Accueil > Critiques > 2004

Bjork - Medula

mardi 8 août 2006, par marc


C’était un jour de juin 1993. Lors d’une insomnie, j’allume machinalement la télé et sur MTV et qu’est-ce que je vois ? : La chanteuse des Sugarcubes qui se fait courser par un énome ours en peluche. Voilà, c’était Human Behaviour et la carrière (solo) de Björk pouvait commencer, sur des bases déjà inhabituelles.

Les deux premiers albums seront éclectiques et tordus, un peu dans la mode de l’époque, celle de dEUS et Beck, puis on tendra de plus en plus vers l’abstraction.

Pour arriver à cet OVNI total. Certes, on l’avait vu venir, on le pressentait mais quand même il faut s’y faire. La première écoute d’une traite est aride, on manque de repères. Ce minimalisme flamboyant (on en vient à user d’oxymorons pour se faire comprendre, c’est dire le désarroi de la description) déconcerte, et on se dit que le succès critique est encore une fois injustifié.

Et puis, non. Si des morceaux relèvent de la torture d’auditeur (Ancestors) et d’autres semblent des idées inabouties, il faut admettre que la clôture par Triumph of the heart est fort réussie. Des beats discrets, hypnotiques, une structure qui porte le morceau, une véritable mélodie, celle qu’on retiendra en sortant de cet album.

Difficile dans ce contexte d’extraire des singles. Pourtant, si, et c’est Submarine qui s’y colle. On dirait du Disney tombé dans un concasseur de son. Restent des bribes de chorale, gimmick plus que texture.
Homogenic rassemblait sans doute deux des meilleurs morceaux de la chanteuse (Yoga et Bachelorette) et Vespertine avait un peu lassé. La surprise n’en est donc que meilleure. La difficulté de morceaux comme Oceania ne peut être sauvée que par une des voix les plus singulières du moment. Heureusement, certains morceaux expérimentaux sont plus courts (Show me forgiveness, Mi Vikudags) et certains ressemblent même à des chansons (Who is it).

Il s’agit donc d’un beau cadeau pour ceux qui entreront dedans. Il faut quand même avouer que ça ne peut pas plaire à tout le monde. Mais donner une aussi large diffusion à une musique aussi peu évidente force l’admiration, au delà même du ’J’aime’ ou ’j’aime pas’. Courage quand même. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Bjork - Medula 1er juin 2010 09:49, par debrophymasmatie

    Attiré par la pochette, j’ai acheté cet album de Bjork aveuglément. C’était le deuxième que je me procurais, l’autre étant "Début". Autant dire que je suis passé de l’entrée (salée) au dessert (sucrée) (ou est-ce l’inverse ?) sans goûter au plat principal, et ce, peut parfois être très bon, encore faut-il avoir une "alimentation variée" ce qui n’était pas mon cas à l’époque...
    J’ai donc écouté Medulla et je l’ai rangé sur mon étagère en pensant ne pas le ressortir avant maturation (comme un bon vin sauf que c’est moi qui nécessitait de maturation...)
    Après quelques années, j’ai donc retenté l’expérience. Le temps ayant fait son effet, l’album s’est offert à moi tout simplement. Les morceaux m’ont "sauté à la gueule" d’évidence.
    Déjà, bravo pour le concept complexe, le défis de faire un album avec des sons et des voix humaines n’était pas le pari facile et Bjork le réussi haut la main. Ca aurait pu être un désastre total ou un album chiant à souhait mais les arrangements sont d’une telle délicatesse qu’on oublie au passage qu’il s’agit de vocal beat box et de choeurs.
    Même si quelques grognements inuits surprennent de temps à autres, l’album s’écoute non sans difficulté mais avec un grand plaisir.
    J’ai à ce jour toute la discographie de Bjork. Du premier opus en 77 (je crois) jusqu’à aujourd’hui en passant par KUKL, les Sugarcube... et cet album est celui que je ressort le plus souvent.

    repondre message

    • Bjork - Medula 2 juin 2010 13:08, par Marc

      Evidemment, ceci est un des albums les plus intransigeants de l’Islandaise et donc n’est pas une introduction idéale.

      Cette critique a quand même six ans et je me rends compte que je ne l’ai jamais réécouté depuis. Sauf, bien évidemment, le remix qu’a fait Vitalic de Who Is It ?, un modèle du genre. Tu me donnes envie de le réécouter d’ailleurs.

      On se rend moins compte maintenant de l’impact qu’a eu Debut il y a une quinzaine d’années. Elle arrivait pile au bon moment, quand le grunge n’était pas encore lassant et redynamisait un rock à guitares, et que des artistes osant des choses (Beck, Portishead) avaient une audience plus large que le petit monde de l’indie d’aujourd’hui. Et puis surtout elle a continué depuis à tracer sa route. Même si beaucoup de ce qu’elle a fait me laisse un peu froid, elle reste indispensable, et est une des seules qui prenne des risques et accepte de ne pas tout réussir.

      repondre message

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)