Accueil > Musique > 2009 > Sonic Youth - The Eternal

Sonic Youth - The Eternal

jeudi 11 juin 2009, par Marc


Même si je ne le ferai sans doute pas, il serait de bon ton de tresser d’entrée une couronne de fleurs à ces vétérans. On sous-estime sans doute ce que le rock indépendant leur doit. Surtout maintenant qu’une série de jeunes groupes intransigeants gambadent allègrement dans les contrées à la lisière du punk, du noise et d’une certaine expérimentation. Par bonheur, aucun de ces groupes (de Wavves à Mi Ami en passant par Health) ne sonne comme les glorieux New-Yorkais mais la filiation dans l’intransigeance de la démarche et une réussite (variable, certes) dans le résultat est patente.

C’est à la faveur du bon Rather Ripped que j’avais repris le cours de leur impressionnante discographie. Comme celui-ci est dans la lignée, on peut déjà dire que ce qu’on en disait à l’époque s’applique toujours. Ils ont donc conservé ce format plus court et ramassé, même s’ils sont revenus à de plus longues digressions. Pas les longueurs expérimentales d’un Washing Machine (pour l’anecdote, c’était le t-shirt de Constantin Gropper de Get Well Soon quand il se baladait au Bota), plutôt des respirations bienvenues comme le final Massage The History.

On ne soupçonne pas toujours les couches de leur histoire enfouies sous un Anti-Orgasm, qui comporte bien des éléments personnels. Le refrain un peu beuglé, la longue traversée à deux guitares toujours plus collaboratrices qu’il n’y parait, et cette façon unique de prendre son temps, que l’urgence est passée mais que la passion reste. Leur son reste unique, souvent imité mais toujours identifiable de premier coup d’oreille. Et ils sont rares les groupes reconnaissables en une parcelle de riff ou à une manière particulière d’éructer de Kim Gordon (Calming The Snake).

Leur performance est de garder leur son qui leur a servi à parfois déployer une grosse violence dans des morceaux plus policés. C’est une marque de fabrique mais il faut aussi tendre l’oreille pour que toute l’originalité éclate. En effet, une écoute distraite permet à peu de morceaux de surnager. Il faut dire que quand on connaît leurs albums plus marquants, celui-ci n’aura pas le même impact. Mais ce n’est pas l’album d’un groupe de vieux qui radotent. Je ne voudrais pourtant pas vous induire en erreur et vous faire croire que je me suis passionné de bout en bout pour cet album. Si je les ai retrouvés avec plaisir, rien ne m’a poussé à passer l’album ou des morceaux en boucle. Parce que tout ici sonne comme déjà entendu en leur chef. Ils ont heureusement le bon goût de livrer des morceaux qui sonnent toujours comme frais, et de dégager une impeccable impression de fougue et de passion. Sur Malibu Gas Station, ils maitrisent le chaos d’une façon vraiment bluffante, pour livrer un morceau à la coolitude indéniable. Prendre de l’âge avec classe, c’est-à-dire sans se faire larguer ni tentative de jeunisme, voilà ce qu’ils arrivent à faire.

Dans la très longue discographie de ce groupe historique, il est sans doute difficile de classer ce The Eternal parmi les albums qui vont bouleverser. Ils n’en feront d’ailleurs sans doute plus. Les fans seront ravis de retrouver un groupe en bonne forme, et il servira peut-être de porte d’accès à ce qui reste un des plus passionnants groupes de l’époque (les géniaux Goo ou Daydream Nation) et leur permettra de repartir en tournée dont une AB soldout en octobre.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)