Accueil > Musique > 2009 > Circlesquare - Songs About Dancing and Drugs

Circlesquare - Songs About Dancing and Drugs

dimanche 29 mars 2009, par Marc

Le moins fait plus (air connu)


Quand un fournisseur régulier de friandises folk vous procure Circlesquare, on a inévitablement une réaction de surprise. Parce que de folk il ne sera pas question. Même les variétés freak, weird ou psyché les plus délurées. Car le groupe du jour est la seconde création de Jeremy Shaw, de Vancouver mais installé à Berlin, fait dans l’electro-pop minimaliste.

Ce n’est pas le tout d’attribuer des étiquettes, encore faut-il les motiver. Ce qui n’est pas chose facile dans ce cas, où une basse qui remplit bien l’espace et appuie littéralement le chant repose sur un beat plutôt réduit mais qui donne une ambiance retenue de grande classe. Ce n’est pas du dance-rock tout bête, où un beat et un gimmick peuvent donner l’illusion de faire le boulot comme chez un Ghostland Observatory. L’économie de moyens d’ailleurs m’a parfois donné l’idée saugrenue que leur désir secret était de se faire remixer

Tout commence avec un Hey You Guys avec voix dédoublées et une torpeur assez prenante au final. Un nom qui m’est venu en tête, bien que les moyens ne soient pas du tout les mêmes, c’est Silver Mt Zion. La structure répétitive du début d’un Bombs Away, Away. Le reste du morceau est plus dans la veine gospel de Tv On The Radio. Les New-Yorkais peuvent aussi occasionnellement servir de point de référence, surtout l’album Return To Cookie Mountain. Pour le reste, la délicatesse peut occasionnellement renvoyer à The Notwist

A part Ten To One, les bpm’s sont plus que modérés. Pourtant, c’est à son élevé qu’il convient de les écouter, pour mieux profiter de l’intensité et de la qualité des sons qui constituent ces morceaux assez singuliers, décharnés d’aspect mais chaleureux, dégageant une sorte de spleen nerveux. Dans le genre d’electro-pop arrêtée, il y a aussi un Colder, quand les morceaux ne sont là que pour l’entêtante ambiance créée (Timely).

Etrange comme un gimmick peut se retrouver dans des chansons très différentes pour des artistes qui n’ont rien à voir. Par exemple, le riff de Dancers est assez proche de celui de Safeway Cart de Neil Young et de Cocktail For Two de Supermayer. Le morceau en lui-même souffre d’une répétition qui peut ne pas passionner si l’instant choisi n’est pas optimal. La principale force de ce Songs About Dancing And Drugs est aussi sa faiblesse puisque l’excellence du son les enferme aussi dans un tempo lent et parfois rugueux qui convient mieux à une durée plus limitée. Mais ils ont gardé le meilleur pour la fin, Un All Live But Ending, tout en crescendo, qui prend son temps pour donner sa pleine mesure sans presque en avoir l’air et terminer dans les cuivres.

Etrange album en tous cas, qui a pu aussi bien me laisser indifférent ou me passionner selon les conditions d’écoute. Assez rétif à l’analyse parce qu’il est vraiment une expérience sonore, cet album de Circlesquare est une bonne surprise venue de nulle part.

http://www.myspace.com/circlesquare

Un site où il est possible de télécharger une version de Dancers
http://www.songsaboutdancinganddrugs.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)