Accueil > Musique > 2009 > Nathan Fake - Hard Islands

Nathan Fake - Hard Islands

mardi 26 mai 2009, par Seb

Surréalisme quand tu nous tiens


Pas toujours simple d’assurer après un carton comme The Sky Was Pink. Qu’en est-il 5 ans plus tard ?

Nathan Fake propose un EP de 6 morceaux dans la pure veine de Border Community. Pas de doutes, dès le début, le charme opère toujours et on retrouve l’univers à part, déjanté de l’Anglais. La recette semble toujours la même avec ces mélodies un peu infantiles, une dose de surréalisme et des rythmes syncopés là où on ne les attend pas. On nage en terrain connu certes, mais impossible de ne pas succomber et pas la moindre lassitude à l’horizon.

Les nappes sont envoûtantes, les progressions imparables, bref la maîtrise est bien présente. Les morceaux s’enchaînent et surprennent toujours autant. La palme du jusqu’au-boutisme du délire sonore revient à Narrier. Cet assemblage de sons improbables nous projette dans un espace contrasté, tantôt oppressant, tantôt vertigineux. Un peu comme un astronaute qui serait perdu dans l’espace. Je n’ai jamais essayé mais ça doit plus ou moins y ressembler.

Fertiger clôture la marche avec un revival acid sauce Nathan. Très agressif dans sa première partie, un peu trop dur à mon goût mais la fin s’allègent, la TB303 est mise de côté et la féerie reprend son cours.

Un seul regret, c’est un peu court mais vu le nombre d’échecs sur la scène électronique lors du passage au format album, un goût de trop peu est peut-être préférable. Si vous êtes fan, cet EP est immanquable. Pour les autres je vous le recommande chaudement mais un peu de persévérance sera nécessaire pour pénétrer cette univers complètement barré.

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

2 Messages

  • Nathan Fake - Hard Islands 26 mai 2009 12:53, par Marc

    Même si on sent tout de suite la "border community touch", cet EP est quand même assez différent de The Sky Was Pink qui récupérait même par moments des plans de type ’shoegaze’ et n’a pu viser les dancefloors que via d’excellents remixes (le coreligionnaire Holden).

    Mais il n’en reste pas moins que c’est une des sorties marquantes du genre cette année (pour moi qui n’en écoute pas des pelles en tous cas...).

    repondre message

    • Nathan Fake - Hard Islands 3 novembre 2009 15:12, par martinsson

      Cet EP est en effet plus Border Community mais surtout plus ’techno’ que ne l’était l’electronica ’Drowning in a sea of love’ (avec ce fameux "The sky was pink")

      repondre message

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)