Accueil > Critiques > 2009

Telefon Tel Aviv - Immolate Yourself

jeudi 22 janvier 2009, par Seb

Quand espace et densité se rencontrent...


Comment commencer l’année électronique ? En grandes pompes avec Telefon Tel Aviv ! Pour ce troisième album, le duo rejoint le label BPitch. Le dernier album datait de 2004 et depuis on les avait aperçu ça et là avec des remix allant d’Apparat à Nine Inch Nails. Ils nous avaient habitués aux mélodies down-tempo saupoudrées de rythmiques clics and glitch Aphex Twiniennes néanmoins accessibles.

Changement de cap cette fois, on ressort les synthés et boîte à rythme vintage du placard. « Encore ! » me direz-vous. C’est vrai que parfois j’ai eu l’impression qu’ils avaient fait un casse chez Michael Sembello (auteur de Maniac - Flashdance) ou A-Ha. En entendant la grosse caisse claire eighties où la vielle ligne de basse. Helen Of Troy, qui est apparemment le 1er single, en est le plus bel exemple, tout en étant paradoxalement une réussite. Ceci n’est en fait qu’une partie de leur univers sonore car les choses se compliquent et s’affinent par la suite.

L’album est assez dense en atmosphère et la porte pour y entrer n’est pas facile. On ne peut s’empêcher de retrouver un peu l’univers d’Apparat – Walls, quoi de plus normal sachant qu’ils ont participé à la production de cet album. Bien que baignant dans un univers IDM, surtout au niveau rythmique, le format est assez pop. Les arrangements sont variés et évoluent rapidement sans jamais verser dans l’ennui. Les voix sont très présentes mais toujours en arrière plan grâce à l’usage intensif de réverbérations.

The Birds tend vers les sphères de Border Community avec ses mélodies très loopées. Les nappes sont omniprésentes et ajoutent un touche très solennelle (ou ambient au choix). Le spectre de Luke Slater du temps de Wireless n’est pas loin. You are the worst thing in the world offre un pur moment de bonheur. L’arpège electro renforcé d’une vrai basse, le tout baigné dans une mélodie quelques peu éraillée laisse rêveur. Un sentiment de plénitude envahit l’espace, similaire à celui que procure l’écoute d’un bon vieux vinyle

Bref, le virage est parfaitement négocié et pas de casse à l’horizon pour un album tout en nuances qui sort des sentiers battus. Quelques écoutes seront néanmoins nécessaires afin d’en retirer la substantifique moelle. Allez-y les yeux fermés… bon voyage.

myspace

Une petite mise en bouche...


Telefon Tel Aviv - Immolate Yourself (Trailer 2) from joshua eustis on Vimeo

    Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

2 Messages

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)