Accueil > Critiques > 2009

Neko Case - Middle Cyclone

jeudi 19 mars 2009, par marc

Tornade rousse


« C’est quoi ça ? C’est vraiment pas terrible » et « c’est quoi ce machin ? C’est super » furent les réactions que j’ai eues face à deux chansons qui passaient à la radio (KEXP quoi). La réponse pourtant était la même dans les deux cas : Neko Case. Il semble un peu difficile pour nous Européens d’appréhender une personnalité comme elle. A l’instar de My Morning Jacket, Wilco ou Band Horses pour rester large, elle est capable d’enchainer avec aisance ce qui peut nous sembler un sommet d’émotion et platitude. Fort heureusement, la seconde possibilité n’est presque jamais présente ici.

Abordons donc le sixième album studio solo de celle qui fait aussi partie du casting des New Pornographers. Tout d’abord, on sent confusément qu’elle pourrait très bien émarger au rang des chanteuses ‘à voix’ (euphémisme pour hurleuses) mais que son gout est trop sûr pour se laisser aller à ces dérives. C’est qu’on sent en plus une maîtrise de sa voix assez bluffante, ce qui est patent dès le Tornado Loves You. L’utilisation occasionnelle d’un gros écho la rend plus distante mais lui évite aussi d’être trop démonstrative.

Elle avoue que c’est la part naturelle et animale de l’homme qui l’a inspiré et en effet, on retrouve ces métaphores tout au long de l’album. En outre, on sent une personnalité qui s’affirme de plus en plus, ce qui se constate aussi bien sur la pose de la moche pochette que dans les paroles ou les titres. Citons par exemple The Next Time You Say Forever (I will punch you in the face, tout un programme), I’m a man eater (People Got A Lotta Nerve à prendre littéralement dans ses métaphores animales), I’m an animal/you’re an animal too (I’m An Animal) ou encore This Tornado Loves You (What would it be like to pursued by a force of nature ?).

Elle me plait pour la même raison que Roisin Murphy, même si cette dernière m’est beaucoup plus essentielle. On sent une telle personnalité que tout prend une dimension différente. Je sais que vous ne serez pas très avancés avec ça mais il y a ce petit je-ne-sais-quoi qui la rend moins conventionnelle dans les moments plus convenus. Et il y a de fait des vrais classiques comme la reprise du Don’t Forget Me de Harry Nilson, mais aussi des chansons intemporelles comme Magpie To The Morning qui ne brillent pas vraiment par leur originalité. D’une manière générale, c’est sur les mid-tempos (People Got A Lotta Nerve) que ses capacités s’expriment le mieux. Mais un simple arpège peut aussi faire l’affaire (Vengeance Is Sleeping). Et on n’est pas à l’abri d’une vraie montée en intensité (Polar Nettles) ni d’une mélodie réussie parce qu’elle évite le mièvre (Never Turn Your Back On Mother Earth qui est en fait une chanson des Sparks).

Je vous donnerais bien un avis éclairé sur les presque 32 minutes de la dernière plage mais bon, après 2 minutes de bruits de marais, l’envie de voir s’il y avait un morceau quelque part m’a systématiquement abandonné. Que l’inventeur de la plage cachée soit maudit sur trois générations…

Alors, une fois encore, si c’est l’expérimentation pure qui vous passionne et si une voix ne peut être belle que si elle est un peu maladroite, Neko ne peut pas grand’ chose pour vous. Si par contre vous êtes à la recherche d’un talent à écouter en toute heure et en tout lieu, ce grand nom de l’indie américain est à découvrir.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • They Call Me Rico - Wheel of Love

    Le substrat musical sur lequel a poussé ce cinquième album de They Call Me Rico, projet de Frédéric Pellerin du groupe Madcaps, c’est l’americana et le blues. Et on le sent, souvent. Certains morceaux en sont encore baignés (This Old Dog, Don’t Let You Go Down). Wheel of Love est plus proche de ce canon rock et dans l’ensemble, c’est un fort plaisant rappel de la base de tout ceci.
    Mais si on a retenu (...)

  • Iggy Pop – Every Loser

    Le fun perçu est une des mesures les plus pertinentes pur évaluer un album d’Iggy Pop. Si on l’a croisé récemment aux côtés de Catherine Graindorge, il revient avec un Every Loser qui convoque logiquement une belle pelletée de connaissances du rock ‘n roll (Duff McKagan de Guns ‘n Roses, Stone Gossard de Pearl Jam, Dave Navaro et Eric Avery de Jane’s Addiction’s, Chad Smith des Red Hot Chili Peppers et (...)

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)