Accueil > Musique > 2009 > Neko Case - Middle Cyclone

Neko Case - Middle Cyclone

jeudi 19 mars 2009, par Marc

Tornade rousse


« C’est quoi ça ? C’est vraiment pas terrible » et « c’est quoi ce machin ? C’est super » furent les réactions que j’ai eues face à deux chansons qui passaient à la radio (KEXP quoi). La réponse pourtant était la même dans les deux cas : Neko Case. Il semble un peu difficile pour nous Européens d’appréhender une personnalité comme elle. A l’instar de My Morning Jacket, Wilco ou Band Horses pour rester large, elle est capable d’enchainer avec aisance ce qui peut nous sembler un sommet d’émotion et platitude. Fort heureusement, la seconde possibilité n’est presque jamais présente ici.

Abordons donc le sixième album studio solo de celle qui fait aussi partie du casting des New Pornographers. Tout d’abord, on sent confusément qu’elle pourrait très bien émarger au rang des chanteuses ‘à voix’ (euphémisme pour hurleuses) mais que son gout est trop sûr pour se laisser aller à ces dérives. C’est qu’on sent en plus une maîtrise de sa voix assez bluffante, ce qui est patent dès le Tornado Loves You. L’utilisation occasionnelle d’un gros écho la rend plus distante mais lui évite aussi d’être trop démonstrative.

Elle avoue que c’est la part naturelle et animale de l’homme qui l’a inspiré et en effet, on retrouve ces métaphores tout au long de l’album. En outre, on sent une personnalité qui s’affirme de plus en plus, ce qui se constate aussi bien sur la pose de la moche pochette que dans les paroles ou les titres. Citons par exemple The Next Time You Say Forever (I will punch you in the face, tout un programme), I’m a man eater (People Got A Lotta Nerve à prendre littéralement dans ses métaphores animales), I’m an animal/you’re an animal too (I’m An Animal) ou encore This Tornado Loves You (What would it be like to pursued by a force of nature ?).

Elle me plait pour la même raison que Roisin Murphy, même si cette dernière m’est beaucoup plus essentielle. On sent une telle personnalité que tout prend une dimension différente. Je sais que vous ne serez pas très avancés avec ça mais il y a ce petit je-ne-sais-quoi qui la rend moins conventionnelle dans les moments plus convenus. Et il y a de fait des vrais classiques comme la reprise du Don’t Forget Me de Harry Nilson, mais aussi des chansons intemporelles comme Magpie To The Morning qui ne brillent pas vraiment par leur originalité. D’une manière générale, c’est sur les mid-tempos (People Got A Lotta Nerve) que ses capacités s’expriment le mieux. Mais un simple arpège peut aussi faire l’affaire (Vengeance Is Sleeping). Et on n’est pas à l’abri d’une vraie montée en intensité (Polar Nettles) ni d’une mélodie réussie parce qu’elle évite le mièvre (Never Turn Your Back On Mother Earth qui est en fait une chanson des Sparks).

Je vous donnerais bien un avis éclairé sur les presque 32 minutes de la dernière plage mais bon, après 2 minutes de bruits de marais, l’envie de voir s’il y avait un morceau quelque part m’a systématiquement abandonné. Que l’inventeur de la plage cachée soit maudit sur trois générations…

Alors, une fois encore, si c’est l’expérimentation pure qui vous passionne et si une voix ne peut être belle que si elle est un peu maladroite, Neko ne peut pas grand’ chose pour vous. Si par contre vous êtes à la recherche d’un talent à écouter en toute heure et en tout lieu, ce grand nom de l’indie américain est à découvrir.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au profit d’un rock alternatif ’canal historique’, tortueux juste ce qu’il faut pour ne pas être plat. Le noise (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et pas seulement auprès des fans, mais également dans la profession, ce qui lui permet entre autre (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins bon que ce qu’on connaissait d’eux. Pour ma part, ce sont surtout les deux dernières productions que je (...)

  • Séance de rattrapage n°1 - Rock

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Pour inaugurer cette séquence à suivre, une première salve de 10 albums rock avec ou sans supplément d’âme : à boire et à manger pour petits et grands, de 7 à 77 ans.
    Bell X1 – Bloodless Coup
    Déjà cinq albums au compteur pour les Irlandais ? (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)