Accueil > Critiques > 2008

Seagull - Goodbye Weather

vendredi 9 janvier 2009, par Marc

La mélancolie des oiseaux


Encore une découverte via Listen2fight.com Les deux groupes de cette dernière battle de 2008 par ToX m’ont bien tapé dans l’oreille, mais c’est le premier des deux protagonistes dont un album complet me tombe sous la main, donc qui bénéficie d’une critique complète en bonne et due forme. Autumn Picture, on en reparlera plus que probablement.

Dust Storm
, le morceau proposé sur le site est d’ailleurs présenté d’emblée, comme ça c’est fait. On est tout de suite en terrain connu finalement, avec un petit je-ne-sais-quoi de réverbération sur le master, ce qui rend le tout un peu évanescent, un rien irréel. Des accords identiques comme une ritournelle, des insertions discrètes de guitare en liberté, et un chant un peu désabusé, voilà ce qu’on entendra jusqu’à la consommation de cet album.

Dans les bons morceaux fonctionnant sur le procédé, il y a surtout Half Sleep et When, même si mon morceau préféré est Joy, son électricité, ses arpèges qui montent, son côté noisy vite tempéré. Du grand moment. Et puis cette phrase répétée « What a joy to be alive » avec une intonation qui semble indiquer tout le contraire.

Il y a de la personnalité là-dedans, et tous ceux qui aiment la mélancolie indie mais pas la sècheresse vont aimer ceci et ces tapis sonores de haute volée toujours plus complexes à mesure qu’on les écoute. Ils peuvent même se lancer dans un exercice plus bruitiste un brin répétitif (Baby) qui peine à se hisser au niveau d’un The Notwist des grands jours.

Entre les deux, des morceaux plus électriques tiennent la route mieux que bien (Dictator). Dans ce contexte, les morceaux les plus marquants sont ceux qui s’animent un peu comme Spear qui était déjà à l’arrêt un des meilleurs. Arrivé le dernier Crow, l’impression d’avoir entendu le morceau en cours de chemin m’a étreint. Ce n’était pas le cas, mais le procédé d’un son lancinant (guitares monocordes, arpège en boucle) et d’une mélodie répétitive perd son côté charmant sur la longueur de l’album. Trop de délicatesse tue sans doute la délicatesse et sept minutes, dans ce contexte, c’est trop long. Mais ce ne sont que détails. De plus, il suffit d’y être disposé pour que ça passe tout seul.

Les plus patriotes seront sans doute tentés de dégainer Girls In Hawaï pour ne pas se sentir perdus. Et, comme chaque fois que les Brabançons me viennent en tête, j’ai préféré ceci. Vous savez ce qui vous reste à faire, surtout que la voix ici est un peu moins « typée » (euphémisme politiquement correct).

Sans doute un peu trop uniformément tristoune pour vraiment m’emballer tout le temps, la musique de Seagull (la riposte ornithologique aussie à Shearwater ?) présente des qualités telles qu’elle ne pourra que plaire aux amateurs de jolies choses un peu mélancoliques. La délicatesse, la finesse devrait dans un monde bien fait leur ouvrir toutes grandes les portes d’un succès d’estime.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Seagull - Goodbye Weather 9 janvier 2009 17:43, par claire

    Oui, écouter Seagull au bon moment, quand on a envie de douceur et de tristesse un peu, c’est plutôt génial.

    Et quelle culture :D je ne savais pas que Shearwater signifiait un oiseau, un puffin, à plus forte raison (très belle illustration du puffin+4 sardines dans le bec sur google)

    repondre message

    • Seagull - Goodbye Weather 11 janvier 2009 18:41, par marc

      D’une façon fortuite, l’ambiance générale de l’album correspond bien à la météo actuelle.

      Pour continuer les trivia, Rook aussi est un oiseau, comme le guillemot. Edith Piaf aussi mais on s’égare...

      repondre message

  • Seagull - Goodbye Weather 11 janvier 2009 21:46, par ToX

    Hello,
    Quelle belle chronique ! ça me fait vraiment plaisir de retrouver Seagull ici ! Et puis la critique est vachement intéressante puisque à défaut de longue bio à propos de ce groupe australien, tu parviens, avec tes connaissances, à faire parler les morceaux. Goodbye Weather, c’est un album que j’aime beaucoup, que j’écoute beaucoup et que je ne me lasse pas d’écouter. J’avais d’ailleurs présenti que le morceau Joy te plairait. Baby, j’aime beaucoup aussi.

    Mise à part Deerhunter, est-ce que tu aurais quelques tuyaux pour les bons concerts de ce début d’année ?

    A bientôt j’espère et puis, une bonne hein.

    repondre message

    • Seagull - Goodbye Weather 13 janvier 2009 13:32, par Marc

      Merci d’avoir déniché ça en tous cas. Comment, d’ailleurs ?

      Pour les concerts, les certitudes c’est Animal Collective (Stuk, 17/01), Of Montreal (Bota, 22/01), Deerhunter (Bota, 16/02), The Notwist (AB, 13/04) et Beirut (Nuits Bota, 06/05). Pour le reste, on verra (Parts and Labour ? Boutik Rock ?).

      A bientôt et bonne année.

      repondre message

  • Clara Engel – Their Invisible Hands

    D’emblée hantée, la musique de la Canadienne (de Toronto) Clara Engel est taillée pour la fascination. Et on le sait, ce n’est pas un sentiment facile à définir ou tracer. Si vous préférez une description piste-par-piste qui n’en déflore pas le mystère, elle s’en charge elle-même.
    Cet album réclame peut-être un peu d’investissement, ou en tous cas un contexte propice. Si c’est une possibilité, ce serait (...)

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • Nadine Khouri - Another Life

    Quand on retient un nom des années et des centaines de critiques plus tard, c’est plutôt bon signe, non ? C’est ce qui s’est passé avec Nadine Khouri dont l’écho de The Salted Air résonne encore à l’heure de découvrir cet Another Life. Ce n’est pas qu’il était flashy pourtant, ou que le style soit si singulier. Mais les morceaux font leur chemin tout seuls. Il y a des artistes qui font ça mieux, c’est comme (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une (...)