Accueil > Musique > 2009 > Elysian Fields - The Afterlife

Elysian Fields - The Afterlife

vendredi 20 février 2009, par Paulo

Compilation d’instants délicats


Enfin des nouvelles d’Elysian Fields ! C’est qu’il en faut du temps pour faire un album, mais 3 ans sans véritables nouvelles, c’est dur et ça frôle l’oubli. Mais sans doute connaissez-vous, vous aussi, ce sentiment, ce piétinement d’impatience, comme c’est désagréable...

Heureusement Jennifer Charles a une discographie à couper le souffle (ce qu’on ne lui souhaite pas) et il est toujours possible d’écouter ou de récupérer des participations ou side-projects intéressants en guise de substituts, citons d’excellentes choses :

- 2007 : La Mar Enfortuna, Convivencia, projet de musiques sephardiques, J.Charles & O. Bloedow, sur le label Tzadik de John Zorn
- 2004 : Jean Louis Murat - A Bird On A Poire
- 2001 : (l’inépuisable) Lovage - Song to your old lady par Dan The Automator avec Mike Patton...

Reprenons le dernier album Bum Raps and Love Taps, il y avait une pointe de déception en ce qu’il était un peu trop similaire à son excellent prédécesseur Dreams That Breathe Your Name. Il était donc bon mais sans véritable innovation. De fait, quand on vous ressert le même potage, on perd les joies de la découverte. [1]

C’est donc avec ce sentiment partagé de joie et d’appréhension que j’ai abordé The Afterlife, cherchant intuitivement la plage d’accroche au rythme plus soutenu...
Recherche infructueuse cette fois, c’est autre chose que l’on trouve. Dès les premières notes, on sent l’influence de leurs récentes expériences, ce deuxième LP chez John Zorn et une culture jazz plus présente. Et ça se confirme sur la longueur, on a ici un son différent, plus affiné, plus jazz, évoquant un enregistrement plus direct, l’acoustique étant très soignée.

Bien sûr la voix de Jennifer Charles nous ramène directement en terrain connu à l’instar du titre phare Climbing My Dark Hair dont on ne se lasse pas.
D’autres titres comme Only For Tonight tente la différence, un petit air de bossa, des harmoniques, un phrasé rappelant une certaine atmosphère des 80s. Mais là pourtant il ne s’agit pas de nouveautés mais de retour puisque cela évoque avec des titres comme Lady In The Lake ou même Jack In The Box, le tout premier album de 1996. Tous ces titres ont de fait un "glaçage" similaire.

Et c’est une excellente chose, c’est un peu aussi cela que l’on attend, d’avoir un renouveau, un changement. Peut-être que Jennifer et Oren se sont un peu trop ciblé sur cette voix hyper susurrée qu’on découvre sur le titre Black Acres en 2000, que l’on adore évidemment mais on a aussi besoin de morceaux comme Only for tonight rappelant les débuts de Jennifer Charles. Elle avait peut-être à l’époque une voix plus fluette, mais aussi un côté moins contrôlé qui donnait un charme différent.

Les ayant vu en concert fin Décembre à New York, la nouveauté est résolument l’approche plus acoustique et jazz. Les moments forts sont un pianiste controllant des harmoniques planantes et éthérées à l’aide des cordes du piano (du moins pour ce que j’ai pu comprendre) ou l’invitation d’un ami trompettiste qui a répondu par autant de chaleur au lyrisme de Jennifer Charles. Pour information, ils passent au Botanique ce 7 mars, espérons que ceux-là seront de la partie...

C’est le morceau "The Moment" qui avait cloturé le concert en rappel, de quoi finir avec une seule phrase en tête "the moment my eyes struck yours", à se décliner intérieurement pendant des heures, du pur bonheur.

Au final, the Afterlife est un bon album, aux qualités acoustiques indéniables, qui ravira les fans et attirera d’autres puristes des moments délicats. Conscient qu’il y a une part d’ésotérisme a aimé Elysian Fields (et le côté Jazz en général), que ce n’est certes pas l’album qui va révolutionner la musique en 2009, je lui met un bon 3, celui de la longévité, pas le 4 du buzz qu’on oublie.

