Accueil > Critiques > 2009

Circlesquare - Songs About Dancing and Drugs

dimanche 29 mars 2009, par marc

Le moins fait plus (air connu)


Quand un fournisseur régulier de friandises folk vous procure Circlesquare, on a inévitablement une réaction de surprise. Parce que de folk il ne sera pas question. Même les variétés freak, weird ou psyché les plus délurées. Car le groupe du jour est la seconde création de Jeremy Shaw, de Vancouver mais installé à Berlin, fait dans l’electro-pop minimaliste.

Ce n’est pas le tout d’attribuer des étiquettes, encore faut-il les motiver. Ce qui n’est pas chose facile dans ce cas, où une basse qui remplit bien l’espace et appuie littéralement le chant repose sur un beat plutôt réduit mais qui donne une ambiance retenue de grande classe. Ce n’est pas du dance-rock tout bête, où un beat et un gimmick peuvent donner l’illusion de faire le boulot comme chez un Ghostland Observatory. L’économie de moyens d’ailleurs m’a parfois donné l’idée saugrenue que leur désir secret était de se faire remixer

Tout commence avec un Hey You Guys avec voix dédoublées et une torpeur assez prenante au final. Un nom qui m’est venu en tête, bien que les moyens ne soient pas du tout les mêmes, c’est Silver Mt Zion. La structure répétitive du début d’un Bombs Away, Away. Le reste du morceau est plus dans la veine gospel de Tv On The Radio. Les New-Yorkais peuvent aussi occasionnellement servir de point de référence, surtout l’album Return To Cookie Mountain. Pour le reste, la délicatesse peut occasionnellement renvoyer à The Notwist

A part Ten To One, les bpm’s sont plus que modérés. Pourtant, c’est à son élevé qu’il convient de les écouter, pour mieux profiter de l’intensité et de la qualité des sons qui constituent ces morceaux assez singuliers, décharnés d’aspect mais chaleureux, dégageant une sorte de spleen nerveux. Dans le genre d’electro-pop arrêtée, il y a aussi un Colder, quand les morceaux ne sont là que pour l’entêtante ambiance créée (Timely).

Etrange comme un gimmick peut se retrouver dans des chansons très différentes pour des artistes qui n’ont rien à voir. Par exemple, le riff de Dancers est assez proche de celui de Safeway Cart de Neil Young et de Cocktail For Two de Supermayer. Le morceau en lui-même souffre d’une répétition qui peut ne pas passionner si l’instant choisi n’est pas optimal. La principale force de ce Songs About Dancing And Drugs est aussi sa faiblesse puisque l’excellence du son les enferme aussi dans un tempo lent et parfois rugueux qui convient mieux à une durée plus limitée. Mais ils ont gardé le meilleur pour la fin, Un All Live But Ending, tout en crescendo, qui prend son temps pour donner sa pleine mesure sans presque en avoir l’air et terminer dans les cuivres.

Etrange album en tous cas, qui a pu aussi bien me laisser indifférent ou me passionner selon les conditions d’écoute. Assez rétif à l’analyse parce qu’il est vraiment une expérience sonore, cet album de Circlesquare est une bonne surprise venue de nulle part.

http://www.myspace.com/circlesquare

Un site où il est possible de télécharger une version de Dancers
http://www.songsaboutdancinganddrugs.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)