Accueil > Critiques > 2009

Yppah - They Know What Ghost Know

vendredi 5 juin 2009, par Paulo


Sans doute vous est-il déjà arrivé de tomber sur un objet, un livre, une chanson et de vous dire "c’est fait pour moi". C’est ce qui m’a frappé à l’écoute du single Gumball Machine Weekend du nouvel Opus de Yppah. C’est comme retrouver ses marques, ce titre donne envie de ressortir plein de choses, comme un bon Bentley Rythm Ace ou encore ce morceau d’un groupe français déjà bien loin dans ma tête, ah oui, Juantrip et son trippant Shadows. Sans être des plus innovants, ça met en résonance une partie des références musicales du côté de l’indie electro.

Avec l’album They Know What Ghost Know, Yppah (prononcez “Yippah”) fait ainsi l’objet de la dernière release du label Ninja Tune. Après un premier album You Are Beautiful At All Times en Novembre 2006, l’influence rock de l’artiste a résolument pris ici le dessus.

Rapidemment on a la sensation d’un album cohérent, sans être ennuyeux. Les éléments sont bien calculés et au-delà des breakbeats funky parfaitement maitrisés, on descelle des mélodies bien placées dans le paysage. Ca évoque parfois des notes de Royksopp époque Poor Leno sur Shutter Speed, ou les flutes et guitares de Bonobo pour rester dans l’écurie.

D’ailleurs, à l’écoute de l’ensemble, on se dit que cet album, par son côté basement et psychérock, aurait très bien pu attérir chez DCRecordings, le label de Jonathan Saul Kane aka Depth Charge. La plage titulaire They Know What Ghost Know fait penser à The Oscillation avec peut-être un peu plus d’audace dans les mélodies. On a également sur ce titre l’impression d’entendre les synthés des Dandy Warhols. Mais il ne faut pas trop y penser, même si c’est de la référence sympathique, ça nuit à l’originalité.

Récemment, la musique d’Yppah a été utilisée dans des épisodes de“CSI”, de “House”, dans le film “21”, et dans le trailer du jeu video pour “Alone in the Dark” d’Atari (entre nous, je ne comprends pas très bien, peut-être est-ce que Atari s’est reconverti dans la production de jeux exclusivement, cela avait un autre sens il y a déjà vingt ans)

Pour conclure je citerai le joli descriptif de sa bio sur ninja tune qui décrit bien mieux que tout ce que je pourrai tenté de faire "beautiful and often times melancholic electronica, breakbeat drum samples with shoegazer melodies set in an atmospheric sound landscape"... On se croirait presque dans un pub irlandais à déguster le whisky du mois...

Allez la petite video de Gumball Machine Weekend

http://vimeo.com/4341331

    Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

1 Message

  • J’étais passé complément à côté de ce groupe et là, l’écoute sur spotify confirme ce que laisse supposer ton papier, à savoir un truc plein de références, plein d’influences et qui tient vraiment la route. Ninja Tune not dead !
    Benoit
    http://hop-blog.fr/

    repondre message

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • The Missing Season - After Hours

    Sourions sous la pluie
    En cette époque de pléthore de sorties, le label reste un repère, un encouragement dont on a besoin comme impulsion. Le quintette rennais sort ainsi son album sur My Little Cab Records et c’est un gage de qualité quand comme nous on a aimé Boy & The Echo Choir, My Name Is Nobody ou Aetherlone très récemment.
    Apparemment, le groupe a commencé en tant que duo de musique (...)

  • Ventura - Ultima Necat

    Le charme de la lourdeur
    La musique forte, j’en écoute fort peu. Le rock suisse, ce n’est pas non plus ma spécialité. Mais l’occasion aidant, j’apprécie d’autant mieux cette dose forte et subtile. C’est malin, j’aime beaucoup mais les comparaisons, le vocabulaire me manquent pour faire plus que vous le conseiller. On va donc essayer de se débrouiller..
    Comme beaucoup d’âmes sensibles, je peux (...)

  • Le « D » de l’ipoD

    Rattrapage hors-série
    Bon ben on y est là : l’année 2011 touche vraiment à sa fin et ça va très prochainement être l’heure des bilans, presque une fin en soi quand on a envie de se nettoyer la tête et de ne retenir, en vue d’un plus lointain avenir, que ce qui aura été digne des plus vives attentions. Histoire d’activer la liquidation des stocks disponibles, je voulais toucher un mot rapide sur cinq (...)

  • Tennis - Cape Dory

    Pas gagné
    Étant entendu que mes goûts tendent à diverger largement de ceux de notre lectorat cible, établis après trois études de marché et une campagne promotionnelle en béton armé, il va de soi que le premier album des Américains de Tennis risque de faire des émules dont je tiens à m’excuser d’avance de ne pas faire partie. Histoire d’éviter de vous faire perdre votre temps et le mien par la même (...)