Accueil > Musique > 2009 > Yeah Yeah Yeahs - It’s Blitz !

Yeah Yeah Yeahs - It’s Blitz !

mercredi 3 juin 2009, par Fred, Marc

Quand le producteur est en trop.


On avait aimé leur Show your bones sorti en 2006. Le mois dernier, les Américains de Yeah Yeah Yeahs sortaient leur troisième album It’s a Blitz !. Et il nous aura fallu quelques semaines pour nous faire un début d’opinion.

Chose que l’on avait déjà remarqué, la personnalité de Karen O’ est assez marquante, et imprime une singularité rock ‘n roll au groupe que ce soit comme ici, sur album, mais également sur scène.

Le single Zero est survitaminé et donne la direction que prend le groupe. Un peu discoïde, clinquant, plaisant mais oublié presque dès avant la fin de l’écoute. Cette première impression se confirme sur le remuant second morceau, au titre amusant au demeurant Heads will roll. On y découvre des guitares qui vrombissent légèrement sur des nappes de synthé. Et quand elles ne débarquent qu’avec parcimonie, on lorgne carrément du côté de Goldfrapp (Soft Shock). Mais à force de soft, il n’y a presque plus de "Shock".

Mais d’un point de vue finesse d’écriture, on n’est assez loin des standards de, disons, The Long Blondes. Et comme il n’y a plus la même rage rock, ça devient agréable, ce qui est pas très "rock ‘n roll" comme qualificatif.

Les éruptions arrivent un peu de nulle part (Dull Life), mais avec une hargne un peu adoucie par le gros son. On retrouve avec plaisir un peu plus de guitare. Le refrain est entrainant, d’accord, mais dans le genre, on a déjà un Metric qui fait bien le boulot. Au final, le morceau est quand même emballant mais laisse malgré son abattage un goût de trop peu. De plus, un groupe comme Metric (ndlr - dont on vous parlera bientôt) semble approcher de plus en plus l’équilibre qui manque ici.

Ce serait évidemment un peu simpliste d’affirmer que ça ne marche pas du tout. Runaway par exemple est bien telle quelle, alors qu’elle est plus douce. Sur la toute fin, Hysteric donne un peu d’air à tout ça. Le tempo se pose, ça parait plus clair et ça nous permet d’apprécier l’écriture.

On ne retrouve pas que trop peu le côté brut de fonderie qui nous avait séduits sur Show your bones. Une certaine urgence, une certaine brutalité qui faisait penser à PJ Harvey ou aux White Stripes, par exemple. Ou alors le premier Sons and Daughters (challenger crédible pour la tenue de scène la plus n’importe quoi) pour reprendre un exemple plus ‘acoustique’.
Au lieu de ça, on a un son plus léché, plus chargé de synthés. C’est leur droit le plus strict d’évoluer par là, mais c’est aussi le nôtre de ne pas les suivre sur ce chemin non plus. On pense alors à ce qu’aurait donné un Dragon Queen avec leur ancienne façon. Mieux sans aucun doute.

Comme le faisait Pitchfork, on rapprochera les défauts de cet album et ceux du dernier Maxïmo Park (enfin, eux le faisaient dans l’autre sens). Tous deux pêchent principalement par un emploi inconsidéré des synthés qui en viennent à étouffer tout dynamisme, à gommer tout le nuancier et à dissiper tout enjeu. Il faudra probablement en chercher la cause derrière la console, dans le chef de Launay, producteur des deux albums

En fait, on n’arrivera ni à adorer ni à détester cet album. Si on a bien l’impression de trouver ici un album moins intéressant que Show you bones, on ne pourra cependant pas nier la qualité de compositions telles que Dull Life, Runaway et Little Shadow. La pièce est ici tombée sur la tranche et il nous faut prendre une décision, ce sera donc 3 étoiles, note probablement un peu généreuse mais pouvait-on décemment lui mettre moins qu’à Maxïmo Park ?

Article Ecrit par Fred, Marc

Répondre à cet article

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)