Accueil > Musique > 2009 > Yppah - They Know What Ghost Know

Yppah - They Know What Ghost Know

vendredi 5 juin 2009, par Paulo


Sans doute vous est-il déjà arrivé de tomber sur un objet, un livre, une chanson et de vous dire "c’est fait pour moi". C’est ce qui m’a frappé à l’écoute du single Gumball Machine Weekend du nouvel Opus de Yppah. C’est comme retrouver ses marques, ce titre donne envie de ressortir plein de choses, comme un bon Bentley Rythm Ace ou encore ce morceau d’un groupe français déjà bien loin dans ma tête, ah oui, Juantrip et son trippant Shadows. Sans être des plus innovants, ça met en résonance une partie des références musicales du côté de l’indie electro.

Avec l’album They Know What Ghost Know, Yppah (prononcez “Yippah”) fait ainsi l’objet de la dernière release du label Ninja Tune. Après un premier album You Are Beautiful At All Times en Novembre 2006, l’influence rock de l’artiste a résolument pris ici le dessus.

Rapidemment on a la sensation d’un album cohérent, sans être ennuyeux. Les éléments sont bien calculés et au-delà des breakbeats funky parfaitement maitrisés, on descelle des mélodies bien placées dans le paysage. Ca évoque parfois des notes de Royksopp époque Poor Leno sur Shutter Speed, ou les flutes et guitares de Bonobo pour rester dans l’écurie.

D’ailleurs, à l’écoute de l’ensemble, on se dit que cet album, par son côté basement et psychérock, aurait très bien pu attérir chez DCRecordings, le label de Jonathan Saul Kane aka Depth Charge. La plage titulaire They Know What Ghost Know fait penser à The Oscillation avec peut-être un peu plus d’audace dans les mélodies. On a également sur ce titre l’impression d’entendre les synthés des Dandy Warhols. Mais il ne faut pas trop y penser, même si c’est de la référence sympathique, ça nuit à l’originalité.

Récemment, la musique d’Yppah a été utilisée dans des épisodes de“CSI”, de “House”, dans le film “21”, et dans le trailer du jeu video pour “Alone in the Dark” d’Atari (entre nous, je ne comprends pas très bien, peut-être est-ce que Atari s’est reconverti dans la production de jeux exclusivement, cela avait un autre sens il y a déjà vingt ans)

Pour conclure je citerai le joli descriptif de sa bio sur ninja tune qui décrit bien mieux que tout ce que je pourrai tenté de faire "beautiful and often times melancholic electronica, breakbeat drum samples with shoegazer melodies set in an atmospheric sound landscape"... On se croirait presque dans un pub irlandais à déguster le whisky du mois...

Allez la petite video de Gumball Machine Weekend

http://vimeo.com/4341331

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

1 Message

  • J’étais passé complément à côté de ce groupe et là, l’écoute sur spotify confirme ce que laisse supposer ton papier, à savoir un truc plein de références, plein d’influences et qui tient vraiment la route. Ninja Tune not dead !
    Benoit
    http://hop-blog.fr/

    repondre message

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et l’autre qui sautille entre classique et une forme de pop avancée, l’univers de Friedrich Brückner semble (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • The Missing Season - After Hours

    Sourions sous la pluie
    En cette époque de pléthore de sorties, le label reste un repère, un encouragement dont on a besoin comme impulsion. Le quintette rennais sort ainsi son album sur My Little Cab Records et c’est un gage de qualité quand comme nous on a aimé Boy & The Echo Choir, My Name Is Nobody ou Aetherlone très récemment.
    Apparemment, le groupe a commencé en tant que duo de musique folk, ce qui transparait un peu dans l’importance des mélodies et dans les voix jamais masquées par la (...)

  • Ventura - Ultima Necat

    Le charme de la lourdeur
    La musique forte, j’en écoute fort peu. Le rock suisse, ce n’est pas non plus ma spécialité. Mais l’occasion aidant, j’apprécie d’autant mieux cette dose forte et subtile. C’est malin, j’aime beaucoup mais les comparaisons, le vocabulaire me manquent pour faire plus que vous le conseiller. On va donc essayer de se débrouiller..
    Comme beaucoup d’âmes sensibles, je peux supporter une forte dose de bruit si le chant n’est pas un cri. Vous aurez compris que ces morceaux sont (...)

  • Le « D » de l’ipoD

    Rattrapage hors-série
    Bon ben on y est là : l’année 2011 touche vraiment à sa fin et ça va très prochainement être l’heure des bilans, presque une fin en soi quand on a envie de se nettoyer la tête et de ne retenir, en vue d’un plus lointain avenir, que ce qui aura été digne des plus vives attentions. Histoire d’activer la liquidation des stocks disponibles, je voulais toucher un mot rapide sur cinq albums dont je n’ai jamais trouvé l’occasion de parler et qui, par un curieux hasard, se retrouvent tous (...)

  • Tennis - Cape Dory

    Pas gagné
    Étant entendu que mes goûts tendent à diverger largement de ceux de notre lectorat cible, établis après trois études de marché et une campagne promotionnelle en béton armé, il va de soi que le premier album des Américains de Tennis risque de faire des émules dont je tiens à m’excuser d’avance de ne pas faire partie. Histoire d’éviter de vous faire perdre votre temps et le mien par la même occasion, je tâcherai de vous énumérer brièvement les raisons pour lesquelles je ne les classerai pas à l’ATP. (...)