Accueil > Musique > 2008 > Okay - Huggable Dust

Okay - Huggable Dust

lundi 19 janvier 2009, par Marc

Monsieur bricolage est prolifique


Le coupable, c’est lui : The man of Rennes. C’est sa battle postée sur listen2fight.com qui m’a fait réaliser qu’un bon conseil vaut un bon steak. J’ai de plus en plus tendance à diversifier mes sources de plaisir auditif. D’ailleurs, je ne peux d’ailleurs que vous encourager à piocher dans les liens qui viennent d’être rafraîchis.

Pour contextualiser un minimum, Okay est un projet ayant pour personne centrale Marty Anderson et qui a sorti en 2008 ce Huggable Dust qui est son troisième album. Et non, je n’ai pas rattrapé les précédents. La battle de base l’opposait à Throw Me The Statue. Ce choix est judicieux. Plus dans l’intention que dans le résultat sans doute.

My est déjà un aperçu du mélange. Une guitare acoustique, un synthé, puis un autre, et le tout prend de l’ampleur sans presque qu’on ne s’en rend compte. Le reste est constitué de balades acoustiques rehaussées de xylophones ou d’un piano discret, d’un synthé-jouet parfois (Beast). Mais on n’est pas à l’abri d’un passage plus bruitiste comme le mur de guitares de Truce.

Ce qui est déroutant est le degré de finition des chansons. Celles qui bénéficient de moins de moyens sont courtes, limitées à leur gimmick et pas étirées inutilement. Du discernement bien placé si vous voulez, mais qui peut aussi donner l’impression que tout ne devait pas se retrouver sur un album. Une chanson peut se résumer à la répétition d’une phrase à l’envi et les exemples ne sont pas rares sur ce Huggable Dust (Nightmare, Hot-Wired). A l’opposé, on peut avoir une vraie grande chanson comme Natural, quand ils mettent plus de moyens. On pourra dire la même chose du bien balancé Tragedy, de Panda ou du dernier morceau (Asleep) qui prend ses aises. Les moments les plus désolés par contre ne m’ont pas exactement exalté (Poof). J’ai une tolérance au charmant qui n’est pas extensible

Pas trop de références à glisser dans ce contexte, les comparaisons ne vous aideraient pas beaucoup de toute façon. Tout au plus pourrais-je glisser qu’un morceau plus folk classique m’a évoqué Bright Eyes (Only). La voix de Truce ramène à celle de Stef Kamil Karlens à l’époque de Moondog Jr dans ses moments les plus geignards. L’effet est intime, certes, mais a eu tendance à vite me lasser. Les réserves que je formulerais concernent donc une voix qui ne m’a pas particulièrement charmé (euphémisme) et la profusion des morceaux (18 quand même). Donc, la brièveté des morceaux les empêche toujours d’étaler trop une idée, mais leur abondance est pour moi un peu rédhibitoire. Mais je serai le premier à admettre ce que ces remarques ont de personnel.

Et puis c’est un album de pop, dont on aime écouter les comptines sans ennui et dans une humeur qu’on espère bonne. Donc je n’y ai pas trouvé ce que du reste je ne cherchais pas, à savoir une émotion supérieure. Attachant, forcément attachant, cet album a toutes les armes pour faire chavirer les amateurs de pop bricolo et légère, mélodique et intime. Il leur faudra cependant se sentir d’attaque pour un album copieux et pas exactement varié.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Okay - Huggable Dust 19 janvier 2009 17:59, par Erwan

    On ne dit pas "pas varié" mais "homogène" ;-)

    repondre message

  • Okay - Huggable Dust 21 janvier 2009 11:49, par ToX

    Hey,

    Hors sujet, quoique je pourrai d’abord dire que moi aussi j’ai beaucoup aimé cette découverte qu’à fait Erwan, mais tu as vu que depuis ce matin le Bota annonce le concert de Deerhunter annulé ! Tu aurais des infos là-dessus ? J’ai juste trouvé ça sur le net http://www.sputnikmusic.com/news.php?newsid=8323
    Bon, j’avoue ça me rassure un peu puisque je n’avais pas encore ma place et que ça était très vite complet... Mais comme tu avais sans doute ta place depuis la première heure et si jamais tu étais passé à côté de cette info, je la transmets.

    A bientot

    repondre message

    • Okay - Huggable Dust 21 janvier 2009 12:57, par Marc

      Bonjour,
      En fait, l’annulation a été annoncée hier. Je l’ai appris dans un commentaire. Il y a un peu plus d’explications sur le blog du Soir. Et, oui, j’avais ma place, je suis assez parano à ce niveau-là. Ce qui me permet d’avoir une place pour Beirut note..

      A bientôt ?

      repondre message

      • Okay - Huggable Dust 21 janvier 2009 18:43, par ToX

        Bon, finalement, je suis content de ne pas avoir du t’annoncer cette triste nouvelle.
        Beirut m’avait vraiment déçu il y a un peu plus d’un an à l’orangerie donc ce serait sans moi au Cirque Royal.
        J’attends toujours de trouver mon bonheur dans la programmation de 2009...

        Mais à bientôt quand même

        repondre message

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)