Accueil > Critiques > 2009

Sophia - There Are No Goodbyes

mercredi 29 avril 2009, par Marc

Etat dépressif stable


C’est à l’occasion d’un article pour radiolibre.be que je m’étais replongé dans les deux premiers albums de Sophia. Outre l’aspect madeleine inévitable, le temps a fait son œuvre et presque trié pour nous le plus conventionnel et les perles patentées. On a beau avoir découvert plein de choses pour notre plus grand plaisir (Gravenhurst, ce genre), il est toujours bon de retrouver un Woman ou un Bastards. Et puis, via un People Are Like The Seasons de bonne tenue, Robin Proper Sheppard avait ajouté un peu d’oxygène à ses morceaux. Toutes proportions gardées, c’est un peu ce qu’on a pensé de Cure après Pornography. Leur indispensable mais très noire trilogie était achevée et Robert Smith a sans doute pensé pour son salut que son avenir était ailleurs, dans des eaux moins troubles.

Etrangement, le succès de Sophia est surtout patent en Belgique et en Allemagne, ce qui m’a toujours étonné. Mais c’est aussi grâce à ça qu’il livre chez nous d’excellents concerts. J’ai en mémoire une fin de Pukkelpop où il était venu me mettre la couche de finition. Donc, après un Technology Won’t Save Us à côté duquel je suis passé comme beaucoup de monde, revoici donc cet homme-groupe si attachant. Cette trop longue introduction était nécessaire pour situer l’état d’esprit au moment d’aborder le dernier Sophia. Parce que pour le reste, c’est un pur album de Sophia, avec ses joies et ses limitations.

Et il y a en effet de bonnes choses dès l’engageant mid-tempo d’introduction. Et il arrive sans trop de peine à pousser l’intensité de chansons qui prennent un relief particulier. (Obvious et son gimmick à base de cloches). Pour le reste, la sècheresse extrême n’est plus au goût du jour et c’est plutôt une bonne nouvelle, même si l’uniformisation guette parfois (Storm Clouds) et que les éclairs électriques des albums précédents sont absents. La faute de goût semble de toute façon impossible chez lui et ses intonations un peu désabusées font toujours mouche, mais l’album en lui-même est un peu trop lisse pour que tous les morceaux puissent tirer leur épingle du jeu. C’est donc un album qu’on gobera d’un coup d’un seul, avec ses hauts et ses moyens, dans un spleen toujours impeccable.

Evidemment, si vous tendez l’oreille aux paroles (toujours intelligibles d’ailleurs), il garde son goût prononcé pour l’auto flagellation. C’est trop flagrant sur le respons de Something, sur un Signs qui n’aurait pas déparé sur les deux premiers albums ou encore le temps d’un Leaving (I Don’t Blame You For Leaving Me). Ce ne sont que quelques exemples, tout est du même tonneau. C’est son fonds de commerce, certes, mais on a l’impression que ses thèmes tournent un peu en rond et le sketch du chien battu ça va un peu mais à l’âge qui est le sien, d’autres sujets pourraient être abordés qu’un mal-être rabâché au premier degré. Il signale d’ailleurs dans les notes que c’est un album douloureux, qui a été douloureux à écrire, douloureux à enregistrer et douloureux à écouter pour lui. Un Robin heureux n’est sans doute pas envisageable, ni même peut-être souhaitable, mais force est de constater qu’autant de mal-être laisse circonspect.

Mais rien à faire, même si on connaît ses trucs par cœur et qu’aucun morceau ne vient renforcer sa légende, c’est encore la sympathie qui l’a emporté. Donc ceux qui gardent un souvenir ému de ce qu’il a pu nous apporter dans les années ’90 vont reprendre une bonne dose de nostalgie qui fait du bien par où elle passe. Par contre, ceux qui n’ont jamais goûté à la discographie pourront trouver ce spleen un peu vain.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Sophia - There Are No Goodbyes 29 avril 2009 12:21, par Leroy Brown

    Je n’ai pas encore entendu sa dernière livraison mais je l’ai vu hier à un showcase au Café Central à Bxl et je me suis demandé également pourquoi les chansons étaient toujours aussi plombantes alors que lui-même semble plutôt jovial. Pas que je n’aime pas les chansons tristes (bien au contraire) mais il est vrai qu’un peu de légèreté serait la bienvenue ;)

    Voir en ligne : http://illgivehermelodies.blogspot.com

    repondre message

    • Sophia - There Are No Goodbyes 2 mai 2009 13:08, par Marc

      Bah, on ne le changera sans doute plus. Il ne faut pas non plus.

      Bonne chance pour ton nouveau blog ! On ira de temps à autre faire un tour par là-bas.

      repondre message

  • Sophia - There Are No Goodbyes 7 mai 2009 23:05, par Yann Lebout

    Je n’étais pas passé à côté du formidable instrumental d’ouverture "Technology won’t save us", mais il faut bien avouer que je trouvais déjà l’album fort lisse...

    Si celui-ci l’est aussi, je crois que je vais passer à côté.

    Voir en ligne : (H)o(u)tlines

    repondre message

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)