Accueil > Musique > 2009 > Bibio - Vignetting The Compost

Bibio - Vignetting The Compost

lundi 22 juin 2009, par Paulo

Audio botaniste


Aguiché par l’annonce de ce nouvel artiste chez Warp Records, j’avais en son temps, tendu l’oreille à la musique de Bibio. Ces premières notes n’étaient alors pas des plus convaincantes. Un folk un peu abstrait, juste une question de style, j’étais sans doute encore peu habitué à voir d’autres choses que des beep-cut&blips chez Warp, il me fallait donc un second ticket. Et en passant par des phénomènes tels que Grizzly Bear, il faut admettre que l’oreille est bien forcée de s’adapter à la mode des genres.

Pourtant, ne vous y trompez pas - comme moi- ce Vignetting The Compost sorti en mars dernier n’est pas encore l’album annoncé chez Warp, mais le dernier LP de Bibio chez Mush Records, véritable vivier musical puisqu’on y note, entre autres, le passage de Daedelus et Cloudhead. Quant à Bibio (Stephen Wilkinson de son vrai nom), on dirait qu’il a vidé ses caisses avant de quitter son champignon - un EP étant sorti le lendemain de ce LP , surproductif ? -. Est-ce dû au contrat de Mush Records, qui défend ses billes et son travail avec l’artiste ou est-ce Warp qui souhaite un certain relooking sonore, difficile de le savoir, mais il sera intéressant de comparer ces deux albums sortis à quelques mois d’intervalle. Pour la suite il faudra voir Ambivalence Avenue.

Ce qui ressort de cet album, c’est un fouilli de folk ambient, du lofi qui sent bon le foin de juin, les papillons qui se posent sur le compost, ici on entend les oiseaux là une mélodie enfantine mais toujours dans l’abstrait, le décalage. A l’instar des talents du sampling, Bibio transpose le "found art" à l’univers du son, décorant ses mélodies de sons divers enregistrés ici et là. Il pourrait être à mi-chemin de Boards Of Canada et d’un Devendra Banhart des débuts, où l’on entend le souffle du taperecorder. Autre effet de style serait le loop provenant du vinyl resté trop longtemps au soleil, c’est d’éléments comme ceux-la que Bibio sort de la chaleur et de l’émotion de ses productions, loin du formaté, on ressent le vivant, le vécu.

L’album est assez égal, bien qu’une alternance entre morceaux plus construits et interludes psyché se fasse sentir. Et on se surprend parfois aussi à penser que l’on a déjà entendu tel ou tel morceau mais il s’agit pourtant toujours d’une variation, un peu comme on faisait autrefois dans le classique, un thème passé de majeur en mineur et décliné de toutes les couleurs, c’est un peu ça l’univers onirique de Bibio. Ce n’est certainenement pas d’une profonde originalité mais il y a du bien-être qui se dégage, c’est ça aussi que l’on attend de la musique après tout.

http://www.myspace.com/musicabibio

http://www.myspace.com/mrbibio

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

  • En vacances, j’ai écouté... (5) des nerds

    Ben oui, les vacances sont les vacances : ça donne beaucoup de temps pour piquer un plongeon dans la musique, mais pas trop l’envie d’en parler. Du coup, autant revenir sur quelques disques écoutés à l’ombre des cocotiers et dont, qui sait, vous me direz des nouvelles... Cette semaine, on revient sur dix albums pop-rock qui dosent l’expérimentation avec plus ou moins de savoir-faire, pour obtenir les résultats les plus touchants ou les plus décalés, selon l’intention.
    The Berg Sans Nipple – Build (...)

  • Barbara Panther - Barbara Panther

    Retour vers le futur
    Méfiez-vous, les filles ! Björk a appelé et elle veut récupérer sa place. C’est qu’il y en a eu, depuis les dernières nouvelles du lutin islandais, pour occuper le poste vacant de diva conceptualiste : des vestales ferventes au tempérament de geyser, praticiennes fantasques d’une forme d’avant-garde pour le peuple, d’une pop volcanique aussi glacée en apparence qu’elle est brûlante au dedans. Le genre de musique qui parvient à être aussi limpide que le cristal tout en présentant la (...)

  • The Go ! Team - Rolling Blackouts

    Tonique
    On nous bassine souvent avec les propriétés stupéfiantes des diverses boissons énergétiques inondant le marché, héritières légitimes des potions et autres élixirs que les charlatans ambulants, depuis leur roulotte convertie en podium, vendaient par caisses entières dans le vieux far west. Les bonimenteurs d’aujourd’hui, à grands renforts de promotions télévisées, voudraient à leur tour nous refourguer le dernier remède miracle pour retrouver la jouvence ou à tout le moins, si possible, nous (...)

  • Maximum Balloon - Maximum Balloon

    Renard des surfaces
    Faut-il disserter sur ce disque estampillé David Sitek, architecte sonore pratiquement institutionnalisé, que ce soit au sein de TV On The Radio ou aux manettes d’une poignée d’albums toujours recommandables ? Et si oui, se pose la question de savoir quelle problématique élaborer face aux nombreuses réflexions que suscite cette escapade. Doit-on reposer la question de savoir où s’arrête sa griffe unique et si elle explique, seule, la réussite de ses projets participatifs ? Faut-il (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)