Update 27/02/2009 : je me permets une correction, étant donné que cet album n’est pas près de me quitter cette année, le 4 est finalement bien mérité.

Album en écoute ici en bonne qualité, c’est bien fait quand même.

Article Ecrit par Paulo

Notes

[1D’ailleurs il se dégage de la discographie d’Elysian Fields une recette singulière, une construction suivant une même architecture, marquée par des titres accrocheurs similaires :

- Jack in the box (plage 2) sur Bleed Your Cedar
- Bend your mind (plage 3) sur Queen Of The Meadow
- Timing is Everything (plage 3) sur Dreams That Breathe Your Name
- Set the Grass on Fire (plage 2) sur Bum Raps and Love Taps

Principalement ces trois derniers titres sont facilement interchangeables et sont tout aussi bon les unes que les autres.

Répondre à cet article

3 Messages

  • Elysian Fields - The Afterlife 26 février 2009 17:14, par Olivier

    « C’est le morceau "The Moment" qui avait cloturé le concert en rappel, de quoi finir avec une seule phrase en tête "the moment my eyes struck yours", à se décliner intérieurement pendant des heures, du pur bonheur. »

    Parfaitement d’accord (comme assez souvent mine de rien à la lecture de vos articles). Cette chanson a quelque chose d’incantatoire et reste mon coup de cœur de cet album. Elysian Fields fait sans conteste partie de ces groupes qui, une fois qu’ils vous ont touché, ne vous lâchent plus d’une semelle.
    Je reste pour ma part un peu moins emballé que pour leur album "Queen of the Meadow".
    Notre critique est sur KUB3.

    Au plaisir de vous lire.

    Voir en ligne : KUB3 - Elysian Fields : après la (petite) mort

    repondre message

  • Elysian Fields - The Afterlife 26 février 2009 20:15

    Je serais au Bota. Et toi ?

    repondre message

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)

  • Nadine Khouri - Another Life

    Quand on retient un nom des années et des centaines de critiques plus tard, c’est plutôt bon signe, non ? C’est ce qui s’est passé avec Nadine Khouri dont l’écho de The Salted Air résonne encore à l’heure de découvrir cet Another Life. Ce n’est pas qu’il était flashy pourtant, ou que le style soit si singulier. Mais les morceaux font leur chemin tout seuls. Il y a des artistes qui font ça mieux, c’est comme ça. On retrouve logiquement ces qualités ici. Et d’emblée, avec un Another Life presque arrêté. On (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Charlotte Greve - Sediments We Move

    La technique ne vaut que par ce qu’on en fait. Ce lieu commun prend tout son sens avec l’Allemande installée à New-York Charlotte Greve. Sa formation jazz est évidemment immédiatement identifiable mais la matière proposée ici en dévie sensiblement, ou plus précisément la pervertit avec une mine gourmande.
    Il faut dire que la matière première de cet album, ce sont les voix du chœur berlinois Cantus Domus qui dirigent souvent les débats. On a finalement rarement entendu une combinaison sauf à revenir (...)

  • Ola Kvernberg - Steamdome II : The Hypogean

    S’il est plaisant de découvrir un artistes à ses débuts, de tracer son évolution, il peut aussi se révéler valorisant de le prendre en cours de route, avec une belle progression. On ne décèle pas tout de suite le potentiel de la chose mais il apparait bien vite que le potentiel du compositeur norvégien est indéniable.
    Arpy commence de façon un peu douce, mélodique, simple. Mais imperceptiblement, quelque chose se passe, les lignes restent les mêmes mais la vibration qui la sous-tend se fait plus dense, (...)

  • Rouge - Derrière Les Paupières

    On a été en contact avec plusieurs albums piano solo récemment, ceci est purement fortuit, et complètement indépendant du concours Reine Elisabeth. Ce qui étonne en fait, c’est la grande variété des moyens et des résultats. Avec ce trio articulé autour de la pianiste Madeleine Cazenave flanquée de la basse de Sylvain Didou et de la batterie de Boris Louvet, on se rappelle que le piano est un instrument à cordes frappées. Et ça balance franchement.
    Dans le genre, on n’est pas toujours éloigné de ce que (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange sur le papier, elle est d’une très grande cohérence dans les faits. Le chant est évidemment traditionnel (...)