Accueil > Musique > 2009 > Yppah - They Know What Ghost Know

Yppah - They Know What Ghost Know

vendredi 5 juin 2009, par Paulo


Sans doute vous est-il déjà arrivé de tomber sur un objet, un livre, une chanson et de vous dire "c’est fait pour moi". C’est ce qui m’a frappé à l’écoute du single Gumball Machine Weekend du nouvel Opus de Yppah. C’est comme retrouver ses marques, ce titre donne envie de ressortir plein de choses, comme un bon Bentley Rythm Ace ou encore ce morceau d’un groupe français déjà bien loin dans ma tête, ah oui, Juantrip et son trippant Shadows. Sans être des plus innovants, ça met en résonance une partie des références musicales du côté de l’indie electro.

Avec l’album They Know What Ghost Know, Yppah (prononcez “Yippah”) fait ainsi l’objet de la dernière release du label Ninja Tune. Après un premier album You Are Beautiful At All Times en Novembre 2006, l’influence rock de l’artiste a résolument pris ici le dessus.

Rapidemment on a la sensation d’un album cohérent, sans être ennuyeux. Les éléments sont bien calculés et au-delà des breakbeats funky parfaitement maitrisés, on descelle des mélodies bien placées dans le paysage. Ca évoque parfois des notes de Royksopp époque Poor Leno sur Shutter Speed, ou les flutes et guitares de Bonobo pour rester dans l’écurie.

D’ailleurs, à l’écoute de l’ensemble, on se dit que cet album, par son côté basement et psychérock, aurait très bien pu attérir chez DCRecordings, le label de Jonathan Saul Kane aka Depth Charge. La plage titulaire They Know What Ghost Know fait penser à The Oscillation avec peut-être un peu plus d’audace dans les mélodies. On a également sur ce titre l’impression d’entendre les synthés des Dandy Warhols. Mais il ne faut pas trop y penser, même si c’est de la référence sympathique, ça nuit à l’originalité.

Récemment, la musique d’Yppah a été utilisée dans des épisodes de“CSI”, de “House”, dans le film “21”, et dans le trailer du jeu video pour “Alone in the Dark” d’Atari (entre nous, je ne comprends pas très bien, peut-être est-ce que Atari s’est reconverti dans la production de jeux exclusivement, cela avait un autre sens il y a déjà vingt ans)

Pour conclure je citerai le joli descriptif de sa bio sur ninja tune qui décrit bien mieux que tout ce que je pourrai tenté de faire "beautiful and often times melancholic electronica, breakbeat drum samples with shoegazer melodies set in an atmospheric sound landscape"... On se croirait presque dans un pub irlandais à déguster le whisky du mois...

Allez la petite video de Gumball Machine Weekend

http://vimeo.com/4341331

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

1 Message

  • J’étais passé complément à côté de ce groupe et là, l’écoute sur spotify confirme ce que laisse supposer ton papier, à savoir un truc plein de références, plein d’influences et qui tient vraiment la route. Ninja Tune not dead !
    Benoit
    http://hop-blog.fr/

    repondre message

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • The Missing Season - After Hours

    Sourions sous la pluie
    En cette époque de pléthore de sorties, le label reste un repère, un encouragement dont on a besoin comme impulsion. Le quintette rennais sort ainsi son album sur My Little Cab Records et c’est un gage de qualité quand comme nous on a aimé Boy & The Echo Choir, My Name Is Nobody ou Aetherlone très récemment.
    Apparemment, le groupe a commencé en tant que duo de musique folk, ce qui transparait un peu dans l’importance des mélodies et dans les voix jamais masquées par la (...)

  • Ventura - Ultima Necat

    Le charme de la lourdeur
    La musique forte, j’en écoute fort peu. Le rock suisse, ce n’est pas non plus ma spécialité. Mais l’occasion aidant, j’apprécie d’autant mieux cette dose forte et subtile. C’est malin, j’aime beaucoup mais les comparaisons, le vocabulaire me manquent pour faire plus que vous le conseiller. On va donc essayer de se débrouiller..
    Comme beaucoup d’âmes sensibles, je peux supporter une forte dose de bruit si le chant n’est pas un cri. Vous aurez compris que ces morceaux sont (...)

  • Le « D » de l’ipoD

    Rattrapage hors-série
    Bon ben on y est là : l’année 2011 touche vraiment à sa fin et ça va très prochainement être l’heure des bilans, presque une fin en soi quand on a envie de se nettoyer la tête et de ne retenir, en vue d’un plus lointain avenir, que ce qui aura été digne des plus vives attentions. Histoire d’activer la liquidation des stocks disponibles, je voulais toucher un mot rapide sur cinq albums dont je n’ai jamais trouvé l’occasion de parler et qui, par un curieux hasard, se retrouvent tous (...)

  • Tennis - Cape Dory

    Pas gagné
    Étant entendu que mes goûts tendent à diverger largement de ceux de notre lectorat cible, établis après trois études de marché et une campagne promotionnelle en béton armé, il va de soi que le premier album des Américains de Tennis risque de faire des émules dont je tiens à m’excuser d’avance de ne pas faire partie. Histoire d’éviter de vous faire perdre votre temps et le mien par la même occasion, je tâcherai de vous énumérer brièvement les raisons pour lesquelles je ne les classerai pas à l’ATP. (...)