Accueil > Musique > 2009 > Bell Orchestre - As Seen Through Windows

Bell Orchestre - As Seen Through Windows

jeudi 12 mars 2009, par Marc

Barrissements


Un groupe de Montréal de musique instrumentale avec dans ses rangs deux membres d’Arcade Fire, il y a de quoi être intrigué, non ? Il n’en a pas fallu plus pour que je plonge sur leur premier Recording A Tape The Colour Of The Light, daté de 2003, donc de juste avant le buzz des groupes de là-bas. Il était correct et comptait un morceau hors du lot, The Upwards March et sa montée réellement irrésistible. Encore un groupe de Montréal donc ? Vous exagérez, ça fait au moins deux jours que je n’en ai plus évoqué un. Celui-ci comporte donc six membres dont Richard Parry et Sarah Neufeld (de qui-vous-savez) et est signé chez Arts & Crafts, gage de qualité s’il en est puisqu’ils hébergent en vrac Broken Social Scene, Stars, Feist ou The Dears.

Dans lepost-rock, il y a des figures imposées et une certaine prévisibilité mais presque toujours assez d’action pour que l’attention soit captée, quand ce n’est pas une franche et pure émotion. Malheureusement, pas de ça ici, et on est loin des standards de leurs compatriotes, il est vrai géniaux, comme Godspeed You ! Black Emperor ou Silver Mount Zion. Le but ici est sans doute un peu différent, plus soyeux sans doute, mais le résultat manque un peu d’âme et vraiment d’enjeu.

Sur Air Lines/Land Lines par exemple, les périodes plus calmes ne sont pas là pour appuyer des montées, mais pour qu’un instrument arrive à s’isoler. Et quand ça s’excite enfin, on constate simplement qu’on n’est pas en présence d’un nouveau East Hastings (un des chefs d’œuvres de Godspeed ! etc…), mais d’un morceau de pop instrumentale baroque (elle est pas chouette mon étiquette ?).

D’une manière générale, on est face à un bel objet un peu austère qui manque de facilité mélodique, avec des structures plus complexes qu’il n’y parait et des cuivres qui mènent la danse. On pense aussi assez souvent à Owen Palett et son Final Fantasy. Mais la forme est ici moins compacte, plus ample. Moins axée sur le violon bien entendu. Le pouvoir évocateur s’en trouve un peu affecté et l’impression de BO sans film m’a tenu pendant toute l’écoute. Tant qu’on est dans l’audiovisuel, la rythmique sur la plage titulaire en fait par moments une sorte de musique de générique.

Que faut-il pour relancer l’intérêt ? Il suffit d’une batterie pour réanimer Bucephalus Bouncing Ball et c’est tout de suite mieux. Etrangement, ce sont encore les interludes qui gigotent le plus (le très joyeux The Gaze). Il y a aussi un peu de tension sur le morceau Elephants. D’ailleurs, le pachyderme est sans doute un point de comparaison pertinent pour la musique de cet album du Bell Orchestre. Un peu majestueuse, pas exactement vive, sympathique. De plus, le son du cor peut aussi évoquer la voix du grand animal. Pas à dire, j’ai des analogies qui déchirent.

Parfois, il faut lâcher une critique un peu indigente parce qu’il faut bien constater que l’attention s’égare invariablement à l’écoute d’un album. Pour succéder à un premier LP qui comptait quand même quelques moments de bravoure, Bell Orchestre a privilégié des ambiances plus calmes qui peinent à retenir l’attention. Le casting était tentant pourtant, et la déception n’est que plus grande. Même s’il n’y a rien de rédhibitoire ni de déconseillable sur cette plaque, rien n’est parvenu à m’impressionner suffisamment durablement pour recueillir plus que la faible note qui est la sienne. Quand l’attention est aussi peu maintenue, on attend en général des jours meilleurs.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)