Accueil > Musique > 2009 > The Veils - Sun Gangs

The Veils - Sun Gangs

jeudi 9 avril 2009, par Marc

Label de qualité


The Veils revient. Ces trois mots m’ont tenu en haleine depuis un petit temps déjà. Après The Runaway Found et Nux Vomica, Sun Gangs allait-il s’octroyer comme les deux autres une place dans mon panthéon personnel ? Première constatation, on n’a pas de claque cuisante à la première écoute. Mais ce n’est pas important, je le sais maintenant après de très nombreuses autres. A l’instar de certains Shearwater et autres Okkervil River, ce groupe ne peut plus vraiment décevoir et on se retrouve sans s’en rendre vraiment compte à considérer sur la longueur ce Sun Gangs comme un des albums marquants de cette année qui tout doucement fait plus que débuter.

Dès le premier morceau Sit Down By The Fire, on a ce mélange de balade acoustique, d’ampleur instrumentale, de musique jouée avec l’âme, et cette voix si attachante d’Andrew Finn (rien à voir avec un des bons albums de cette année) qui sont au rendez-vous. On se détend, le bon moment annoncé aura bien lieu.

Et on se voit obligé de dégainer U2 comme point de référence occasionnel. Mais la variété et la foi sont encore présentes. C’est ce qui les rend plus sombres et plus passionnants qu’un banal Coldplay. Plus pertinente et gratifiante est la parenté avec Nick Cave. Les voix de Finn et du ténébreux Australien ne sont évidemment pas comparables mais dans les éructations, l’aspect parfois mystique de certains morceaux, on retrouve la même ferveur. La comparaison est cependant ici moins littérale que sur Nux Vomica qui exploitait plus profondément ce rock de bastringue écorché et envoûtant. Les montées en profondeur se font plutôt en dégainant d’impeccables guitares comme sur The Letter ou Three Sisters.

Evidemment que je vais être plus exigeant avec un groupe qui est quand même dans la tête de liste de ce que j’aime écouter. Alors, des morceaux qui sont « seulement » de bonne facture comme Scarecrow ou Begin Again touchent un peu moins mais trouvent leur place en donnant de l’équilibre à l’album. L’équilibre est d’ailleurs une des qualités essentielles de Sun Gangs, qui comme les autres enchaine avec une belle santé claque et caresse. Le spectre balayé est donc plutôt large. Le long Larkspur ou le plus déstructuré Killed By The Boom par exemple montrent leur penchant pour le violent, les sentiments extrêmes et la musique qui va avec. Et comme Finn apparaît hanté parfois comme du David Eugène Edwards (16 Horsepower, Woven Hand), on peut dire que tout ce qu’il fait peut être marqué au sceau de la puissance intime. Sinon, la balade constitue toujours une part du fonds de commerce, mais elle n’est jamais mièvre, et mise à toutes les sauces. Du charmant (The House She Lived In) comme Advice To The Mothers To Be à des choses plus denses et atmosphériques quand la voix est laissée en compagnie d’éruptions de guitare en arrière-plan (It Hits Deep) en passant par la facilité du piano de la plage titulaire. Sinon, les étiquettes ne sont pas vraiment faites pour ce groupe. Rock intense, ça vous va ?

Disons-le, The Veils reste un groupe essentiel, et les différentes voies qu’ils explorent sans jamais se fourvoyer montrent qu’ils sont là pour longtemps, pour notre plus grand plaisir. Je ne peux pas m’empêcher de penser que cet album est moins marquant que les deux précédents mais c’est aussi un album subtil dont le plaisir dispensé croit avec le nombre des écoutes. The Veils, c’est maintenant autant un groupe que simplement un album de qualité, une valeur refuge qui résiste aux modes sans jamais cesser d’évoluer.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)