Accueil > Musique > 2009 > Minsk - With Echoes in the Movement of Stone

Minsk - With Echoes in the Movement of Stone

jeudi 20 août 2009, par Fred

Post-metal ? Pourquoi pas en fait !


Il faut parfois se purger les oreilles, se faire un cure, un pélerinage.
Pour moi, ce sera un pélerinage métal.

Plutôt que de vous parler du dernier Metalica, permettez moi de vous présenter Minsk. D’abord Minsk, c’est la capitale de la Bielorussie, mais c’est aussi le nom de ce groupe de métal/post-metal/post hardcore américain, formé en 2002..
C’est marrant, vous trouvez pas, que tout soit "post"de nos jours ? C’est probabement que tout est si vite dépassé... enfin.

J’ai découvert Minsk et cet album par hasard, un coup de chance.
Ce qui m’a frappé de prime abord, c’est cette rythmique évoluant entre le son lourd d’un Ministry et les rythmes tribaux d’un Liars.
Second élement de séduction, les morceaux construits sur la longueur à l’instar des icones du post-rock, Mogwai, avec à l’arrivée un mur de son énorme mais toujours maîtrisé.
La comparaison avec les écossais s’arrêtera là. Les élements de sonorité métal au niveau des voix et des guitares marquant clairement leur différence.

Le chant repose souvent sur les harmonies des deux voix sur les parties les plus lentes, ce qui, combiné au travail d’atomsphère des guitares et des synthés et aux rhytmes tribaux, donne une aspect sprirituel, lyrique et psychédélique.
Plus que secoué, on en vient à être touché par cette musique et l’arrivée de gros son ne fait qu’amplifier ces sensations.

Comme il se doit, les atmosphères sont pesantes, lourdes et la tension créé s’étend pendant de longues secondes. La recette est connue mais donne toujours un effet aussi surprenant au moment où les vannes s’ouvrent. Le relâchement de ces flots de metal est du plus jouissif.
Ils réussissent là où un Sun O))) n’avait réussi qu’à nous faire soupirer.

On vous recommende donc ce 3eme album de Minsk comme une piste explorer pour les fans de post-rock qui souhaitent allez voir un peu du côté du métal.
Pour ma part, le post-metal s’ajoutera à mes styles à surveiller.

Article Ecrit par Fred

P.-S.

Le Myspace du groupe.

Répondre à cet article

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)