains de leurs successeurs (Arctic Monkeys). Mais ne vous y trompez pas, vous ne trouverez ici nulle trace de quelconque dansabilité. Le but est la chanson elle-même, pas son usage éventuel. Tant que j’en suis à trouver des références au chausse-pied, on a entendu ce punk-folk-rock minimaliste et énervé chez Two Gallants (If Only It Were True). On traine quand même moins dans les clichés de mauvais garçons que les Californiens.

Mais on n’est pas à l’abri de soudains soubresauts (Donde Esta La Playa). Il y a bien occasionnellement de l’orgue et de la batterie (In The New Year) et c’est plutôt bon. Mais c’est cette guitare si particulière qui est le fonds de commerce. On peut vérifier sur Colbert qu’un seul riff de guitare peut meubler un morceau. Et quand elles rugissent plus, ça reste intéressant (Postcards From Tiny Islands) mais une guitare électrique qui fait des arpèges suffit souvent amplement. Canadian Girl a un son de six-cordes très particulier, très saturé, un peu comme manipulé par un ingé-son distrait. Mais le résultat est probant, même si le morceau ne sera pas inoubliable.

C’est aussi sans doute le seul point faible de ce You & Me. Presque tous les morceaux fonctionnent de façon individuelle, et tout est cohérent, mais 14 (bons, on le rappelle) titres de ce tonneau se déforcent parfois mutuellement. Bien honnêtement, cet album comporte zéro faute de goût, est inspiré mais manque pour moi du morceau transcendant sur lequel on revient sans cesse. C’est ce qui rend l’écoute de ce bon album un peu uniforme. Ceci dit, j’ai bien succombé à On The Water et ses plongées en intensité. Pour le reste, c’est plus attachant que vraiment touchant.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • The Walkmen - You & Me 17 décembre 2008 19:33, par robin

    manque pour moi du morceau transcendant sur lequel on revient sans cesse

    Quand on a écrit The Rat, on est assuré de ce côté là pour 4 ans non ?

    Pour ceux qui les ont raté les Walkmen à l’ab, il y a un enregistrement de leur concert à Amsterdam, ça a l’air assez phénoménal.

    repondre message

    • The Walkmen - You & Me 17 décembre 2008 22:07, par marc

      Rhooo oui, j’ai découvert ça ce week-end (je ne retrouve plus sur quel blog d’ailleurs). Quelle claque. Le dernier album ne ressemble en rien à ce morceau ceci dit.

      Merci pour le lien vers le concert, j’avais entendu du bien de leurs prestations...

      repondre message

    • The Walkmen - You & Me 19 décembre 2008 23:24

      Effectivement, c’est des plus efficace.
      Dommage alors qu’apparemment cet album ne soit pas sur la lancée.
      Merci aussi pour le lien.

      repondre message

  • The Walkmen - You & Me 18 décembre 2008 23:01, par ToX

    Je suis tombé assez tard sur celui-ci aussi. Bien que l’écoute soit agréable, je n’y ai rien trouvé de vraiment marquant. C’est beau, c’est homogène mais rien qui en se détache maintenant.
    En lisant ta chronique, je suis assez surpris que tu n’ais pas relevé une grande ressemblance aux Cold War Kids... en tout cas, moi, ça m’y fait beaucoup penser.

    Une bonne fin d’année ;)

    repondre message

    • The Walkmen - You & Me 18 décembre 2008 23:40, par Marc

      J’ai un peu eu le même sentiment mitigé que toi. Pour ce qui est des Cold War Kids, je dois en connaitre trois morceaux à tout casser, ce qui m’a fait passer à côté de la ressemblance...

      Bonnes fêtes à toi aussi !

      repondre message

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)